L'actualité du livre Dimanche 23 juin 2024
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Questions de société et d'actualité  
 

Un entretien avec Gonzague de Larocque
Gonzague de Larocque   Les Homosexuels
Le Cavalier bleu - Idées reçues 2003 /  8.90 € - 58.3 ffr. / 125 pages
ISBN : 2846700680
FORMAT : 11 x 18 cm
Imprimer

Le livre de Gonzague de Larocque a pour objectif de déconstruire et comprendre la fonction des idées reçues sur l’homosexualité. Quel paradoxe ! Tout le monde, même les moins concernés, a son opinion sur les homos. « Les discours glissent souvent du rationnel au passionnel ». Les 19 chapitres prennent ainsi comme point de départ une citation (de Freud à Brigitte Bardot en passant par la Bible) exprimant un préjugé. Par exemple, « les homosexuels choisissent d’être comme ça ». S’appuyant sur des études historiques, biologiques, statistiques, sociologiques ou sur des textes religieux, l’auteur s’attache ensuite à démontrer son absence de fondement. Les idées reçues sont ancrées en chacun de nous, y compris chez les gays qui peuvent avoir une image erronée d’eux-mêmes. Ce livre intéressera donc tout le monde.

Médecin et sexologue, âgé de 29 ans, Gonzague de Larocque est aussi co-créateur de l’association de recherche sur la sexologie des homosexualités et il présente une chronique sur Fréquence Paris Pluriel (FM106.3) les lundis de 20h30 à 21h30. Il nous explique comment est né ce livre.


Parutions.com : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ce livre ?

Gonzague de Larocque : Je travaillais sur la fonction des idées reçues et de l’injure. Pour leur collection consacrée à ce thème, les Editions Le Cavalier Bleu, cherchaient un auteur pour écrire sur les homosexuels.

Parutions.com : De quoi parle votre livre ?
Gonzague de Larocque : La maison d’édition a fait réaliser un micro-trottoir pour recueillir une liste d’idées reçues que j’ai complétée. Il en est ressorti trois grands thèmes : Les origines de l’homosexualité, communauté et sexualité, religion et société. Les idées reçues sont toujours les mêmes, formulées de façons différentes, car les discours sur l’homosexualité utilisent les mêmes grilles de lecture que celles de l’hétérosexualité. C’est source d’erreurs. L’homosexualité doit être pensée comme une sexualité autonome. Un homme avec un homme, ça ne marche pas comme un homme avec une femme.

Parutions.com : Comment expliquez qu’autant d’idées reçues puissent encore circuler de nos jours sur les gays ?

Gonzague de Larocque : Cela tient à l’essence de l’idée reçue qui est un instantané des peurs sociales. Dénigrer sert à repousser l’autre à distance pour ne pas être mis danger. Nous vivons dans une société patriarcale qui hiérarchise les genres sur l’étalon du masculin et les sexualités sur celui de l’hétérosexualité. Entretenir les idées reçues permet de ne pas remettre en cause ces hiérarchies.

Parutions.com : Je pense que l’idée reçue la plus ancrée concerne la supposée féminité des gays. Vous insistez sur les raisons pour lesquelles les hétéros « voudraient » que les gays soient efféminés, mais pas tellement sur le fait qu’ils ne le sont pas. Comment expliquez-vous que certains gays pensent que la plupart des autres gays sont efféminés ?

Gonzague de Larocque : Je nuancerais en disant que la follitude fait partie de la culture gay. Au départ, elle venait d’une volonté de «détruire» le genre. Chez beaucoup de gays, il y a probablement beaucoup d’homophobie intériorisée et une représentation erronée d’eux-mêmes.

Parutions.com : Comment expliquez-vous que certains scientifiques entretiennent les idées reçues et confondent genre biologique, orientation sexuelle et identité ou commettent des erreurs stochastiques ?

Gonzague de Larocque : Aucune recherche n’est neutre. Toute recherche scientifique est politique et morale. Science et religion ne sont pas séparée. Ces scientifiques partent de présupposés faux. Ils partent du principe d’inversion. D’où la confusion entre sexe biologique et orientation sexuelle. La société est sexiste. L’homme sert de référence. Personne n’arrive à penser les sexes de façon autonome. Les recherches qui ont permis de différencier sexe biologique, orientation sexuelle et identité sexuelle sont politiques elles aussi. Elles viennent des gay studies et du mouvement queer. Tant que l’homosexualité sera tabou, il sera impossible de l’étudier.


Propos recueillis par Antoine Bienvenu le 11 décembre 2003
( Mis en ligne le 02/01/2004 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd