L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Maïmaï
de Aki Shimazaki
Actes Sud 2019 /  15 €- 98.25  ffr. / 173 pages
ISBN : 978-2-330-11607-1
FORMAT : 10,0 cm × 19,0 cm

Le coffre des secrets

Taro vient de perdre sa mère, la belle Mitsuko, et se retrouve seul avec sa grand-mère… Moment difficile, il faut solder l’héritage et continuer de vivre. Si la grand-mère et son petit-fils s’adorent, la vie continue, et celle de Taro prend un tour nouveau. Peintre et mannequin, il peut désormais se consacrer à son art, abandonner le travail de mannequin et ouvrir sa propre galerie. Et comme le hasard fait joliment les choses, il retrouve à cette occasion une ancienne amie d’enfance, son amoureuse, Hanako.

Mais le décès de sa mère ramène aussi à la surface d’autres faits, d’autres histoires, ces secrets que chaque famille protège et qui finissent toujours par remonter à la surface des existences pour les troubler. Taro, qui ne portait jusque-là que son handicap (il est sourd muet), se découvre de nouveaux fardeaux, dépositaire de secrets qui pourraient peser sur tout son destin et celui des gens qu’il aime. Le temps de la maturité est aussi celui des fruits amers…

Avec Maïmaï, Aki Shimazaki clôt magnifiquement son cycle, ''L’Ombre du chardon'', entamé en 2014 avec Azami : après avoir fait la connaissance de la mère dans le premier tome, on la quitte pour découvrir son fils, devenu adulte. Les mystères, qui s’épaississaient autour de cette femme désirable, désirée et inaccessible, se dévoilent lentement au rythme de la romance qui se tisse entre Hanako et Taro. Et comme d’habitude avec les romans d’Aki Shimazaki, le lecteur, aspiré par ces destins, découvre, par petites touches d’une écriture très poétique, très fine, l’envers des vies.

Le plaisir de la lecture ne réside pas seulement dans l’intrigue, qui s’organise comme un bon roman policier, ni même dans les personnages, dont la psychologie, esquissée en quelques mots, quelques gestes, s’approfondit avec la lecture… non, le charme de cet auteur, c’est cette écriture sobre, «blanche», qui, l’air de rien, dit beaucoup en quelques phrases.

C’est ce minimalisme, cette épure parfaitement maîtrisée, qui font de ces romans courts autant de petites pièces parfaitement réalisées. Une belle plume, à découvrir et retrouver.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 19/07/2019 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)