L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 27 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Questions de société et d'actualité  
 

Une nouvelle ère
Yaëlle Amsellem-Mainguy & Arthur Vuattoux   Les Jeunes, la sexualité et Internet
Bourin Editeur 2020 /  16 € - 104.8 ffr. / 175 pages
ISBN : 979-10-252-0485-6
FORMAT : 13,1 cm × 20,0 cm
Imprimer

Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux, sociologues et professeurs des universités, s’intéressent aux rapports sociaux de la jeunesse depuis quelques années. Avec l’arrivée massive des réseaux et des applications sur téléphone, les liens qui unissent ces jeunes ont non seulement évolué, mais n'ont plus rien à voir avec la génération précédente. Les deux auteurs relatent, dans une enquête faite auprès d’un millier de jeunes, la manière dont ils se rencontrent, dont ils se séduisent et dont ils consomment la pornographie, aujourd’hui facilement accessible en ligne. Jeunesse, sexe et porno, triptyque quelque peu explosif quoique bancal, déterminent les nouveaux codes sociologiques qui dépassent même l’objet d’étude pour se répandre vers les seniors.

La génération des années 50 (qui a eu 20 ans dans les années 70) disposaient de revues spécialisées ainsi que de salles de cinéma X pour faire son éducation sexuelle. Autrement dit, le chemin était encore corsé pour y avoir accès d’autant plus que la pseudo-révolution sexuelle n’avait pas libéralisé la France entière et que les jeunes gens dépendaient encore d’une certaine tradition propre aux relations amoureuses voire à la sexualité. La génération suivante a été élevée au grain de la vidéo et des films diffusés sur des canaux cryptés ; ce qui a commencé à développer autrement les rapports au sexe adverse. Mais à l’époque (disons entre 1985 et 2000), il fallait encore aller au charbon, et s’adresser directement, c’est-à-dire frontalement (ou peut-être par lettres qui sait ?) à la personne convoitée. Comme la régression est aujourd'hui de mise en sexualité comme en d’autres domaines essentiels, la drague est aujourd’hui cybernétique, virtuelle, et du coup dangereuse (ce que ne souligne guère cette enquête) ; elle s’applique de manière massive sur les réseaux sociaux où nombre de codes, jadis acquis, ont littéralement implosé. On obtient - pour résumer - des mômes de 13 ans addicts au porno ou des jeunes filles mineures qui jouent les femmes fatales !

Et que disent nos jeunes hyperconnectés ? Que la pornographie est à la fois pédagogique (elle renseignerait sur le corps, sur les positions sexuelles, sur la performance) et ludique (les adolescents partagent leurs photos de nu, regardent des films X en groupe, filment leur propre ébats). Ils ajoutent qu'Internet (notamment les forums) permet de se renseigner sur la puberté, le dépucelage tout en brisant le miroir de la timidité et de la solitude.

La critique majeure que l'on peut adresser à cet essai en forme d’enquête et de témoignages réside dans le fait que les auteurs acceptent l’époque et ses dérives avec naïveté, indifférence voire complicité, tout en confortant les idéologies dominantes qui peuvent poser problème sur la construction d’un adolescent (question qui n’est donc jamais évoquée dans ces pages) : féminisme militant ou autres manipulations telles ''Metoo'' ou ''Balance ton porc''. Pas l’ombre d’une critique d’un système qui a transformé le secret, l’intime, la frustration, le désir, l’altérité en grand parc national pour la fête sexuelle (non sans exclusion et injustice sociale), où tout est permis, surtout pour les gagnants (Houellebecq a théorisé cela dès les années 90, mettant sur le même plan sexe et libéralisme).

Oublions la psychologue scolaire ringarde du collège réunissant un groupe de classe pour lui expliquer comment mettre un préservatif : les forums, les applications, les réseaux sociaux et le porno ont définitivement ringardisé le professeur et le sexologue qui en savent moins ! Facebook a remplacé le dispensaire de quartier… Du coup, la construction sexuelle et identitaire est devenue pathétique, voire tragique (les témoignages relevés ici ne disent pas le contraire).

Pire, la femme (ici la jeune fille) est l’éternelle victime. Elle gouverne le monde mais elle doit se méfier des méchants garçons qui, mieux que l’acteur porno, manipulent et contraignent la douce ingénue à exhiber son corps ou accepter des pratiques contre natures ! Les auteurs écrivent : «Internet n’est donc pas un lieu "spécifique", plus oppressant qu’un autre pour les femmes et les minorités, mais un miroir reflétant les rapports de pouvoir qui traversent toute l’expérience de la sexualité, et qui tendent généralement à discriminer les femmes et les minorités».

Yaëlle Amsellem-Mainguy et Arthur Vuattoux sont avant tout des idéologues qui prennent une enquête comme prétexte pour diffuser leur thèse (les témoignages sont souvent banals, et semblent triés sur le volet !). La lecture est ennuyeuse, peu instructive et assez redondante. Enfin, la pornographie n’est jamais analysée et vue comme un vecteur problématique dans une société qui la diffuse à profusion gratuitement et sans contrôle vis-à-vis des plus vulnérables. Bref, ce document passe à côté de son sujet par manque de sérieux et d’objectivité. C’est bien dommage car cette enquête esquisse malgré tout des révélations parfois surprenantes, modifiant considérablement notre façon de vivre et d’échanger avec nos semblables.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 22/07/2020 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd