L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Mardi 28 janvier 2020
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Questions de société et d'actualité  
 

Le Mal court
Bernard-Henri Lévy   Réflexions sur la Guerre, le Mal et la fin de l'Histoire
Grasset 2001 /  18.02 € - 118.03 ffr. / 414 pages
ISBN : 224662021X

précédé de Les Damnés de la guerre
Imprimer

"Une saison dans l'envers, l'enfer, de l'Histoire contemporaine", ainsi pourrait se résumer, selon les mots mêmes de son auteur, le livre-expérience que nous soumet Bernard-Henri Lévy. L'essayiste entend traiter ici un sujet tabou : celui de ces guerres oubliées, scandaleusement occultées, qui sévissent tant en Angola, au Sri Lanka, qu'au Burundi, au Mexique et au Sud-Soudan. C'est-à-dire là où le Mal, et le plus souvent l'Absurde, règnent en maîtres, prennent des formes inédites et extrêmes sans pourtant parvenir à attirer l'attention des Occidentaux. La force du livre de BHL tient peut-être à cette reconnaissance : celle d'une nécessaire scission (qui n'exclut pas bien entendu la possibilité d'une entente et d'une critique réciproque) entre l'homme et le philosophe, le témoin et le théoricien. D'où la structure même de cetessai, le récit linéaire - Les Damnés de la guerre - précédant les Réflexions : expérience et théorie(s) faisant tour à tour valoir leurs droits, sans que l'une vienne jamais empiéter sur l'autre.

Un scepticisme (à l'endroit, notamment, du "théoricisme frénétique " des années 1970 et de la "vieille névrose lyrique" de l'intellectuel jamais assez attentif et trop enclin à jouer les mentors) qui, loin de conduire à une attitude défaitiste, doit nous inviter au courage et à la vigilance, en un mot à la résistance de la pensée. Dans la longue odyssée de l'intellectuel engagé, toutes ces postures sont autant de chimères. Plus qu'à l'hégélianisme prêt à tout justifier sous le beau nom de dialectique, BHL s'en prend au fatalisme, qui jette l'éponge devant la tyrannie de la realpolitik, et à ce pacifisme idéaliste qui, oubliant de considérer la guerre comme le moteur de l´Histoire, préfère se réfugier dans le tout-humanitaire bien pensant.

Au-delà de leurs différences, ces tentations se rejoignent toutes dans une même indifférence et une même passivité. A la politique de l'autruche, BHL préfère dresser le constat accablé et accablant d'une Histoire catastrophique qui, depuis plusieurs décennies, voit naître des "Epaves", ces êtres sans histoire, sans mémoire personnelle et partant sans identité. Jamais, cependant, en dépit de tout ce qui peut être dit ici d'une certaine misère intellectuelle, le rôle du penseur (inséparablement, et irréconciliablement, homme et penseur) n'aura été aussi nécessaire.


Thomas Regnier
( Mis en ligne le 04/01/2002 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd