L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 22 juin 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

L’histoire entre confusion et émotion
Jean-Pierre Vittori   Le Choix des Larmes - Algérie : 1954-1962
Le Félin-Arte Editions 2002 /  22 € - 144.1 ffr. / 315 pages
ISBN : 2-86645-475-8
Imprimer

A peine l’interview du général Aussaresses sur l’utilisation de la torture en Algérie avait-elle été publiée par Le Monde en novembre 2000 qu’une nuée de personnalités éminentes s’emparaient de ce sujet brûlant. Journalistes, écrivains, analystes, consultants, philosophes, témoins, anciens combattants, animateurs, chanteurs, étudiants, ecclésiastiques, intermittents du spectacle, animateurs socio-éducatifs, sportifs, responsables associatifs : : tous avaient leur mot à dire, leur témoignage à apporter, leur analyse à fournir, leur indignation à clamer, leur tribune à signer, leur pétition à émarger, leur article à publier… Autant dire qu’il fut complexe, dans cette poussée de « fièvre hexagonale » (Michel Winock), de séparer le « bon grain de l’ivraie ». Le Choix des Larmes est au nombre des dernières publications repérées dans le sillage de l’ « affaire Aussaresses ». Qu’en est-il ?

Cet ouvrage est né d’un reportage sur la guerre d’Algérie réalisé par André Gazut dont Jean-Pierre Vittori fut le conseiller historique. Prolongement littéraire du document audiovisuel, Le Choix des Larmes révèle une construction originale : la retranscription des interviews du documentaire alterne en effet avec les comptes-rendus des débats qui se déroulèrent à l’Assemblée nationale au cours de la guerre d’Algérie et les considérations personnelles de l’auteur. Témoignages, archives et réflexion forment donc l’ossature de ce livre et offrent ainsi une vision impressionniste du conflit. Entre les considérations parlementaires générales et la narration du quotidien du conflit par les anciens appelés apparaît un abîme que cet ouvrage met parfaitement en évidence. Jean-Pierre Vittori, lui-même ancien appelé en Algérie, s’efforce de faire le lien entre les deux sphères au travers du prisme critique de son parcours personnel avant, pendant et après son passage en Algérie. Car cet ouvrage se veut aussi un levier de la « réappropriation mémorielle » de la guerre d’Algérie par la France.

C’est malheureusement cette double-ambition qui fait la faiblesse de l’ouvrage : perpétuelle oscillation entre la mémoire et l’histoire, Le Choix des Larmes ne parvient pas à trouver une identité préhensible et réutilisable par son lecteur. Certes les extraits des débats sont judicieux et leurs contenus souvent édifiants ; certes les témoignages sont parfois très dérangeants ; certes l’auteur fait montre d’un souci d’honnêteté louable, mais hélas ! le lecteur attentif et critique échouera à faire émerger une ligne directrice opératoire, permettant une analyse pertinente du conflit, de ses interprétations et de ses répercutions dans la « mémoire collective ». Outre la nature schizoïde de l’ouvrage, certains aspects méthodologiques incitent à soulever d’autres réserves.

Dans la lignée de la production éditoriale « post-Aussaresses », Le Choix des Larmes pêche par monomanie puisque le contenu entier de l’ouvrage se focalise sur la question de la torture. Abordée suivant une méthode aléatoire, non statistique, caricaturalement généralisante, elle étouffe l’analyse dans l’œuf, d’autant plus que les autres aspects du quotidien des soldats d’Algérie ne sont absolument pas abordés. Affirmer indirectement, à partir des témoignages recueillis par André Gazut (suivant une sélection dont on ignore les critères !) que la mémoire des centaines de milliers d’ « anciens » est polarisée par la question de la torture, semble sinon aberrant, du moins très réducteur. Jean-Charles Jauffret, dans Soldats en Algérie – 1954-1962 – Expériences Contrastées des Soldats du Contingent (Autrement – coll. Mémoire, 2000), a brossé un tableau convaincant de la vie de ces soldats en en évoquant les multiples facettes et sans occulter la torture. Il a bien montré qu’il s’agissait d’une expérience contrastée qui ne saurait être réduite au souvenir direct, indirect ou fantasmatique de la torture.

Par ailleurs, du point de vue sociologique, les questionnaires d’André Gazut retranscrits par Jean-Pierre Vittori sont très contestables. Navigants entre la méthode semi-directive et la méthode participative, ils ne permettent pas de faire émerger des réponses dans un contexte de totale neutralité. André Gazut manifeste ainsi une forte tendance à suggérer les réponses de ses témoins dans ses questions : « C’est un sentiment de racisme qui se développe ? » (p. 105) ; ou à poser des questions uchroniques dont la pertinence est douteuse : « S’il y avait eu un message fort des gouvernements, de la hiérarchie, on aurait pu éviter (les excès) ? » (p. 188). Claire Mauss-Copeaux, dans Appelés en Algérie – La parole Confisquée (Hachette, 1999) avait manifesté le même travers. Il est dommage que Jean-Pierre Vittori, en tant que conseiller historique, n’ait pas adopté de distance critique par rapport à ces grilles d’entretien.

Si Le Choix des Larmes manifeste un réel souci d’honnêteté, de recul et d’introspection, les nombreux travers méthodologiques de l’ouvrage ne lui permettent pas de franchir le cap de la crédibilité et de prendre ainsi place parmi les ouvrages de références. On retiendra néanmoins le potentiel énorme que recèle le dépouillement des débats parlementaires contemporains à ce conflit et dont Jean-Pierre Vittori nous offre une sélection passionnante.


Guillaume Zeller
( Mis en ligne le 27/11/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd