L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 23 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Questions de société et d'actualité  
 

Sybaris ou la civilité des mœurs
Jean-Michel Delacomptée   Petit éloge des amoureux du silence
Gallimard - Folio 2€ 2011 /  2 € - 13.1 ffr. / 134 pages
ISBN : 978-2-07-044342-0
FORMAT : 11cmx18cm
Imprimer

Plus habitué aux portraits littéraires de personnages historiques, Jean-Michel Delacomptée, maître de conférences à Paris 8, surprend en s’attaquant à un thème aussi peu vendeur que le bruit. Pourtant, à bien y regarder, dans La Vie de bureau, publié en 2006, son héros avait déjà deux obsessions : les baisers qu'il adorait et le bruit qu'il redoutait....

Là, point de roman mais un ouvrage fort bien construit, d’une plume toujours élégante, alimenté par des constats édifiants et un tableau parfois cruel «d’une société du bruit [qui] immole la quiétude aux dieux de l’étourdissement». Basé sur sa propre expérience mais aussi sur des pyramides de témoignages, de vies brisées, l’auteur rappelle que les victimes du bruit sont et restent des «cocus» dont on se moque, elles ont «toujours tort de se montrer hostiles à ce qui les envahit, rétives à ce qui les déprime, rebelles à ce qui les détruit». Une armada d’arrêtés, de paragraphes, d’alinéas, de textes de loi – texte de bois, de rapports d’analyses, de bilans - restent vains et pendouillent «comme des bouts de ficelles. Les ministères proposent, les parlementaires légifèrent, les lois somnolent. Les forces de l’ordre rechignent à intervenir, les huissiers à constater, les tribunaux à sanctionner». Observatoires du bruit, Conseil National du Bruit, Mission Bruit… autant de divisions ou sous-divisions dépourvues de pouvoir et «le plus souvent rideau de fumée». Même les Grenelles et les écologistes ont relégué cette question dans les angles morts de leurs programmes. Seules, des associations luttent à mains nues contre ce fléau.

Pourtant, la vie est sonore. Il n’y a pas de vie dans le silence des nécropoles ou des geôles. Mais il n’y a pas de vie dans le bruit : «Vivants sont les cris des enfants dans les cours d’écoles, le brouhaha du marché, les cloches du dimanche, un concert en plein air […] mais rien de vivant dans la pétrolette qui déchire la ville endormie, dans les aboiements d’un chien […] ou dans la télévision du voisin qu’on entend malgré les deux étages qui nous séparent». Nuançant «le bruit et les bruits», par la subtilité de son approche, la force de ses comparaisons et de ses descriptions, l’auteur fait preuve d’une compréhension salutaire pour traduire, de l’exaspération à l’épuisement, les mécanismes de viol des défenses internes et de souffrances faites au corps par le bruit, mois après mois, année après année, jusqu’au délabrement de l’individu.

Partant du bruit le plus violent de l’histoire humaine, l’explosion du Krakatoa en 1883 qui «rendit sourdes des populations entières et fût audible à cinq mille kilomètres», au soupir qui atteint paisiblement les 10 dB, l’échelle des nuisances sonores donne au lecteur des repères concrets lui permettant de comprendre comment le déchaînement acoustique ou la privation sensorielle (silence total) agit dans les tissus. L’ouïe est en effet «le seul des cinq sens en éveil 24h/24h» : «Qui accepterait qu’on lui enfourne des louches de purée brûlante dans le gosier ? qu’on le maintienne pendant des heures le nez plongé dans les vapeurs d’une fosse sceptique ? qu’on lui braque une lumière aveuglante dans les yeux jour après jour, nuit après nuit ?». Est-ce parce ce que le bruit inflige une souffrance inodore, invisible, sans saveur, impalpable que les litiges s’enkystent et participent de cette réalité affligeante laissant des victimes saccagées sombrer dans des bourbiers juridico-administratifs souvent vains ? Pourquoi cette «cruauté jouit-elle d’une impunité scandaleuse ?»

Fallait-il naître à Sybaris, dans la cité grecque antique, pour connaître la sérénité du plaisir et le respect unanime du silence ? «De l’outrance naît le progrès» : faut-il que la banquise fonde pour qu’on s’en préoccupe et que le silence agonise pour qu’on le protège ? Ce pamphlet contre le bruit est un recueil précieux qui ne manquera pas d’intéresser ou de conforter dans leur lutte des centaines d’anonymes qui sont, tout comme Jean-Michel Delacomptée, des amoureux du silence, des sybarites en somme...


Marie-Claude Bernard
( Mis en ligne le 19/10/2011 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd