L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Noirs en blanc
de Denis Labayle
Editions-dialogues.fr 2012 /  19,90 €- 130.35  ffr. / 356 pages
ISBN : 978-2-918135-42-5
FORMAT : 14,6cm x 22,1cm

Dilemme

A partir de témoignages recueillis auprès des médecins étrangers travaillant dans nos hôpitaux, Denis Labayle a reconstitué le quotidien chaotique des étudiants exilés à travers une fiction, celle de l’ascension sociale d’un enfant congolais démuni, Zola Méké, devenu chirurgien.

Dès ses 13 ans, la guerre civile et la pauvreté contraignent le jeune africain à s’exiler à Cuba. Pour lui, comme pour de nombreux congolais, l’horizon s’arrête là, entre l’internat et l’école, avec comme unique échappatoire la récolte dans les champs de citronniers. Mais Cuba, c’est aussi la rencontre majeure avec son guide, un ingénieur idéaliste qui deviendra un père de substitution, «Papa Guillaume», attentif à son instruction. Coupé de sa famille depuis le lycée, malgré ce vide affectif et la solitude, il persévère dans ses études à l’université de Saint-Pétersbourg et se confronte au racisme et à la violence.

Diplôme de chirurgien en poche, faute de carte de séjour, Zola continue d’enchaîner les petits boulots alimentaires - comme nombreux de ses collègues diplômés cantonnés aux fonctions d’aide-soignant - avant de trouver enfin son premier poste d’assistant. Toutes ces frustrations sont brutales et accentuent encore le tiraillement entre l'attrait d'une vie "moderne" et l'emprise de la culture originelle : «J’ai quitté l’Afrique pour découvrir le monde, mais en découvrant le monde j’ai perdu l’Afrique». Où qu’il aille, il reste désormais orphelin d’un des deux continents. Entre Zola et le Docteur Méké, il y a la confusion identitaire de l’exilé que seul le surmenage professionnel apaise.

Dans Noirs en blanc, Denys Labayle tisse les difficultés et les contradictions de ces engagements professionnels tributaires des changements politiques et des régimes corrompus. Si le docteur Méké mesure la catastrophe que représente la fuite des cerveaux d'Afrique, Zola entendra-t-il le cri de la belle et déterminée Myezi, chirurgienne restée au pays : "Reprenez vos ONG et rendez-nous nos médecins ! "

Marie-Claude Bernard
( Mis en ligne le 17/02/2012 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)