L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Dimanche 24 mai 2020
  
 
     
Documentaires  ->  

Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un réalisateur/acteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Documentaires  ->  Historique  
Les Archives Couleur : images du 3e Reich

TF1 Vidéo 2004 /  26  € - 170.3 ffr.
Durée film 104 mn.
Classification : Tous publics

Version : DVD 9/Zone 2
Format vidéo : 4/3 format respecté 1.33
Format audio : Français, Dolby suround 2.0

Imprimer


A l’occasion du 60ème anniversaire de la Libération, les éditions TF1 vidéo nous proposent une collection de DVD sur la 2ème guerre mondiale avec des films couleur restés inédits. On reste tout d’abord surpris devant l’étonnante diversité de la nature et de la provenance des documents proposés, à savoir les archives fédérales de Berlin ; les archives nationales de Washington – qui détiennnent les films récupérés par les services secrets américains - mais aussi les films personnels d’Eva Braun - la maîtresse d’Hitler - de Marlene Dietrich, Lubitsch, de touristes américains, de gradés SS et de GI’s et des films d’ethnologues - d’ailleurs plus idéologiques qu’ethnologiques.

Les scènes choisies couvrent la période 1937-1943. Des touristes prennent le pouls de villes européennes sous emprise nazie telle que Vienne et témoignent ainsi du processus de stigmatisation des Juifs dans l’indifférence quasi-générale. Le cinéaste Ernst Lubitsch et l’actrice Marlene Dietrich, de nationalité allemande, sont en villégiature aux Etats-Unis, nation où ils préférèrent s’exiler plutôt que de répondre aux sollicitations nationales-socialistes. Des scènes qui paraissent dérisoires aux côtés de ce fait d’armes majeur que fut le Débarquement de Normandie, épisode déterminant dans la victoire des Alliés qui fut couché sur la pellicule des caméras des GI’s et de celles de John Sturges et William Wyler. On aurait d’ailleurs aimé savoir dans quel contexte s’originait l’engagement de ces deux cinéastes de renom, alors cadreurs de John Ford.

Le national-socialisme vouait un culte aux défilés et aux parades militaires, nombreux à émailler ce documentaire : ceux-ci étaient les parfaits véhicules de leurs valeurs guerrières et d’authentiques leviers pour les idées anti-démocratiques (« La démocratie du peuple, le traité de Versailles et le chaos de la République de Weimar appartiennent enfin au passé grâce aux nazis »). Sans tomber dans la caricature, cette instrumentalisation de l’Histoire trouve aujourd’hui un écho au sein des cortèges d’un certain parti politique, célébrant Jeanne d’Arc pour avoir libéré la France de ses envahisseurs…Un modus operandi similaire pour diffuser une même idéologie xénophobe et antisémite, idéologie relayée chez les nazis par nombre de films de propagande sortis d'une maison de production unique qui sera détruite par les Alliés. Savoir manier des missiles est un atout redoutable, savoir manier des symboles et des idées ne l’est pas moins.

Les films d’Eva Braun nous éclairent, quant à eux, sur la représentation que les nazis avaient de « la » femme. Des images rares et officielles présentaient ainsi la première dame du Reich : une modeste paysanne, symbole de la femme du peuple travailleuse, dans l’ombre d’un Führer paternaliste. Derrière la mise en scène des idéaux hitlériens s’immisçait, dans les films personnels de la maîtresse d’Hitler, un portrait qui laissait entrevoir une femme de tête, charismatique et indépendante, loin d’une imagerie pieuse et figée. Ses propres films sur Hitler - rares documents en couleurs avec ceux du SS Hans Bauer - n'apportent toutefois rien de nouveau sur le plan informatif.

Ce large éventail de documents présente un intérêt historique indéniable. Cependant cette compilation de films amateurs ressemble davantage à une suite ininterrompue d’éléments disparates qu’à un documentaire proprement dit. Cette mine d’archives demeure sous-exploitée car elle souffre de commentaires restés trop souvent en-deçà de ce qu’ils auraient pu être, on a donc du mal à rester captivé devant l’austérité des propos. Les bonus sont inexistants alors que certains thèmes mériteraient d’être approfondis. Au final c’est un sentiment de frustration qui naît devant un diamant brut qui restera une pierre sans éclat.


Tiphaine Rochereuil
( Mis en ligne le 22/11/2004 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Les Archives Couleurs : le 6 Juin 1944
       de Divers
  • Les Archives Couleurs : les étapes décisives
       de Divers
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd