L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Vendredi 3 février 2023
  
 
     
Séries Télé  ->  

Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un réalisateur/acteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Séries Télé  
Là-bas...
avec Mikael Salomon, Josh Henderson, Luke MacFarlane, Erik Palladino
Fox Pathé Europa 2006 /  39.99  € - 261.93 ffr.
Classification : Tous publics

Sortie : 2005, Etats-Unis
Titre original : Over there

Version : DVD9, Zone 2
Format vidéo : PAL, format respecté 1.78
Format image : 16/9 compatible 4/3
Format audio : Anglais, français, Dolby digital 5.1
Sous-titres : français, anglais, néerlandais

DVD 1
1. Les bleus (Pilot)
2. Le barrage (Roadblock Duty)
3. Le prisonnier (The Prisoner)

DVD 2
4. Le guetteur (I Want My Toilets)
5. Massacre d'innocents (Embedded)
6. Retour difficile (It's Alright Ma, I'm Only Bleeding)
7. Mission accomplie (Mission Accomplished)

DVD 3
8. Situation normale (Situation Normal)
9. Butin de guerre (Spoils of War)
10. Le piège (Suicide Rain)
11. Orphelins (Orphans)

DVD 4
12. Nouvelles recrues (Weapons of Mass Destruction)
13. Le convoi (Follow the Money)


Bonus :
- Commentaire audio du sergent Sean Bunchd, le conseiller militaire de la série
- Commentaire audio de Sam Sako, spécialiste de l'Irak
- Documentaire : débriefing
- Documentaire : filmer "Over There"

Imprimer


Ils sont forts ces américains ! La formule éculée, très souvent péjorative, s'applique parfaitement à la télévision américaine actuelle et surtout aux séries qu'elle produit. Mais loin de se moquer, il s'agit plus ici de respect et d'envie. Depuis une dizaine d'années, les networks, HBO en tête, produisent des séries d'une qualité rare et d'une inventivité surprenante. Ce qui est encore plus marquant, ce sont les sujets abordés. Derrière les séries policières qui ont ouvert la voie avec un nouveau ton, des histoires plus riches et des personnages plus profonds et plus humains, (NYPD Blue), le spectre exploré est toujours plus large et sociétal. Qui pourrait imaginer une série mettant en scène le président des Etats-Unis dans son quotidien et sa gestion de l'actualité post 11 septembre ? La télévision ose aborder des sujets brûlants, elle observe et psychanalyse sa société et ses travers. Avec Over there, elle franchit un nouveau palier : raconter le quotidien de soldats envoyés en Irak. Et ce n'est sans doute pas un hasard si l'on retrouve Steven Bochco (le créateur de NYPD Blue) à l'origine de la série, associé à Chris Gerolmo qui écrit tous les scénarios. Ce dernier est aussi l'auteur et l'interprète de la chanson titre, «Over there».

Contrairement à des séries comme L'Enfer du devoir, et le mythique Paint it black de son générique, série également très réaliste sur la guerre du Vietnam mais tournée plusieurs années après les événements, il y a une concordance de temps parfaite entre ce que raconte les journaux télévisés américains et Over there. Adéquation dans le sujet mais certainement pas dans le ton, la réalité du terrain ou encore la réalité que l'on choisit de montrer. Imaginez le choc mais aussi la puissance et éventuellement le pouvoir et l'impact d'une série comme celle-ci sur un pays qui est toujours en guerre!. Bienfaits ou dommages collatéraux de la télé-réalité et des docu-drama.

La première saison de la série sort donc en DVD. Le pilote, premier de douze épisodes, propose en ouverture une check list bien particulière. Un jeune couple fait l’amour dans toutes les pièces de sa maison : "Cuisine ? Fait ! Salon ? Fait ? … Cela nous fera des souvenirs !". Plan suivant, l’image se fige sur le jeune homme qui sort de sa maison, tenue militaire, sac à l’épaule : soldat deuxième classe, Bo Rider, 20 ans. Viennent ensuite le portrait tout aussi rapide des cinq autres personnages principaux, première ou deuxième classe, trois garçons et deux filles, âgés de 18 à 22 ans. Cette introduction qui dure moins de trois minutes trente propose une lecture rapide de l’armée américaine : des soldats jeunes mais déjà mariés et avec enfants pour certains. Plan suivant : on les retrouve pour leur première mission sur le terrain, encadrés par un sergent, digne héritier du genre au cinéma : gueulard, dur mais finalement humain. Les filles, quant à elles, sont en retrait puisque affectées au transport.

Dans ce premier épisode comme dans les suivants, les aventures présentées peuvent être proche de la réalité quoique romancées. Chacun des épisodes fournit un élément qui permet de mieux comprendre comment se vit au jour le jour la présence de l’armée US sur le terrain. Prises de décisions stratégiques en fonction des médias présents, problème des femmes au combat ; bienqu’armées comme les hommes ou presque (cf. le petit documentaire bonus qui permet de bien voir quelles sont les armes utilisées par chacun), elles ne participent pas directement au combat. On essaie de comprendre quelles sont les raisons qui poussent les soldats à s’engager : l'argent, l'université que l’on pourra rejoindre ensuite, la prison qu'on évite... sont au moins aussi importants que le patriotisme le plus profond. Un métier finalement, et un semblant d’avenir que la vie ne leur réservait pas forcément.

Une des grandes forces du scénario est de l'ancrer dans le quotidien des autres : ceux qui sont restés sur la base aux Etats-Unis, maris ou femmes de soldat, mais aussi les blessés graves qui se font soigner dans un hôpital militaire en Allemagne. Comment ils vivent leur vie avant de subir une guerre qui est aussi la leur avec son lot de solitude, d'angoisse de mauvaises nouvelles. L'alternance entre ici et là-bas renforce la sensation de réalité et de proximité. Et rien ne semble trop caricatural. Les soldats ont pour première ambition de survivre alors que leurs adversaires sont prêts à mourir. La victoire semble impossible... Sans y toucher vraiment, la série aborde de très nombreux sujets et les questions soulevées par cette guerre : les erreurs de la démocratie, les scandales de la torture et des prisons (Abou Graib), l'importance et la différence de traitement des contractants privés et notamment ceux qui travaillent autour du pétrole mais aussi la force et la puissance des médias, qu'ils soient américains, arabes ou bien utilisés par les insurgés. Oui... on parle d'insurgés et non de terroristes !... La série se penche aussi beaucoup sur le quotidien de ceux qui reviennent handicapés, ce que l’administration républicaine tente de cacher le plus souvent. Il en va du moral des troupes, du pays et des futures recrues. Ce n'est pas gagné !...

La série est tout sauf politiquement correcte mais sans réel parti pris. Il est évident que le simple choix du sujet en est un en soi, et aussi un acte fort. Mais au-delà du message politique, la série fonctionne et l'on finit par s'attacher aux personnages. Même si l'on devient accroc, pas de risque d'overdose avec Over there. C'est aussi ça l'Amérique...


Judicaël Tracoulat
( Mis en ligne le 06/09/2006 )
Imprimer
 
SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

 
  Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
Site réalisé en 2001 par Afiny
 
livre dvd