L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 28 février 2020
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Questions de société et d'actualité  
 

Peut-on désespérer de la paix ?
Alain Michel   Désaccords de paix - Israel-Palestine : au-delà de la colère
Hommes de parole 2001 /  22.75 € - 149.01 ffr. / 493 pages
ISBN : 2-95117011-0-1
Imprimer

Un journaliste viennois assiste au procès de Dreyfus. Il a la révélation que, faute d’une terre qui leur soit propre, jamais les Juifs n’auront de répit. Ni de fierté. Car enfin, si même dans la patrie des droits de l’homme on préfère l’intérêt national à l’honneur et à la vérité… Cet homme s’appelle Theodore Herzl. Il est le théoricien à venir du sionisme, conversion du discours théologique sur le Peuple élu en nationalisme. Dans cet épisode prend ses racines le conflit centenaire entre Palestiniens et Juifs (ou Israéliens, à partir de 1948), pour la possession d’une même terre.

Désaccords de paix est une compilation de témoignages sur ce conflit qui s’éternise ; ils sont 32, certains fameux (Amin Maalouf, Tom Segev, Elie Barnavie, André Chouraqui), d’autres non, à dire leur regard sur la guerre et la paix. Ils parlent, en leur qualité d’hommes de science, de religion, ou simplement de cœur. Ces entretiens eurent lieu entre le moment de l’échec de Camp David II et celui du renouveau de l’Intifada, en ce début d’année 2001. Autant le dire, dans un contexte de "désespoir de paix". Toutefois, le ton général n’est pas alarmiste ; ni, bien évidemment, exagérément optimiste.

Evitant avec justesse les laïus pacifistes comme les discours apocalyptiques, ce recueil livre des messages, des idées qui feront leur chemin. Si aujourd’hui on s’accorde –enfin- sur l’importance de faire la paix, ce dernier mot a tant de significations et d’interprétations diverses, voire opposées, que l’on comprend pourquoi la maturation des esprits sera encore longue et douloureuse.

Désaccords de paix refuse catégoriquement de comparer la légitimité des prétendus droits de propriété que se balancent au nez les deux peuples qui occupent une seule et même terre. Aujourd’hui, la greffe a prise. Israël vit. Les Palestiniens survivent. Cela seul compte. L’Holocauste pèse-t-il plus ou moins lourd que les drames palestiniens de 1948 et 1967 ? Cette question n’est pas possible, car la poser revient à participer à l'édification de ce "Mur à Jérusalem", pour reprendre le titre du très beau documentaire de Frédéric Rossif.

En 1968, celui-ci découvre une Terre promise devenue sanglante – car promise (au moins) deux fois… On est alors en pleine Guerre Froide. Lorsque qu’Hannah Arendt se permet de critiquer le procès d’Eichmann à Jérusalem, elle est traitée de juive renégate. Cependant que les nations arabes appellent à l’anéantissement d’Israël et caractérisent la Shoah d’œuvre de propagande sioniste. Ce n’était pas le temps de la composition… Est-il d’ailleurs jamais venu ?

Ce recueil reprend, peut-être, l’esprit du documentaire de Rossif : dire les choses dans leur invraisemblable complexité. Car plutôt que la défense d’un thèse – une de plus, dirait-on mi-sceptique, mi-ironique – il s’agit ici de donner la parole à ceux qui vivent le drame. Tâche ardue. Alain Frachon, rédacteur en chef du Monde, qui signe la préface de ce livre, justifie cette œuvre dans les termes suivants : "Il m’a souvent été raconté l’histoire de ce journaliste qui, après 48 heures de présence en Israël, considérait avoir suffisamment appris pour écrire un livre qui dévoilerait enfin les raisons du conflit. Au bout d’un mois [il] avouait une totale incapacité à écrire une seule ligne".

Les différents regards découpent la fameuse "question du Proche-Orient" comme un mille-feuilles. Et qui sont autant de portes d’Israël : le californian way of life de Tel-Aviv; les colonies d’intégristes attendant le Messie derrière des barbelés électrifiés ; les juifs russes venus ici à défaut de visa pour les USA ; les foules arabes humiliées par les contrôles et par la misère matérielle; la corruption des autorités palestiniennes ; les candidats au martyr pour Allah… Non ce ne sont pas que des clichés ! Désaccords de paix offre à ceux qui auront la patience de lire les différents témoignages un point de vue que le traitement médiatique ne peut, par nature, offrir.

Certains pensent que l’avenir du monothéisme se joue - en partie - dans ce conflit. Entre Paul VI et Jean-Paul II, les Catholiques ont (enfin) réglé leur différend avec le Judaïsme. Pour de nombreux penseurs (le George Steiner du Château de Barbe-bleue, le Philippe Muray du Céline, etc.), l’antisémitisme est aussi une haine du monothéisme, c’est à dire de la loi mosaïque, des commandements divins et de leurs exigences. Voir les différentes tribus d’Abraham se déchirer est dans ce sens une légitime source d’inquiétude. La fondation Hommes de parole, qui est à l’origine de ce livre, est chrétienne, on ne s’en étonnera pas. Ce livre aux inspirations métaphysiques pose la question journalistique fondamentale : que se passe-t-il ? Tous les publics trouveront ici 32 réponses passionnantes.


Vianney Delourme
( Mis en ligne le 19/07/2001 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd