L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 23 septembre 2019
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Questions de société et d'actualité  
 

Les indisciples de Rancière
Laurence Cornu   Patrice Vermeren    Collectif   La Philosophie déplacée - Autour de Jacques Rancière, Colloque de Cerisy
HORLIEU Editions 2006 /  39 € - 255.45 ffr. / 522 pages
ISBN : 2-916617-00-0
FORMAT : 13,0cm x 21,0cm

L'auteur du compte rendu: Guy Dreux est professeur certifié de Sciences Economiques et Sociales en région parisienne (92). Il est titulaire d'un DEA de sciences politiques sur le retour de l'URSS d'André Gide.
Imprimer

A l'initiative de Laurence Cornu et Patrice Vermeren, le colloque de Cerisy a réuni une trentaine de lecteurs de Jacques Rancière. Chacun, à sa manière, témoigne de la vivacité de cette pensée qui, pour être discrète, n'en apparaît pas moins centrale pour tous ceux qui s'intéressent à l'éducation, à la constitution des sujets politiques, à l'esthétique et à la littérature, à la relation savoir/pouvoir ou plus généralement encore à la question de la démocratie et de l'égalité (que beaucoup de nos contemporains ont prises en haine).

Centrale, parce que la force de Jacques Rancière est d'avoir toujours su concentrer sa réflexion sur la remise en cause des prémisses tenus pour les plus évidents de la réflexion philosophique. Vivace, parce qu'elle rencontre des préoccupations multiples comme le démontre amplement la diversité des origines (intellectuelles et/ou nationales) des auteurs ici réunis.

Il est bien entendu impossible de résumer l'ensemble de ces contributions. Nous n'indiquerons ici que trois axes que nous avons pu repérer. Certains articles concernent la réception et l'utilisation de certains ouvrages de Jacques Rancière. Ainsi, Walter Kohan présente la réception un peu embarrassée au Brésil de quelques écrits de Rancière, et notamment du Maître ignorant. L'ouvrage, "par l'anarchisme de Jacotot" précise-t-il, semble avoir compliqué et contrarié l'optimisme de certains mouvements d'éducation et, plus particulièrement, certains disciples de Paulo Freire. Mathieu Potte-Bonneville, pour sa part, considère les écrits actuels des intermittents du spectacle en lutte, dans lesquels la référence à Jacques Rancière et à Michel Foucault permet de souligner les deux "versions" d'une réflexion sur le sujet politique.

D'autres articles s'attachent à préciser certains aspects du parcours philosophique de Jacques Rancière. On a souvent pu signaler qu'il n'a pas multiplié les sujets de réflexion mais s'est plutôt efforcé de poursuivre ses interrogations et ses problématiques et de déplacer ses points d'appui. Sa réflexion sur l'esthétique qui préside aux découpages de la pensée politique en est un des exemples les plus significatifs. C'est là une bonne raison pour revenir, comme le fait Alain Badiou, sur le point de départ de cette pensée originale. Cet auteur, dans une honnête analyse de quelques-uns de ses différends avec Jacques Rancière, souligne en effet le point inaugural de leur pensée, en l'occurrence le paradoxe propre aux années 1965-1968 : "la bascule entre une sorte d'idéologie philosophique dominante sous le paradigme de l'absoluité des savoirs scientifiques et une série de phénomènes politico-idéologiques qui, au contraire, développent la conviction que la connexion entre savoir et autorité est une construction politique oppressive, qui doit être défaite, au besoin par la force." Pour répondre à cette difficulté, celle de la transmission des expériences et des savoirs dans le cadre même d'une critique de l'autorité des institutions, et pour mener la "bataille sur les deux fronts", les deux auteurs auraient développé des perspectives particulières qu'illustrent bien deux oxymores : le "maître ignorant" pour Rancière, l'"aristocratie prolétaire" pour Badiou.

Enfin, certains articles tentent de préciser ou d'interroger des aspects particuliers de la pensée de Jacques Rancière. Ainsi, pour Jean-Luc Nancy, si Jacques Rancière refuse d'utiliser des catégories et notions classiques de la métaphysique (et refuse en général toute ontologie), il n'en demeure pas moins que cette métaphysique ne cesse d'affleurer dans ses écrits. Il présente toujours les pratiques artistiques ou les actes politiques comme des agencements et des jeux avec ces agencements mais il n'échapperait toutefois pas, malgré lui, au recours aux références plus classiques à L'Art et à LA politique.

Art et politique, esthétique et démocratie sont d'ailleurs les domaines que Jacques Rancière a réussi à lier par quelques "déplacements" caractéristiques de sa pensée. C'est cette dimension que les coordonnateurs de l'ouvrage ont voulu mettre en exergue par ce titre : La philosophie déplacée. Ce déplacement signifie pour Laurence Cornu et Patrice Vermeren "qu'à parler d'esthétique, la question politique n'aura pas été abandonnée, mais déplacée, d'une scène à une autre." Mais, ici, d'une scène à l'autre ne signifie pas changer de sujet. D'une certaine manière on pourrait même dire que Jacques Rancière n'en a jamais eu qu'un seul : l'égalité. C'est d'ailleurs à cette question que le philosophe consacre son bel article qui vient clore le volume : «La méthode de l'égalité». On peut y lire : "Mon travail a donc été d'extraire le schéma ou le linéament du processus égalitaire comme puissance de connaissance et d'action." La Philosophie déplacée constitue en quelque sorte une très belle invite à vérifier cette puissance de l'égalité.


Guy Dreux
( Mis en ligne le 23/03/2007 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Entretien avec Jacques Rancière
  • La Haine de la démocratie
       de Jacques Rancière
  • Chroniques des temps consensuels
       de Jacques Rancière
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd