L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 20 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

''Un ami sort de l’ombre à ta place…''
Guillaume Piketty    Collectif   Francais en résistance - Carnets de guerre, correspondances, journaux personnels
Robert Laffont - Bouquins 2009 /  30 € - 196.5 ffr. / 1168 pages
ISBN : 978-2-221-10143-8
FORMAT : 13cm x 20cm
Imprimer

Les mois qui s’écoulèrent de mai à juillet 1940 furent désastreux pour la France : ils virent l’écroulement militaire, politique et moral d’un pays qui apparaissait pourtant comme l’une des grandes puissances du Vieux Continent. La débâcle et l’exode, le retour de Pétain, l’armistice, le glas de la Troisième République furent les étapes de ce calvaire à échelle nationale. Si la majorité silencieuse fournit au gouvernement en place son contingent de résignés et de suivistes, si même des journalistes, des écrivains et des intellectuels marchèrent avec ferveur sur «les voies de la collaboration » définies par le Maréchal après l’entrevue de Montoire, certains ne purent se résoudre à accepter la cessation des hostilités et la nouvelle donne de la Révolution nationale.

Français en résistance rassemble une série de témoignages poignants émanant de ceux qui surent maintenir un «non intransigeant» (d’après l’expression d’Alban Vistel) face à l’occupant. Ces textes, pour la plupart inédits et rédigés dans des circonstances aussi pénibles que périlleuses, permettent de mesurer ce que recouvre réellement la notion aujourd’hui galvaudée d’«engagement». Par les contacts qu’ils nouèrent avec les structures de l’ombre et les actions qu’ils menèrent, par leur sacrifice surtout, ces individus dont la Mémoire n’a pas toujours retenu le nom ont joué un rôle crucial dans l’Histoire.

À parcourir les portraits qui défilent dans ce millier de pages, l’image exaltée du jeune maquisard s’estompe au profit de celle d’humains faits de chair et d’os, en proie au doute, à la crainte, pouvant commettre des erreurs et faillir comme tout un chacun, s’interrogeant sur l’issue de leur combat – mais jamais sur son sens profond. Les Résistants incarnent l’unique valeur dont ils sont pétris, la liberté, quelles que soient leurs divergences idéologiques ou religieuses. Catholiques, protestants, agnostiques ou athées, de gauche ou de droite, tous se rencontreront autour d’un terrain d’entente de base : l’antinazisme. Qu’importe aussi le chemin pour lequel ils optent afin de concrétiser leur idéal en «morale en acte». Résister, ce sera pour les uns rejoindre de Gaulle à Londres, pour d’autres œuvrer discrètement au sein de réseaux.

Un point très intéressant que soulève Guillaume Piketty dans sa présentation est l’absence de «déterminisme» ou de «préconditionnement» à l’entrée en désobéissance. En d’autres termes, il ne s’agit pas de vouloir à tout prix déceler dans des orientations antérieures au conflit les germes d’une détermination résistantialiste. «On ne naît pas résistant : on s’y forme sans y prendre garde. On le devient en s’extirpant de la gangue née du désastre». Pas question ici d’héroïser ou de diviniser ceux qui n’eurent sur le moment que la conscience aiguë du devoir à accomplir, eu égard à la loyauté et à l’honneur.

Intitulée «La force du refus», l’introduction de l’ouvrage est une merveille de finesse et de précision. Piketty y cartographie, tout en nuances, le monde invisible de la Résistance et brosse le profil psycho-social de ses habitants. Il évoque les ruptures qu’implique l’adhésion à cette lutte sourde, acharnée. Combien s’éloigneront de leur église ou de leur famille, combien braveront leur hiérarchie militaire ou la Loi pour garantir la pureté de leur choix ? Autant de transgressions qui amènent celui ou celle qui les assument à endurer le pire des maux aux yeux de celui qui veut contribuer au bien de la collectivité : la solitude.

Pour affronter cette dernière, une arme : l’écriture. Le mérite du présent recueil est de faire cohabiter quelques plumes confirmées (Pierre Brossolette, Louis Martin-Chaufier) et des figures importantes (René Pleven, Philippe Leclerc de Hautecloque) avec des personnages moins connus (André Génin, Gabriel Brunet de Sairigné). Tous ont en commun de s’être, tôt ou tard, abandonnés à la tentation de la confession muette via des carnets, des journaux intimes, des lettres détaillées à leurs proches. Cette démarche participe d’une volonté de trouver une forme de salut en laissant au-delà de soi une trace, même fugitive, de ce qui fut vu et ressenti. Piketty l’identifie à cette pulsion qui consiste à sauvegarder «le capital fondamental : le moi».

La tonalité générale de ces textes n’est pas, comme on pourrait le croire a priori, à l’angoisse. Des notations légères, des scènes cocasses, émaillent souvent les comptes rendus de ces historiens à chaud. Une émotion intense, et qui s’appelle la vie, galvanise ces pages. Un mot, puis une phrase, et c’est une brèche de plus sur le carcan de la peur. Pas un de ces hommes n’a donc souffert ou n’est mort en vain.


Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 17/11/2009 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Français au quotidien
       de Eric Alary , Bénédicte Vergez-Chaignon , Gilles Gauvin , Collectif
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd