L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 18 juillet 2019
  
 
     
Le Livre
Sciences, écologie & Médecine  ->  
Sciences
Médecine & psychologie
Ecologie & nature

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Sciences, écologie & Médecine  ->  Médecine & psychologie  
 

Un livre dont on peut se séparer
François-Xavier Poudat   La Dépendance amoureuse - Quand le sexe et l'amour deviennent des drogues
Odile Jacob 2005 /  19.90 € - 130.35 ffr. / 193 pages
ISBN : 2-7381-1652-3
FORMAT : 14,5cm x 22,0cm

L'auteur du compte rendu : Antoine Bioy est psychologue clinicien et docteur en psychologie.
Imprimer

Psychiatre et psychothérapeute, François-Xavier Poudat est également directeur de l’enseignement de sexologie à l’université de Nantes. Il a notamment écrit autour des addictions sexuelles, et nous propose ici une réflexion plus large autour de la question de la dépendance amoureuse.

Bien que l’ouvrage bénéficie d’un titre on ne peut plus clair, le texte qui le compose est bien loin d’offrir un même niveau de netteté. S’y mélangent des notions de disciplines diverses (psychanalyse, cognitivo-comportementalisme…), ce qui aurait pu être un plus si l’auteur avait structuré son propos en conséquence. Des données scientifiques côtoient au même niveau des lieux communs mais aussi des avis personnels présentés comme des règles absolues sans qu’un fil conducteur soit réellement visible. Peu d’arguments trouvent le temps de s’épanouir et dès qu’un champ semble se dessiner, on le quitte pour faire un bond vers d’autres notions, et là encore sans que le lien soit vraiment lisible. À ce rythme, les vignettes cliniques (parfois à la limite de la caricature) paraissent faire office de vagues illustrations, qui occupent un espace qui sinon serait resté inoccupé.

La déconstruction du livre se lit jusque dans l’usage des termes clefs qui sont en lien avec le propos évoqué par le titre : il faut presque attendre la fin pour que se dessinent des critères à peu près clairs de différence entre, par exemple, dépendance et addiction. Comment alors suivre l’auteur lorsque sont semées ça et là les notions qui structurent la question du normal et du pathologique, des conduites inquiétantes et celles qui sont des promesses d’un avenir qui se cherche ? Du coup, on peine à suivre les argumentaires, et l’appel (parfois plaqué) à quelques auteurs qui ont travaillé autour de la problématique de la dépendance aurait presque pu être salutaire si en se rendant dans la section bibliographique, on ne trouvait là aussi des erreurs de référencement.

Cet ouvrage semble avoir été écrit vite, trop vite, et avoir eu du mal à se terminer. L’auteur nous propose en effet sur la fin une certaine vision (personnelle mais là aussi présentée comme une «conduite à tenir») de ce qu’est un suivi thérapeutique, sur un mode qui se voudrait didactique, mais qui semble hors sujet tel que présenté et amené. Enfin, des annexes tirées d’ouvrages scientifiques tels que le DSM IV sont colligés comme des tests de presse grand public, et l’auteur de proposer «à ceux qui le désirent de réfléchir sur leur dépendance et leur addiction» (on notera là aussi une proximité de termes, comme si ces deux conduites étaient au même niveau et relevaient d’une même dynamique)… Une démarche qui laisse pour le moins perplexe, qui questionne la déontologie, et en tout cas complètement à l’opposé de toute démarche qui se voudrait un tant soit peu rigoureuse.

Quelques bonnes idées auraient pourtant pu être exploitées pour en faire un bon ouvrage de vulgarisation scientifique, comme le fait de s’appuyer sur certaines œuvres cinématographiques. Mais comme le reste, ce point de départ ne donne lieu à aucune suite, presque transformé en anecdote, et le «listing» des films cités en annexe semble avoir été fait sans une réelle recherche, en oubliant quelques œuvres majeures et pourtant évidentes telles que La Femme d’à côté de François Truffaut.

Au final, un ouvrage que l’on ne peut situer : tentative de vulgarisation ? Tentative pour écrire un essai ou bien un manuel ? Autre chose ? Bref, un OVNI de l’édition qui n’éveille cependant aucune curiosité et pêche par un manque de rigueur étonnant pour cet auteur.


Antoine Bioy
( Mis en ligne le 09/01/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd