L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 8 décembre 2019
  
 
     
Le Livre
Sciences, écologie & Médecine  ->  
Sciences
Médecine & psychologie
Ecologie & nature

Notre équipe
Littérature
Essais & documents
Philosophie
Histoire & Sciences sociales
Beaux arts / Beaux livres
Bande dessinée
Jeunesse
Art de vivre
Poches
Rayon gay & lesbien
Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un auteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Sciences, écologie & Médecine  ->  Ecologie & nature  
 

Une confrontation féconde entre les préoccupations écologistes et la réflexion et l’action des chrétiens
Marc Stenger    Collectif   Planète vie Planète mort - L'heure des choix
Cerf 2005 /  24 € - 157.2 ffr. / 277 pages
ISBN : 2-204-07949-9
FORMAT : 15x22 cm

L’auteur du compte rendu : Rémi Luglia, professeur agrégé d’Histoire et interrogateur en deuxième année dans une classe préparatoire commerciale, est doctorant à Sciences-Po Paris où il mène une recherche sur l’histoire de la protection de la nature en France de 1854 à nos jours à travers le mouvement associatif.
Imprimer

On dit souvent que le christianisme justifie par essence l’exploitation de la nature aux seules fins de la nécessité et du plaisir humain. Hélène et Jean Bastaire (Pour une écologie chrétienne) nous avaient déjà brillamment démontré l’extraordinaire simplisme de cette observation. L’ouvrage actuel réitère la démonstration et montre que, s’il est indéniable qu’une certaine interprétation chrétienne invite les hommes à ne faire qu’une exploitation sans vergogne de ce qui les entoure et que les chrétiens appellent la création, d’autres au contraire posent qu’à l’homme, parce qu’il a été créé supérieur à toutes choses sur terre, incombe la responsabilité de cette création et donc implicitement celle de sa gestion durable, pour l’homme, et de sa protection, pour elle-même.

A l’inverse, la meilleure défense étant l’attaque, on voit émerger dans les milieux chrétiens une contestation de l’écologisme et des mouvements qui le portent, au motif principal qu’ils refusent la prééminence de l’homme sur le reste du monde. Laurent Larcher nous avait déjà exposé ces idées l’an dernier (La face cachée de l’écologie. Un antihumanisme contemporain ?, Paris, Cerf, 2004), en prêtant toutefois le flanc à la critique. Ici, le propos est bien plus nuancé et l’analyse ne porte clairement que sur les fondamentalistes de l’écologisme ou de la «deep ecology». Contrairement à Laurent Larcher, qui assimile de manière caricaturale les deux phénomènes, l’écologie est invitée à s’exprimer dans cet ouvrage collectif, et l’on constate, sans surprise, que les préoccupations écologistes se retrouvent en grande partie dans la foi chrétienne.

Et, au-delà de ces querelles d’ordre théologique (le christianisme légitime-t-il intrinsèquement la destruction de la nature ou est-il porteur d’un message protecteur de celle-ci ?), pour importantes quelles puissent être, ou de ses prises de position sur l’idéologie de groupuscules ultra minoritaires, l’intérêt de cet ouvrage réside dans les témoignages de chrétiens qui s’impliquent sur des thèmes clairement écologistes. Dépassant ainsi l’enjeu d’un anti-écologisme contenu ou pas dans le christianisme (idée rejetée unanimement et de manière probante par les auteurs), il s’agit de savoir si les chrétiens peuvent être écologistes ou si leur humanisme est définitivement contraire à cette idée des relations entre l’homme et la nature. La réponse est ici positive ; dits et faits de chrétiens se rassemblent pour le montrer.

Cet ouvrage collectif, aux contributions néanmoins inégales dans leur intérêt et dans la pertinence de leurs analyses (mais c’est le cas de tous les ouvrages de ce type et cela tient pour partie à la diversité des horizons des auteurs), s’organise en trois grands thèmes pour répondre à ces interrogations. La parole est d’abord confiée aux scientifiques qui dressent un panorama des risques qui pèsent sur notre planète et sur nous, à l’heure actuelle ou pour le futur. Nous avons là quelques belles pages et notamment un article de Jean-Pierre Raffin qui expose de manière fine, nuancée et tempérée (c’est extrêmement rare sur ce sujet), l’état des connaissances sur les OGM et les interrogations qui persistent. L’opacité volontaire que les entreprises et les gouvernements font régner sur les études portant sur les risques potentiels de perturbation par la dissémination des transgènes participe largement au climat d’inquiétude que ces mêmes acteurs dénoncent par ailleurs ! Outre les OGM, des chercheurs nous présentent leurs réflexions sur l’énergie, le transport, l’urbanisation, l’eau, la biodiversité, l’agriculture, la démographie. Bref, les principales interrogations sur les relations de l’homme avec son environnement sont exposées.

C’est dans le corps de la deuxième partie que la réflexion théologique intervient. La pensée de l’Eglise catholique est exposée ; l’écologie «sacralisante» dénoncée ; le développement solidaire et durable resituée comme partie intégrante du message chrétien ; la responsabilité de l’homme vis-à-vis de la Création posée. Des liens entre la doctrine chrétienne et l’écologisme sont soulignés ; d’autres rejetés. La place des chrétiens dans l’écologisme est délimitée clairement et justifiée.

La troisième et dernière partie s’intitule «agir pour la création». C’est là que, au delà des messages et de la théorie, on plonge dans la vie des chrétiens en considérant d’abord comment les Eglises chrétiennes se saisissent du problème ; puis en quoi il s’agit d’un enjeu pour les fidèles ; enfin comment certains chrétiens agissent concrètement dans ce sens. Ces témoignages sont porteurs à la fois d’exemplarité (comment agir ?) et d’espoir (certains font quelque chose). Ils invitent expressément les croyants, bien sûr, mais aussi les autres, à prendre conscience des problèmes, du rôle de chacun et de la nécessité d’agir.

Finalement, dans ces diverses parties, ce stimulant ouvrage correspond tout à fait à l’axiome des écologistes, «penser globalement ; agir localement».


Rémi Luglia
( Mis en ligne le 24/10/2005 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • La Face cachée de l'écologie
       de Laurent Larcher
  • Pour une écologie chrétienne
       de Hélène Bastaire , Jean Bastaire
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd