L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

La Nuit Morave
de Peter Handke
Gallimard - Du Monde Entier 2011 /  23 €- 150.65  ffr. / 395 pages
ISBN : 978-2-07-012332-2
FORMAT : 14cm x 20,4cm

Traduction d'Olivier Le Lay

Poétique et précis

Sur sa pniche La Nuit Morave au drapeau arbor Porodin en Serbie, un clbre auteur ncrivant plus, atteint dhyperacousie svre, reoit quelques disciples-tmoins et porte-parole, auprs desquels, durant une nuit entire, il se raconte, relay par leurs voix. Sur et dans cette profonde nuit, lourde de mystrieux dangers, se fonde le prsent rcit. Un peu pris au pige de cette trange atmosphre, nous coutons la sonorit des mots que la traduction dOlivier Le Lay restitue par magie et essayons de leur donner sens, comme pour tenter de rsister au flot associatif de cette criture la fois compacte et fluide, sans lois ni frontires. Entre images synesthsiques aux accents beaudelairiens, rves et souvenirs ou notes de voyages en ex territoires recomposs, les limites de lespace et du temps sestompent et sinterpntrent. Peter Handke nous entrane dans le kalidoscope de son univers potique que paradoxalement structure lextrme prcision du maniement de la langue.

linstar de Hier en chemin: carnets, novembre 1987-juillet 1990, (traduction par Olivier Le Lay 2011), La Nuit Morave se droule la fois prs et loin, au rythme discontinu des notes prises a et l au cours de multiples dplacements. Par la fentre dun vieil autocar vrombissant, assailli dhostilit, lex auteur revisite des paysages dsols de terres et de ponts, des dbris de Balkans de son Voyage hivernal vers le Danube, la Save, la Morava et la Drina, effectu en 1995-1996, puis chemine, roule, vole ou vogue vers dautres contres, dsormais effaces ou fictives. Quelque part, il participe notamment un soit disant symposium sur le bruit, do rsulte une tonnante composition sonore, assourdissante tant elle est vive et diversifie. Autre part se dessinent des tableaux maritimes, une auberge recule au sein deucalyptus et dautres zones indfinies, toujours frontalires don ne sait quoi: au flou des vagabondages gographiques et des rveries soppose tout coup une mise au point parfaitement nette sur un buisson de myrtilles, le vol dun papillon ou encore sur un univers dobjets.

Rares sont les arrts sur les visages, plus rares encore sur les interrelations. Esquisses, silhouettes et gestes dfilentou se superposent ; des voix tremblent, chuchotent, pleurent, hurlent ou se figent; des yeux fixent ou se dtournent, les paroles demeurent sans change. Tu mourras en misanthrope, profre une vieille femme allemande lenfant-daucun-pre, homme-sans-lieu qui prgrine seul de par le monde, en qute dun ancrage natal ou dune impriale toute-puissance engloutie. Pour qui tant de posie? Serait-elle traduite de lAbsence? De la nostalgie de retour chez soi ou en soi jaillit une criture de soi pour soi, absolue, jusquau ravissement cr dans lexacte concidence entre le ressenti et la trouvaille du mot, fragile moment extatique dont la prsence de lautre-diffrent menacerait la survenue. Il est l le danger. Do une vritable rage vis--vis de La Femme, trangre ensorceleuse, qui alimente des fantasmes perscutifs et misogynes dune grande cruaut, la mesure de lattrait quelle exerce. Bien sr, il ne faut pas confondre lauteur dune uvre avec le hros quil met en scne, toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite.

Ces pages laissent toutefois au lecteur, a fortiori la lectrice, limpression pnible dtre son tour happ(e) dans cette logique de faire valoir narcissique, comme les Dopplegnger inconditionnels embarqus sur ''La Nuit Morave'', tout en apprciant chez Peter Handke, ici comme dans ses prcdents ouvrages, lincomparable peintre paysagiste, chasseur dimages et de sons de la chose crite.

Monika Boekholt
( Mis en ligne le 24/06/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)