L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 12 mai 2021
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Poches  
 

À table avec les hussards
Caroline Haedens   La Cuisine de Caroline
La Table Ronde - La petite vermillon 2000 /  8.4 € - 55.02 ffr. / 370 pages
ISBN : 2-7103-2387-7
Imprimer

Les Béotiens vont encore meugler : "Un livre de cuisine dans une collection littéraire" ? Absolument ! Affirmation et confirmation ! Car ici, ce n’est pas à un banal bottin culinaire que nous avons affaire. Bien au contraire, cet ouvrage devrait figurer dans toute bibliothèque de l’honnête homme, au même titre que ses ancêtres Brillat-Savarin et Grimod de la Reynière. Et rarement fut aussi évident le lien qui unit la lettre à l’estomac...

Jugeons plutôt : c’est après avoir goûté aux talents gastronomique de la femme de son ami Kléber Haedens (romancier, essayiste, journaliste et admirable historien de la littérature française), que Roger Nimier commanda à Caroline un recueil de recettes, qui fut publié chez Gallimard sous le titre la Cuisine des quatre saisons. Tant de grandes plumes s’étaient régalées auprès de ses fourneaux : il semblait donc impensable qu’elle ne laissât pas une trace de son inénarrable talent ; ce qui fut chose faite.

Une dizaine d’années plus tard, après la mort de son auteur, ce livre ressortit sous le "label" Table Ronde, avec une double préface de Kléber Haedens et d’Henri Gault (joli parrainage !) et quelques détails peaufinés par Virginie Totvanian, la belle-fille de Caroline. "Peut-être est-ce grâce à elle que je tombai, il y a quinze ans, dans le péché", écrivait le cofondateur du Gault & Millau.

Aujourd’hui, après un nouveau saut de trois décennies, le guide n’a pas pris une ride et cette bonne cuisine familiale devrait faire honte aux thuriféraires (déjà moribonds, il est vrai) de la "nouvelle cuisine". Cassoulet, garbure, bouillabaisse, choucroute, mais aussi sauces, salades, potages, gibier et (surtout…) cocktails, sont au rendez-vous pour cette fête du palais, qui ravira tant les esprits cuisiniers que les âmes littéraires.

Car, au détour d’une côte de porc, à l’ombre d’un bourguignon, pieusement caché derrière un céleri rémoulade, on pioche une citation de Charles Maurras, un conseil de Léon Daudet, une remarque de Pierre Benoit, un souvenir de Molière… Et Kléber de rappeler : "On ne la voyait jamais faire la cuisine, comme on ne voyait jamais Paul Morand écrire" On aura beau dire, le style est plus fleuri que celui des fiches cuisines de Elle... Et puisqu’on nous rebat si souvent les oreilles avec la "cuisine littéraire", pour une fois, c’est vrai, c’est beau… et c’est bon.

Comme la lecture ; comme l’appétit.


Nicolas d'Estienne d'Orves
( Mis en ligne le 29/11/2000 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd