L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Samedi 22 février 2020
  
 
     
Le Livre
Sciences, écologie & Médecine  ->  
Sciences
Médecine & psychologie
Ecologie & nature

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Sciences, écologie & Médecine  ->  Ecologie & nature  
 

American way of death ?
Alex MacLean   Over - Visions aériennes de l'American Way of Life : une absurdité écologique
La Découverte 2008 /  59 € - 386.45 ffr. / 335 pages
ISBN : 978-2-7071-5629-7
FORMAT : 23cm x 33cm

Préface de Bill McKibben.
Imprimer

Attention, ouvrage choc et militant : Over ou la rencontre, hélas peu improbable, entre La Terre vue du ciel et la critique environnementaliste. Alex MacLean est un architecte urbaniste mais il s’est principalement fait connaître par ses photographies aériennes des États-Unis, un «Arpenteur du ciel» (titre de l’un de ses ouvrages phares)… Avec ce gros et bel album, de plus de 500 photographies, c’est à un tour complet de l’American Way of life que l’auteur nous convie. Projet ambitieux et réussi… mais certainement pas à la mode de Yann Arthus Bertrand : là où, pour le Français, c’est l’émotion esthétique, la palette des couleurs et la richesse des contrastes qui sont recherchées, l’Américain, lui, entend révéler et dénoncer quelques aberrations. Le sous-titre de l’ouvrage, «Visions aériennes de l’American way of life : une absurdité écologique», est un programme en soi. Il s’agit de mettre en lumière une réalité hélas bien connue, les dégâts que la société de consommation entraîne et les risques environnementaux.

Et donc Alex MacLean, tel un Henry David Thoreau (l’un des pères américains de l’écologie) du XXIe siècle, enfourche son avion et part photographier l’hyperpuissance impuissante : l’impression qui se dégage de ces photographies est un mélange d’inquiétude et d’étonnement devant le gigantisme et le tentaculaire… Les plaines recouvertes de voitures, les résidences avec piscine gravées à l’infini sur des paysages minéraux, les tores des réseaux autoroutiers en forme de nœuds marins, les constructions cyclopéennes posées sur le sable, les nuages de pollution aux volutes insouciantes, la mer qui recule en délaissant les pontons des hommes, les centres-villes démesurés, les golfs verdoyants plantés au milieu de déserts… Le catalogue est sans fin de ce rapport de force qui voit la nature reculer, se soumettre à un besoin effréné de consommation, de confort (ou d’illusion de confort).

Chaque photographie, pleine page ou demi page (on est au large et l’édition est à la hauteur du projet, réussie) est commentée en bas de page, sous forme d’un constat attristé, d’une dénonciation un peu désespérée. Un ouvrage en forme de prise de conscience ?... Si la présentation, remarquable, ressemble à celle de Yann-Arthus Bertrand (chaque grand chapitre s’ouvre sur une carte situant les photographies, ainsi que sur un commentaire général) – comme un standard de la photo aérienne – les thèmes sont, eux, plus engagés : atmosphère, mode de vie, dépendance automobile, électricité, usage de l’au, pollution, recyclage et déchets, urbanisme. Over ou le portrait d’un territoire modelé par l’homme et de plus en plus déformé.

La photographie aérienne, en ce qu’elle révèle les schémas de très grande échelle, ajoute au discours alarmiste. A rebours d’une vision héroïque de l’American way of life (l’homme maître de son espace), c’est le constat, fait par un vieux militant environnementaliste comme Bill McKibben (La Nature assassinée, 1980), préfacier de l’ouvrage, que, vu d’en haut, le monde est petit, et qu’il s’épuise à satisfaire nos désirs. Explorant non pas une, mais des dimensions invisibles (le temps, la verticale…), Alex MacLean donne à penser et commente, en citoyen préoccupé, les politiques et engagements (plus ou moins respectés) de son pays.

Bref, un bel objet et un ouvrage riche, servi par de magnifiques photographies, au service d’une cause dont il faut croire qu’elle n’est pas encore désespérée. Un ouvrage à offrir aux inconditionnels des États-Unis comme aux amateurs de photographie aérienne, comme un voyage raisonné dans l’Amérique désormais conquise par l’homme.


Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 20/10/2008 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd