L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mercredi 14 novembre 2018
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Pédagogie/Education  
 

Un optimisme réaliste
Bruno Descroix   Demain les profs
Bourin Editeur 2004 /  19 € - 124.45 ffr. / 204 pages
ISBN : 2-84941-009-8
FORMAT : 14x22 cm

L'auteur du compte rendu : après des études en mathématiques pures, Stéfan Philippot enseigne actuellement dans un collège classé ZEP. C’est un établissement dans lequel un plan contre la violence a été mis en place ; il s’agit en outre d’un poste à exigence particulière de type PEP IV.
Imprimer

Les questions d’actualité concernant l’éducation ne manquent pas : Comment réinventer l’autorité ? Peut-on encore réformer l’éducation nationale ? Quels problèmes soulèvent les affaires du voile islamique ? Faut-il faire de la discrimination positive pour permettre aux jeunes des banlieues d’intégrer de grandes écoles ?

Face à ces questions, les professeurs sont évidemment en première ligne. L’un d’entre eux, Bruno Descroix, a décidé de faire entendre sa voix avec Demain les profs. A 33 ans, agrégé de mathématiques, il a effectué sa première rentrée au lycée Louis-le-Grand à Paris où «le prestige attaché à l’institution rejaillit bien évidemment sur les professeurs qui y exercent, débutants compris.» Mais le véritable début de carrière se situe un an plus tard lorsqu’il doit entamer son premier cours au sein d’un lycée réputé difficile de Seine-Saint-Denis, «là où aucune autorité n’est plus accordée a priori aux enseignants».

Bruno Descroix appartient à une nouvelle génération de professeurs, qui apprend son métier dans les banlieues. Fort de son expérience de terrain, il analyse ici les raisons empêchant l’école républicaine de fonctionner correctement, et propose des solutions simples et adaptées aux difficultés. Réinventer l’autorité, qui n’est plus naturellement liée au statut d’enseignant, est une priorité, affirme-t-il. Une organisation cohérente des enseignements et de l'équipe pédagogique doit apparaître plus manifestement à l'attention des élèves. Les professeurs ont tout intérêt à travailler en concertation et la communauté éducative, composée de tout le personnel d’un établissement, doit faire de l’éducation au sein d’un collège où d’un lycée, l'affaire de tous. Un domaine où l’autorité traditionnelle pourrait trouver un outil de sa reconstruction est l'informatique et son utlisation en classe. «Voir que leurs professeurs disposent des outils les plus performants ainsi que des contenus adaptés à leur cours, serait un symbole fort pour les élèves.» Il faut ensuite réussir à susciter à nouveau le respect du professeur par les élèves, afin de rétablir un nécessaire lien de confiance. Dans ce but, l’école doit jouer son rôle d’ascenseur social, actuellement en panne dans les établissements des périphéries.

Bruno Descroix s’attaque aussi aux préjugés : contrairement à ce que pensent de nombreux commentateurs, le «mammouth» peut évoluer mais sous certaines conditions, par des réformes cohérentes avec la réalité du terrain. Au collège, par exemple, de nombreux enseignants ont pu trouver absurde de supprimer des heures de cours classiques pour les remplacer par des «itinéraires de découvertes», travaux interdisciplinaires, alors que les élèves ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux. Les enseignants ne sont certes pas opposés aux innovations pédagogiques mais dans la mesure où les réformes répondent à des enjeux réels. Par ailleurs, lorsqu’une réforme est lancée, «chacun en est trop souvent réduit à bricoler seul dans son coin. La qualité du suivi des nouveaux dispositifs semble être la deuxième condition pour un véritable changement.» Qu'il s'agisse des questions de laïcité ou de méritocratie républicaine, l'auteur, confiant en la possibilité de changement radicaux, regrette cependant que «l’Etat peine à soutenir les initiatives là où elles existent et à les susciter là où elles sont absentes.»

Ce livre, de par la qualité des analyses et la lucidité dont fait preuve l’auteur face aux problèmes rencontrés dans notre système éducatif, est une véritable «lettre à tous ceux qui aiment l’école». Demain, en effet, les professeurs devront revenir au centre du système éducatif avec un soutien de qualité afin de susciter le renouveau de l’école républicaine.


Stéfan Philippot
( Mis en ligne le 11/10/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Fin de l'autorité
       de Alain Renaut
  • Eduquer ou punir
       de Marie Raynal
  • Elèves ''difficiles'', profs en difficulté
       de Marie-Thérèse Auger , Christiane Boucharlat
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd