L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

La Saison des prunes
de Patrice Nganang
Editions Philippe Rey 2013 /  19.50 €- 127.73  ffr. / 443 pages
ISBN : 978-2-84876-288-3
FORMAT : 14,5 cm × 19,3 cm

''Cette tendre noirceur de la prune qui offre à tous son exquis, à bas prix''

La saison des prunes, cest ce mois de juin 1940 que choisit Pouka pour revenir dans son village dEda, empli du sentiment de son importance, lui qui a t promu crivain, crivain-interprte!, aprs trois ans pass dans la capitale, Yaound, jongler avec les mots et classer des dossiers (p.20). Sur place, il retrouve Um Nyob, son ami denfance, parti comme lui servir ladministration franaise (p.32) et qui deviendra bientt un chef indpendantiste.

La saison des prunes, cest aussi la priode laquelle leur histoire va croiser une autre histoire, la Grande, lHistoire avec sa grande hache, selon la formule de Georges Perec dans W ou le Souvenir denfance, celle du monde en folie (p.62). Car, aprs la Dbcle daot 1940, cest en Afrique, et notamment au Cameroun, que trouve refuge le Gnral de Gaulle, condamn mort par le rgime de Vichy.

Alors que, tout ses fantasmes de grandeur, le pdant Pouka cherche constituer et animer, non sans difficult, un cnacle de fort (p.51), sorte dabbaye de Thlme (p.82), pour former les futurs potes du pays, arrive le colonel Leclerc, venu enrler les jeunes gens du village pour fournir les premiers rangs des tirailleurs tous considrs comme sngalais, quelle que soit leur nationalit relle. Indignes, broussards, illettrs, ils seront traits comme de la chair canon et, envoys sans quipement dans le dsert, au Tchad ou en Libye, rares seront ceux qui survivront.

Roman historique donc, incontestablement, mais construit partir dun point de vue indit : celui des opprims qui sont confronts ce temps o [leur] pays avait dcouvert [] le nud de sa propre violence (p.15). Cest en effet un point de bascule quvoque le roman : de territoire sous mandat, le Cameroun devient une colonie de la France [] le 29 aot 1940 (p.106). Et cest cela qui passionne Patrice Ngananh : les chiasmes de lhistoire, une notion qui runit, prcisment la manire dun chiasme, lhumour et le tragique : Voyez : jamais aucune autorit franaise ne visita autant un pays africain que de Gaulle durant ces annes, car il revint au Cameroun en novembre 1940, en mai 1941, et puis en septembre 1942 (p.154). Pourquoi oublient-ils, ces livres [] Que, comme par enchantement, nous Camerounais, nous sommes devenus des esclaves le jour o nous avons pris des armes pour aller secourir la France dfaite? (p.106).

Le chiasme : si cette figure de style sduit tant lauteur, cest sans doute parce quelle dfinit aussi la construction mme du rcit, tout entier fond sur lcart entre Eda et Yaound ; entre la noblesse de la posie dfendue par Pouka et la ralit terrible de la guerre vcue par ses compagnons ; entre les intrts franais et les aspirations camerounaises ; entre des personnages rels et des personnages fictifs, entre vracit historique et imagination ; cart, surtout, entre lpope et le banal, la fulgurance de lHistoire et la permanence du mode de vie bassa.

Mbangue, le vieux gomancien inspir ; Mininga, la patronne de lunique bar du village, et ses filles ; Sita,la Mre du march, assassine ; Hegba, son fils, lutteur hors pair qui rve de conqurir Paris ; Fritz et son pouse NgoBika, fous amoureux ; Philothe, le bgue ; Bilong, qui apprend bonbonner doucement (p.211) le clitoris de Nguet : cest avec une jubilation gourmande que Patrice Nganang peint des personnages truculents, dans toutes les situations sensuelles ou cocasses de la vie quotidienne, composant ainsi un roman symphonique et puissant, dont le burlesque nest jamais absent. Dtournant les citations littraires les plus connues comme pour samuser de la fatuit de Pouka (Le coup de ds dun Noir peut abolir les hasards de lhistoire, titre dun chapitre, p.77) ou subvertissant les codes hroques en anecdotes triviales (le sexe masculin en rection est appel de Gaulle, p.146), lcrivain, en effet, nen finit pas de jouir de toutes les potentialits du langage et lon se rgale avec lui !

Au moment o souvrent dans notre pays les commmorations des deux guerres, on ne saurait que trop conseiller la lecture de ce superbe roman foisonnant. Car celui-ci russit la gageure de retranscrire un pisode mconnu de notre patrimoine collectif tout en donnant vie une criture originale, la chair [.] tendre, gnreuse, au got unique qui en fait le dessert favori de la rue, de la ville (p.14) et du lecteur, qui en redemande !

Sarah Devoucoux
( Mis en ligne le 27/11/2013 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)