L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 6 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Pédagogie/Education  
 

Impossible de s’ennuyer !
Jean-Didier Vincent    collectif   L'ennui à l'école
Albin Michel - Les débats du CNP 2003 /  10 € - 65.5 ffr. / 124 pages
ISBN : 2-226-14188-X
FORMAT : 14x22 cm
Imprimer

Le 14 janvier 2003, le conseil national des programmes a organisé à la Sorbonne un colloque intitulé «Culture scolaire et ennui». Des biologistes, des psychanalystes, des philosophes, des historiens, des ethnographes et des enseignants ont amorcé une réflexion sur le thème de l’ennui. L’ennui à l’école constitue les actes de ce colloque. La diversité des approches permet de cerner le problème de l’ennui à l’école.

Est-il possible de définir l’ennui ? Suivant les points de vue, la définition n’est jamais la même mais il semble qu’il y ait un dénominateur commun à la pluralité de ces approches : «L’ennui est une expérience du vide : vide du temps, vide du moi.» Ceci étant, l’ennui chez l’adolescent est très différent de celui de l’adulte : «quand un adulte s’ennuie, c’est à la réalité que cette épreuve de négativité se confronte. Chez un jeune, l’ennui menace ce qui n’existe pas encore, une identité non construite.»

L’ennui chez l’adolescent peut être destructeur. Il convient alors d’en comprendre les causes afin de trouver des solutions efficaces pour y remédier. Au XIXe siècle, de nombreux écrivains ont projeté dans leurs œuvres leurs désirs de révolte contre l’ennui qu’ils ont éprouvé sur les bancs de l’école. On retrouve dans cette littérature trois causes d’ennui scolaire. Tout d’abord l’ennui est lié à la claustration : les bâtiments scolaires sont vieux, tristes, froids et malodorants. La deuxième cause est le fossé qui sépare le professeur et ses élèves. Les enseignants sont considérés comme déconnectés de leur époque. Enfin la dernière cause renvoie aux programmes. En effet «les débats pédagogiques portent le plus souvent sur la transmission des savoirs, comme si la pertinence et l’intérêt du savoir proposé étaient acquis».

Une des premières solutions serait donc de rendre les programmes attrayants. Une enquête à destination des lycéens a été réalisée ; elle comportait entre autre la question suivante : «Qu’est-ce que vous jugez important d’apprendre au lycée mais qui vous ennuie ?». L’objectif était de faire réfléchir les élèves sur le rapport entre l’importance et l’intérêt du savoir : ce qui est important n’est pas toujours intéressant et inversement. L’ennui apparaît alors inévitable, comme le rappellent les écrivains romantiques : «Il n’y a pas de sens à vouloir supprimer l’ennui : donnée inévitable du système social, il est à l’école ce qu’est la pesanteur à la nature terrestre, indispensable à la mise en mouvement de la pensée, tout comme la pesanteur est nécessaire à l’homme pour lui faire éprouver le besoin de s’y arracher par la maîtrise de son corps et de son espace.»

Il est donc raisonnable de penser que les élèves ne s’ennuient pas plus aujourd’hui qu’hier. Alors, pourquoi cet ennui est-il de moins en moins bien supporté par les élèves et les enseignants ? Les élèves ont changé, ils ne croient plus en l’école, ils ne perçoivent pas l’utilité des études, et comme «la légitimité de l’ordre et de l’autorité scolaires ne s’impose plus naturellement, […] elle repose sur le charme des enseignants et sur les compétences en terme d’apprentissage, bien plus que sur une soumission a priori Cette idée du charisme de l’enseignant apparaît dans beaucoup d’articles comme une solution possible à l’ennui scolaire, mais tous les intervenants ne sont pas d’accord et soulignent le caractère paradoxal de la situation : on demande aux enseignants de faire un métier impossible «qui serait de séduire toujours leurs élèves (alors qu’ils doivent les commander), de transformer le travail en jeu ou l’enseignement en spectacle.» Comme l’ennui semble être une donnée inévitable de l’institution scolaire, il convient pour l’enseignant «de susciter, encourager et maintenir ce goût pour l’effort, pour le travail, pour la difficulté affrontée et surmontée.» N’oublions pas qu’un bon élève n’est pas un élève qui ne s’ennuie jamais. «C’est un élève qui accepte de s’ennuyer, au moins parfois, qui n’y voit pas la récusation de l’école, du travail, de la culture.»

L’ennui faisant partie de la condition humaine, il semble donc naturel qu’il fasse partie aussi de la condition scolaire. Pour lutter contre cet ennui qui bien souvent nuit aux apprentissages scolaires des élèves, deux conceptions opposées apparaissent. Le charisme de l’enseignant, la diversité des activités proposées et un programme plus attrayant doivent permettre de lutter contre l’ennui, explique une approche que l’on qualifiera d’optimiste. Un point de vue plus réaliste ou pessimiste insiste sur le fait que «l’effort exigé par le travail scolaire prendra toujours le visage de l’ennui […] Il faut s’en accommoder : l’élève travaille d’abord sous la contrainte, et ce qu’il apprend lui donne le désir d’en apprendre plus.» Cette opposition aussi tranchée traduit la complexité de la situation scolaire.

Ce livre passionnant, par la pertinence de ses divers articles sur le thème de l’ennui scolaire, offre aux enseignants soucieux de perfectionner leurs pratiques pédagogiques et aux parents inquiets de l’intérêt parfois défaillant de leur enfant pour l’école, des pistes de réflexion pour relever tous ensemble les nouveaux défis de l’éducation au XXIe siècle.


Stéfan Philippot
( Mis en ligne le 17/11/2003 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Quand les enseignants jugent leurs élèves
       de Pascal Pansu , Pascal Bressoux
  • Propos impertinents sur l'éducation actuelle
       de Gaston Mialaret
  • Eduquer les enfants sans repères
       de Philippe Gaberan
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd