L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 1 décembre 2021
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Pédagogie/Education  
 

Une démarche exemplaire et productive
Marie-Thérèse Auger   Christiane Boucharlat   Elèves ''difficiles'', profs en difficulté
Chronique sociale - Pédagogie/formation 2004 /  13.50 € - 88.43 ffr. / 138 pages
ISBN : 2-85008-528-6
FORMAT : 15x22 cm

Préface de Bernard Cornu.

Cinquième édition

Les Editions Chronique Sociale: 7, rue du Plat - 69288 Lyon Cedex 02.

L'auteur du compte rendu : après des études en mathématiques pures, Stéfan Philippot enseigne actuellement dans un collège classé ZEP. C’est un établissement dans lequel un plan contre la violence a été mis en place ; il s’agit en outre d’un poste à exigence particulière de type PEP IV.

Imprimer

L’essai Elèves «difficiles», profs en difficulté de Marie-Thérèse Auger et de Christiane Boucharlat est né d’un travail d’équipe : un groupe d’enseignants a recueilli de nombreux témoignages auprès d’un grand nombre de collègues, puis ont cherché à prendre du recul afin de mieux comprendre comment certains réussissent avec des élèves difficiles et surtout pourquoi. Leur démarche est exemplaire : elle part du terrain; les résultats sont soumis à une analyse théorique pour aboutir à des propositions et des outils utilisables en classe.

Ce livre s’adresse à tous les enseignants et notamment à ceux qui travaillent en ZEP où les élèves difficiles sont plus nombreux qu’ailleurs. Comment définir un élève difficile ? Pour les enseignants interrogés, deux types d’élèves posent problème en classe : celui qui perturbe et celui qui refuse de travailler. Très souvent, les enseignants sont aussi confrontés à des classes jugées difficiles à cause des bavardages, du refus collectif de travail ou de la passivité généralisée.

Avant toute proposition concrète, les auteurs essayent de porter un regard différent sur l’élève difficile. Elles nous rappellent dans quel contexte économique et social instable vivent certains élèves et que la crise de l’adolescence est très violente pour certains d’entre eux. Pour aider ces enfants, l’enseignant doit changer sa représentation de l’élève ou de la classe difficile, et croire à l’éducabilité de tous. «La façon dont l’enseignant regarde ses élèves est déterminante non seulement de son comportement mais aussi de ses performances (effet Pygmalion)».

Pour mieux vivre avec les élèves difficiles, il faut commencer par porter un regard positif sur eux, mais cela reste insuffisant. Il faut donc arriver à créer la cohésion du groupe. Les auteurs nous livrent de nombreux conseils pour y parvenir. Pour faire fonctionner la classe, il faut mettre en place un cadre et élaborer des règles qui seront d’autant mieux acceptées si les élèves participent à leur élaboration. La sanction est nécessaire à partir du moment où elle aide le jeune à comprendre la portée de ses actes. Elle a alors une valeur éducative. Dans ce contexte, il revient à l’enseignant d’arriver à passer d’une relation de pouvoir à une relation d’autorité. «Avoir de l’autorité c’est exercer une relation d’influence visant à obtenir l’adhésion sans faire appel à la force». Il ne faut donc pas hésiter à changer ses pratiques professionnelles et mettre en place une pédagogie de la motivation. Les auteurs nous proposent quelques stratégies : communiquer les objectifs de la tâche et justifier l’intérêt de ce qui est étudié, rendre l’élève acteur de sa formation, notamment en créant des situations d’interactivité comme dans les travaux en groupe. D’autre part l’évaluation sommative, qui se traduit par des notes, accentue souvent le sentiment de dévalorisation de l’élève en difficulté. Il est préférable de pratiquer une évaluation formatrice, portant sur les démarches de l’apprentissage. Enfin, considérer que l’erreur est nécessaire et formatrice.

L’enseignant peut alors être à l’écoute de l’élève difficile, ceci dans une relation individuelle. Des pistes pour mener l’entretien avec l’élève sont données par les auteurs. Il faudrait aussi accepter que les élèves puissent s’exprimer sur leur vécu scolaire en donnant leur point de vue sur le cours, l’ambiance de la classe et les attitudes du professeur. Malgré ce dispositif, les situations conflictuelles demeurent inévitables. Ici encore, de précieux conseils sont donnés pour tenter de gérer ces conflits.

Ce livre est ainsi un outil efficace et précieux pour la formation personnelle de tout enseignant, lui permettant de progresser dans sa pratique, afin de mieux comprendre les comportements des élèves considérés comme difficiles, de prendre conscience de ses réactions face à eux et d’améliorer la communication.


Stéfan Philippot
( Mis en ligne le 21/04/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Quand les enseignants jugent leurs élèves
       de Pascal Pansu , Pascal Bressoux
  • Sanctions et discipline à l'école
       de Bernard Defrance
  • La Sanction en éducation
       de Eirick Prairat
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd