L'actualité du livrerencontre rencontrefemme Jeudi 15 novembre 2018
  
 
     
Films  ->  

Pour vous abonner au Bulletin de Parutions.com inscrivez votre E-mail
Rechercher un réalisateur/acteur
A B C D E F G H I
J K L M N O P Q R
S T U V W X Y Z
Films  ->  Drame  
Voleur de Vie
avec Jaco Van Dormael, Michel Bouquet, Mireille Perrier
MK2 2006 /  19.99  € - 130.93 ffr.
Durée DVD 180 mn.
Durée film 99 mn.
Classification : Tous publics

Sortie Cinéma : 1996, Belgique
Sortie DVD : 4 octobre 2006

Version : DVD 5, Zone 2
Format vidéo : PAL, 1:66 :1
Format image : Couleurs, 19/9e compatible 4/3
Format audio : Français Dolby Digital 2.0

Bonus (DVD 2) :
- Mémoires de héros : entretien avec Jaco Van Dormael(52 min.)
- Autour d’un film : Making of (27 min.)
- Architecte d’un rêve inachevé : Les esquisses préparatoires de Schuiten (9 min.)

Imprimer


Tu m’as volé ma vie !» Voila 60 ans que Thomas (Michel Bouquet) ressasse sa haine et son envie envers Alfred. Persuadé qu’ils ont été échangés dans la maternité qui les a vu naître, il va mettre une vie entière à assouvir sa vengeance. Une vie faite de douleurs et de pertes, remplie presque uniquement par la rivalité qui se joue entre les deux enfants, adolescents, hommes et enfin vieillards. Alors enfants, chacun cherche à imposer sa domination à l’autre, presque jusqu’au meurtre. Tous deux sont amoureux des mêmes femmes, la sœur de Thomas, puis la femme d’Alfred. Mais la haine de Thomas est la plus forte, et il finit par passer à l’acte, enfin, après 60 ans.

Pour son premier film, Jaco Van Dormael, un brin mégalomane et fortement inspiré par Citizen Kane, déconstruit son récit, jonglant entre les différentes périodes de la vie de Thomas, usant de la voix off du personnage adulte ou enfant, selon les périodes. Intégrant l’univers fictif dans lequel il se réfugie, il traite le réel à travers le filtre de son regard d’enfant. Car Thomas n’a jamais cessé de voir le monde avec le même regard, les mêmes douleurs et les mêmes frustrations. Il n’a jamais mûri pour dépasser ses rancoeurs enfantines, et continué de se réfugier dans ses fantasmes. Celui de Toto le Héros étant le plus vivace. Sa vie lui semblant si ratée qu’il rêve d’être un héros, cet agent secret qui prend l’apparence de son père disparu…

Pourtant, les deux personnages sont très similaires dans leurs parcours désenchantés. Leurs pertes se font écho et ils s’ignorent dans leurs rares moments de bonheur, sauf lorsqu’il s’agit de voler celui de l’autre. Avec tant de rancœur, le film perdrait vite son attrait si la mise en scène truculente de Van Dormael ne renvoyait à cette inconscience de l’enfance. Mobile, libre, osée, elle apporte une distance et un sourire qui complètent admirablement un propos si sombre.

Enfin, comment ne pas parler de la performance de Michel Bouquet ? Dire de lui qu’il est exceptionnel semble si convenu pour un tel monument du cinéma (et du théâtre). Et pourtant, il s’approprie son personnage sur plus de trente ans. Et même dans ses plus jeunes années d’adulte, il double le comédien qui l’incarne en ajustant son timbre et son rythme à l’âge du Thomas. Sa démarche, son regard, même sa voix off passent en quelques instants de l’insouciance enfantine à l’amertume de la vieillesse, et vice et versa. A lui seul, il est un bonheur à voir évoluer, et mise en valeur par la réalisation de Van Dormael, sa performance est un enchantement.

Les bonus de cette édition collector renferment une petite perle avec «Mémoire de Héros», le long entretien avec le réalisateur, qui parle en détail de sa méthode de travail et de la genèse du film. On y apprend notamment que le doublage par Michel Bouquet de son personnage jeune tient au départ à des raisons financières plus qu'artistiques. Celui avec le dessinateur Schuiten ne présente pas un intérêt mémorable (sauf à apprendre que le premier jet du scénario incorporait des éléments de science fiction, peu à peu éliminés), mais il est vrai que tout amateur de bande dessinée appréciera de regarder les ébauches de décors que ce dessinateur d’exception avait pu imaginer.

En définitive, une bien belle édition, pour un premier film d’une richesse rare. Dommage que Van Dormael n’ait pas mené une carrière aussi prolifique que le succès (surtout critique et festivalier, il est vrai) de Toto le Héros pouvait le laisser supposer.


Daniel Beziz
( Mis en ligne le 22/11/2006 )
Imprimer

A lire également sur parutions.com:
  • Pau et son frère
       de Marc Recha
  •  
    SOMMAIRE  /  ARCHIVES  /  PLAN DU SITE  /  NOUS ÉCRIRE  

     
      Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2018
    Site réalisé en 2001 par Afiny
     
    livre dvd