L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Lundi 21 septembre 2020
  
 
     
Musique Classique &Opéra  ->  

Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un compositeur/interprète
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Musique Classique &Opéra  ->  Musique orchestrale  
Piotr Tchaïkovski
Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893)
 The Philadelphia Orchestra
Christoph Eschenbach

Ode Codaex distribution 2007   
ODE 1104.5

Super Audio CD hybride stéréo/multicanal
Imprimer


C'est à son mécène, la Baronne Nadejda von Meck, que Tchaïkovski dédia sa quatrième symphonie. Lors de sa composition, en 1877, il lui écrivit : "A présent je suis absorbé par la symphonie que j'ai commencé à écrire encore en hiver, et que je veux vous dédier car vous y trouverez des échos de vos idées et de vos sentiments les plus profonds".

La symphonie N°4 du compositeur russe est le premier volet de la trilogie "du destin" où le Fatum fait son apparition. "cette force fatale, écrira-t-il, qui empêche l'aboutissement de l'élan vers le bonheur, qui veille jalousement à ce que le bien-être et la paix ne soient jamais parfaits ni sans nuages, qui reste suspendue au-dessus de notre tête comme une épée de Damoclès et empoisonne inexorablement et constamment notre âme. Elle est invincible, et nul ne peut la maîtriser. Il ne reste qu'à se résigner à une tristesse sans issue". Ce n'est que dans l'ultime sixième qu'il trouvera sa résolution.

Créée à Moscou en février 1878 sous la direction de Nikolaï Rubinstein, l'œuvre fut accueillie fraîchement. Ce qui plongea Tchaïkovski dans une dépression insondable, faisant suite à son mariage raté. La quatrième est une partition à programme que le compositeur expliqua longuement dans une lettre à sa protectrice fortunée.

Christoph Eschenbach, dirigeant The Philadelphia Orchestra, offre une vision puissamment romantique de l'œuvre. Jouant notamment sur les contrastes de cuivres, son discours met en évidence le poids du destin inexorable. Avec un bel équilibre général, l'interprétation d’Eschenbach est une réussite. En complément, la suite des Saisons pour piano est également bienvenue. Un bon SACD à la prise de son ample, manquant parfois de définition, dans une dynamique importante.


Jean-Jacques Millo
( Mis en ligne le 10/07/2007 )
Imprimer

Ailleurs sur le web :
Lien vers le site de Opus HD Magazine
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd