L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 24 août 2019
  
 
     
Le Livre
Essais & documents  ->  
Questions de société et d'actualité
Politique
Biographies
People / Spectacles
Psychologie
Spiritualités
Pédagogie/Education
Poches
Divers

Notre équipe
Littérature
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Sciences, écologie & Médecine
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Essais & documents  ->  Psychologie  
 

La timidité, ça n’existe pas
Jean Paul Benglia   Sexe, amour et timidité - Le GPS universel de la rencontre amoureuse
Tatamis 2008 /  19,90 € - 130.35 ffr. / 397 pages
ISBN : 978-2-917617-00-7
FORMAT : 14cm x 20cm

L'auteur du compte rendu : Juriste, romancier, essayiste, docteur en sociologie, Frédéric Delorca a publié entre autres, aux Editions du Cygne, Transnistrie : Voyage officiel au pays des derniers Soviets (2009).
Imprimer

Il existe mille manières de raconter sa vie, ou son aspect le plus important, ses joies, et d'en interroger les mystères. Tel écrivain en fera un roman, tel philosophe un traité. Signe des temps, certains qui ne se sentent ni le style du grand narrateur, ni le génie métaphysique, choisiront un genre en apparence plus accessible : le manuel pédagogique, le petit recueil de conseils "d'homme à homme", de rescapé d'une catastrophe à victime actuelle ou potentielle. L'exercice parait plus simple, moins raffiné qu'une oeuvre littéraire. Est-il pour autant plus commode à réaliser pour son auteur ? - rien n'est moins sûr. En tout cas, pour le lecteur, c'est toujours une source de réflexion très suggestive, moins importante par ce qu'elle dit, que par l'arrière plan - tout cet impensé qui se cache derrière la violence naïve de cette déclaration : "ami je vais t'apprendre à vivre" ou même "ami je vais t'aider à vivre".

Le livre de Jean-Paul Benglia n’échappe pas à cette règle. Il s’agit d’un manuel de «désapprentissage» de la timidité entre hommes et femmes. «Pragmatique et sans langue de bois», comme il le dit dans sa quatrième de couverture, l’auteur, diplômé d’une école de commerce, qui travaille dans le secteur du tourisme, révoque en doute les analyses psychologiques et sociologiques académiques pour proposer au lecteur des clés de compréhension et d’action accessibles à tous.

L’ouvrage se lit facilement. Il égraine des situations, des comportements, explique au lecteur comment il faut agir pour que le désir qui naît entre hommes et femmes, ne reste pas purement fantasmatique. Au-delà du récit autobiographique, le livre s’inscrit dans un projet généreux et fédérateur que l’auteur décrit sur son site Internet : «Créer une association nationale des personnes atteintes de "timidité amoureuse". Créer une dynamique et une solidarité nationale pour enrayer le phénomène et rompre l'isolement naturel, mais quasi-certain des personnes timides». Sur le plan idéologique, c’est un livre de notre époque, qui, après les errements du «constructivisme», revient à l’éthologie animale à une forme de fixité des répartitions de rôles entre hommes et femmes (toute une littérature circule à ce sujet vulgarisée par Les Hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus).

Au fil des pages, beaucoup de gens apprendront peut-être à se libérer de certaines habitudes, chasser un peu leur naturel, mais est-ce là l’essentiel ? Les vrais problèmes sont-ils ceux que pose le livre, ou bien ceux qu’il omet ? ceux qu’il ne pense pas ? On reste perplexe tout d’abord devant cette histoire que raconte l’auteur, la sienne : celle d’un homme qui vécut «25 ans de solitude amoureuse quasi-totale au milieu des femmes malgré des atouts physiques et intérieurs indéniables ! Et vers 40 ans, un jour, la lumière fut !». Dans les interstices de ce récit paulinien ou augustinien de cette révélation, on découvre qu’en fait Jean-Paul Benglia eut des relations amoureuses pendant ces 25 ans, mais elles sont systématiquement dévalorisées au profit de l’abominable Solitude, seule compagne à laquelle il aurait été fidèle. Cette bizarrerie fait système avec des anecdotes d’adolescence qui en disent long sur les valeurs sociales machistes du Sud-ouest de la France, et peut-être aussi avec un silence étonnant sur le père de l’auteur, un père absent semble-t-il.

En reconstituant le puzzle à l’arrière-plan de ce que dit le livre, on voit se dessiner un tout autre tableau : non pas celui d’une timidité que l’on pourrait vaincre durablement par des pratiques «comportementales» ou par un sentiment d’appartenance, sur un mode très américain, à une «communauté de timides» (dont on suggère ici ou là qu’ils sont des «malades de la communication» susceptibles d’obtenir un nouveau «regard de la société sur eux», et de le revendiquer comme un droit), mais celui d’une répartition des rôles ébranlée, dans une société qui à la fois n’a pas fait le deuil de son machisme, et qui, cependant, valorise une liberté féminine hautement narcissique.

De ces contradictions placées sous le signe de l’optimisation du plaisir individuel et du culte de la conquête, naît une dévalorisation permanente de la relation réellement vécue, et de ses protagonistes. Et si la timidité, la paralysie des acteurs sur la scène des rencontres, n’était que le sous-produit de cela, la manifestation émotionnelle d’une culpabilisation des hommes et des femmes dans leur vaine course à la Rencontre mythifiée ? Le livre n’en parle pas, et pour cause, car à ce malaise dans la civilisation il faudrait sans doute d’autres remèdes, plus radicaux, des remèdes politiques, au-delà du simple coaching.


Frédéric Delorca
( Mis en ligne le 08/04/2009 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd