L'actualité du livre Dimanche 21 avril 2024
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  People / Spectacles  
 

Le blues du songwritter
Renaud Hantson   Poudre aux yeux - Sexe et drogues et show-business
Pygmalion 2012 /  19.90 € - 130.35 ffr. / 357 pages
ISBN : 978-2-7564-0703-6
FORMAT : 13,5 cm × 22,0 cm

Laurent Karila (Préfacier)
Imprimer

Renaud Hantson (né en 1963) aurait pu être le nouveau Daniel Balavoine. Avec sa solide culture rock, son registre vocal et son visage de poupon, il démarre officiellement sa carrière solo en 1986, année même où le chanteur de Sauver l’amour disparaissait tragiquement dans un accident d’hélicoptère au Mali. C’est d’ailleurs Michel Berger qui repère Hantson pour la version 1988 de Starmania, de même que dix ans plus tôt, il repérait Balavoine pour interpréter le rôle de Johnny Rockfort. Le jeune homme campe le personnage de Ziggy auquel il donne une dimension supplémentaire. Il chante bien, impose une belle présence, et sa carrière aurait dû prendre son envol. S’ensuit une discographie de chanteur solo, de leader de groupe de hard rock et de personnage de comédies musicales (Starmania, La Légende de Jimmy, Notre Dame de Paris) qui fait connaître Hantson dans le monde de la musique à défaut du grand public qui ne lui donne pas véritablement sa chance.

De 1983 (année du premier album des Satan Jokers, le groupe de Hard-Rock de Hantson) à aujourd’hui, la carrière du chanteur est imposante, variée et personnelle. En dépit de ce que pense le chanteur sur son propre talent dans cette autobiographie, il est clair que son œuvre est inégale même si elle ne remet pas en cause ses talents d’interprète. Si ses textes ont évolué au fil des années et de sa maturité, il demeure des chansons aux paroles maladroites et mièvres qui l’ont peut-être empêché d’exploser au top 50 (Du style «la guerre, c'est mal» ou «je souffre sans toi» !). Car Renaud Hantson a manqué de chance et ses différents albums n’ont jamais connu le succès escompté. Un phénomène curieux car des chanteurs de sa génération (Pagny, Obispo, Calogero) ont su, eux, exploser avec des chansons souvent moins intéressantes, du moins de même facture que celles de Renaud Hantson. Du coup, le chanteur-compositeur s’est contenté de suivre une carrière quelque peu underground, exclusivement suivie par des fans (souvent des admiratrices) de la première heure.

Alors pourquoi ce livre ? La drogue qu’il consomme intensément dès 1994 pourrait expliquer cela. Il devient ''addict'' aux substances illicites qui le conduisent dans le gouffre de la vie nocturne et festive, celle d'un rockeur cocaïnomane qui enchaîne davantage les soirées de défonce et les parties de sexe que les succès populaires. Mais le chanteur continue malgré tout de se produire en concert, de réaliser des albums originaux et de participer à des comédies musicales. Tout en bâclant sa propre promotion et en ratant peut-être sa rencontre avec un public plus étendu.

Ce livre revient donc sur les quarante dernières années de l’artiste qui a baigné dans la musique dès le plus jeune âge (premier prix de batterie en 1984 au conservatoire de Paris) en oscillant entre le hard-rock FM avec deux groupes, Satan Jokers et Furious Zoo, et la variété française (8 albums studio). Hantson revient sur sa carrière et se raconte sans détours, critiquant le monde étroit et souvent injuste du ''show-biz'', méprisant les émissions de télé-crochet, rendant des hommages sensibles et mérités à des amis fidèles, puis décrivant sa longue descente aux enfers avec la drogue qui le poussait dans les bras toujours accueillants de centaines de femmes tout aussi défoncées que lui. Mais les réveils furent difficiles et les hallucinations, oppressantes.

Milieu 2011, il décide d’arrêter la drogue grâce à l’intervention de son ami médecin-thérapeute Laurent Karila (auteur de la préface et de la postface du livre) qui lui conseille, entre autres, de commencer un travail de rédemption en racontant son expérience de chanteur drogué. Hantson nous livre ici un document tout à fait intéressant sur la vie d’une rock star avec ses clichés et ses originalités, ses rencontres et ses déceptions, ses succès et ses désillusions. Pas besoin de vendre des millions de disques pour épouser la cause des légendes de la musique ; la célébrité suffit à vous enfoncer dans le narcissisme et les excès, peut conclure le lecteur passionné par tant de touchantes confessions.

Que ce livre lui permette d’être redécouvert par le public, car dans le paysage musical français, assez pauvre, il a signé quelques titres tout à fait audibles comme ''C’est du sirop'' (1987), ''L’Amour envie'' (1992), ''Rester un gosse'' (1994) ou encore ''Seulement humain'' (1997), pour ne citer que quelques standards. Espérons que cette tentative d'auto-rédemption littéraire porte ses fruits, au même titre que ses multiples projets musicaux.


Jean-Laurent Glémin
( Mis en ligne le 16/05/2012 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd