L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 24 septembre 2020
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  People / Spectacles  
 

Africa-Raft
Alexis de Dieuleveult   Noyade d'Etat - La mort de Philippe de Dieuleveult
Balland 2020 /  19 € - 124.45 ffr. / 245 pages
ISBN : 978-2-940632-53-4
FORMAT : 14,0 cm × 22,4 cm
Imprimer

Le 6 août 1985, Philippe de Dieuleveult (né en 1951) disparait avec six personnes alors qu’il s’apprêtait à franchir les barrages d’Inga, l’un des passages dangereux de son expédition en rafting sur le fleuve Zaïre. Depuis un mois, les sept aventuriers parcourent le fleuve avec des étapes ; certains quittent le convoi et d’autres les remplacent. De Dieuleveult fera une escale à Paris entre temps, avant de reprendre le voyage qui s’achèvera dans le drame puisque le 6 août, les deux bateaux disparaissent (ils seront retrouvés quelques jours plus tard), ainsi que leurs sept occupants.

Mise à part une visite à sa femme sur le point d’accoucher, quels furent l’objet des rendez-vous qu’a eus de Dieuleveult que certains proches trouvaient par ailleurs soucieux ? Le président Mobutu déclare que la noyade est inévitable dans ses rapides et classe rapidement l’affaire. Jean de Dieuleveult, l’un des frères de l’animateur vedette de «La Chasse aux trésors» (et, accessoirement, officier de réserve pour la DGSE !), ne croit pas à cette version et part enquêter sur les lieux, mais très vite, il s’aperçoit que des agents français sont sur place pour rechercher les corps et que sa présence n’est pas bienvenue. C’est l’objet du livre de son fils qui, à la mort du père en 2015, découvre des cartons de documents sur le drame et un récit de sa propre enquête.

Si l’affaire, tragique au possible, est passionnante, le double récit du livre (celui d’Alexis qui a tendance à s’étendre et à révéler ses états d’âme ; et celui de Jean dont le nom aurait dû figurer sous celui de son fils) est à la fois intéressant et décevant. Nous aurions aimé une enquête plus approfondie, un récit plus dense, et les rares documents publiés sont des rapports d'autopsies quelque peu techniques et morbides des deux corps retrouvés, dont l’un fut celui que l’état Zaïrois, pour se débarrasser de l’affaire, attribua à De Dieuleveult, qu’une contre-expertise française réfuta (un corps noir décapité et démembré peut-il être mort par noyade ?...). Ce nouveau livre sur la mort de de Dieuleveult n'apporte rien de ce que l'on savait déjà, y compris sur la thèse de l'assassinat.

Alexis de Dieuleveult accuse le gouvernement français d’avoir étouffé l’affaire et accepté la thèse de la noyade pour ne pas enfreindre l’entente entre les deux pays. «Ils se sont faits bouffer par des crocodiles», aurait dit Roland Dumas, alors ministre de François Mitterrand, à Jean... Comme souvent lors d’affaires d’état regrettables, les témoins disparaissent les uns après les autres, ici plusieurs années après les faits, dans des circonstances troubles (mais que ne relaie pas assez l’auteur). Okito Bene Bene, (auteur de J’ai vu mourir Philippe de Dieuleveult : Un ex-officier des services secrets du Zaïre parle), qui affirmait en 1994 que de Dieuleveult et ses amis ont été exécutés, est lui aussi décédé depuis. Or, c’est un témoignage qui mit en doute la thèse officielle, auquel Jean prêtait une véritable attention.

Bref, la bavure est la thèse du livre, d’autant plus que l’auteur reprend l'information de ce troublant communiqué français qui aurait prévenu Mobutu qu’un groupe de mercenaires comptait débarquer sur les barrages d’Inga (secteur ultra-surveillé alimentant le pays en électricité) ; il se demande pourquoi une telle information fut transmise au moment même où l'expédition Africa-Raft disparaissait. Tugdual de Dieuleveult, le fils de Philippe, avait lui aussi enquêté sur la disparition de son père en 2006, en réalisant un documentaire passionnant (dont, curieusement, ne parle pas Alexis malgré la force et l’union de la famille) : «Philippe de Dieuleveult : Enquête sur un mystère» (2006). On y voyait, grâce aux images que de Dieuleveult avait ramenées à Paris, la violence des courants du fleuve. Ce reportage reprend de manière assez crédible la thèse de la bavure tout en n’excluant pas la noyade (deux aventuriers avaient abandonné l’expédition le 5 août précisément pour ces raisons).

Diane, la femme de Philippe, et Jean son frère se sont suicidés récemment, semble dire de manière d'ailleurs assez vague Alexis... En dernière page, l’auteur écrit à Emmanuel Macron pour que le dossier soit rouvert et que les circonstances de la mort de son oncle soient enfin élucidées.


Simon Anger
( Mis en ligne le 14/09/2020 )
Imprimer

Ailleurs sur le web :
  • Lien vers le documentaire Philippe de Dieuleveult : Enquête sur un mystère
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd