L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 20 juillet 2018
  
 
     
Le Livre
Histoire & Sciences sociales  ->  
Biographie
Science Politique
Sociologie / Economie
Historiographie
Témoignages et Sources Historiques
Géopolitique
Antiquité & préhistoire
Moyen-Age
Période Moderne
Période Contemporaine
Temps Présent
Histoire Générale
Poches
Dossiers thématiques
Entretiens
Portraits

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Histoire & Sciences sociales  ->  Témoignages et Sources Historiques  
 

Chronologie et mémoire nationale
Alain Corbin    Collectif   1515 et les grandes dates de l'histoire de France
Seuil - Points histoire 2008 /  10 € - 65.5 ffr. / 541 pages
ISBN : 978-2-7578-0690-6
FORMAT : 11,0cm x 18,0cm

L'auteur du compte rendu : Historienne et journaliste, Jacqueline Martin-Bagnaudez est particulièrement sensibilisée aux questions d’histoire des religions et d’histoire des mentalités. Elle a publié (chez Desclée de Brouwer) des ouvrages d’initiation portant notamment sur le Moyen Age et sur l’histoire de l’art.
Imprimer

On a suffisamment daubé, depuis un demi-siècle, sur la manie d’inculquer aux enfants, dans l’école de la République (la IIIe, bien sûr), un «par cœur» qui chargeait la mémoire sans développer l’intelligence. Passe encore pour les tables de multiplication et la conjugaison, mais l’Histoire ? Le retour du balancier nous a amenés à ce que peu nombreux sont nos enfants aujourd’hui capables de situer Jeanne d’Arc par rapport à Louis XIV. «L’école des Annales» ‑ dont il n’est évidemment pas question de minimiser les apports – est passée par là. D’où les perspectives de réflexions ouvertes aux éducateurs, aux historiens et aux simples citoyens, par le recueil publié en édition «poche» qu’a dirigé Alain Corbin.

Un propos que l’on qualifierait volontiers d’astucieuse idée. Les écoliers de la IIIe République finissante apprenaient l’Histoire (de France, l’Europe et le reste du monde ne préoccupaient personne en dehors de leur éventuelle hostilité à la Nation) dans un manuel construit à partir de 74 dates, constituées en autant de chapitres. Un parti qui requerrait parfois une véritable gymnastique intellectuelle pour des écoliers priés de balayer presque dix siècles d’histoire sous une seule date, celle par exemple de la fondation de Marseille qui conduit jusqu’aux Tables de Peutinger. À l’inverse, deux chapitres n’étaient pas de trop pour traiter de l’histoire de Jeanne d’Arc. Chacune des dates, intentionnellement sélectionnée par les auteurs du manuel, est définie en une «phrase choc», suivie d’un ou plusieurs courts textes d’explication (dont il convenait que l’élève restitue la teneur, souvent par cœur) et précédée d’une illustration sous forme d’une vignette légendée, pure reconstitution du dessinateur auquel les éditeurs avaient tenu la main.

Le recueil présenté par A. Corbin reproduit tel quel cet ensemble, un véritable «document d’histoire» à lui seul. Et des historiens contemporains, pour la plupart des universitaires que leurs travaux ont amenés à étudier la période et les événements concernés par la date retenue en 1938, commentent la leçon proposée aux écoliers d’alors. Raisons du choix de la date, illustration et contexte sont relus à l’aune d’abord de leur valeur d’il y a 70 ans, puis des perspectives nouvelles fournies par la recherche de ces dernières décennies. La sélection propose des textes de grande qualité et savoir. Un regret purement pratique : le lecteur aimerait savoir dès le début qui est le rédacteur d’une notice, sans passer par la fin d’abord.

L’exercice était contraignant. La répartition et le nombre des chapitres s’imposaient sans accommodement possible. Les historiens d’aujourd’hui s’y sont pliés. Formellement, n’y avait-il pas quelque malice à confronter des chercheurs livrant le résultat de recherches de première main, à des rédacteurs de manuels qui se révèlent largement tributaires de l’historiographie du XIXe siècle ? Remarquons aussi – c’était la chance et le risque d’un projet à collaborateurs multiples – que les rédactions des contemporains oscillent, selon leurs auteurs, entre la grande vulgarisation qui convient à un manuel élémentaire et l’érudition purement universitaire. Selon les plumes, l’intérêt se porte sur un fait précis d’histoire événementielle – la civilisation, les idées ne trouvant évidemment pas place ici, tout comme le fait religieux ‑, quand certains historiens se sont appliqués à combler les trous laissés par la pure chronologie. Intéressante est la réflexion de synthèse offerte in fine, quelle que soit la position de leurs auteurs actuels sur les principes pédagogiques actuels. Une remarque : la «table des matières» que proposait le parti pris chronologique de 1938, au-delà du bourrage de crâne, ne concourait-elle pas à la formation dans les esprits d’une profonde cohérence idéologique ?

Une constatation : la représentation que se font de l’histoire la plupart de nos concitoyens ne continue-t-elle pas à s’inscrire dans la présentation faite en 1938 ? Et pourtant, qui oserait aujourd’hui énoncer sans risquer la mise à l’index les idées maîtresses qui dictaient aux pédagogues d’autrefois leurs choix ? Les principes qui les ont guidés renvoient à des valeurs réputées dépassées : la construction, bataille après bataille, des fondements de la nation française ; les progrès – continus sans discussion possible ‑ de la civilisation, acquis grâce aux efforts et à la volonté de nos anciens ; le poids, plus souvent maléfique que positif, des grandes personnalités (seuls trois rois échappent à une présentation négative : Philippe Auguste, Saint Louis et Henri IV).

Chaque lecteur jugera, en fonction de sa lecture personnelle et politique de l’histoire, de ce qui est là-dedans heureusement périmé ou valeur perdue… Finalement, l’exercice mental auquel convie ce petit livre n’a rien d’innocent.


Jacqueline Martin-Bagnaudez
( Mis en ligne le 18/06/2008 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Historien du sensible: Entretiens avec Gilles Heuré
       de Alain Corbin
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd