L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Fugue mexicaine
de Chloe Aridjis
Mercure de France - Bibliothèque étrangère 2019 /  21 €- 137.55  ffr. / 173 pages
ISBN : 978-2-7152-5319-3
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm

Antoine Bargel (Traducteur)

La plage des morts

Une histoire fantasmagorique sur l’adolescence, la transgression et le désenchantement, dans le Mexique de la fin des années 80. Une évocation enivrante de soi et d’histoires enfouies, l'appel du fantôme, qui se heurte à la réalité. Un roman onirique sur les mystères qui nous façonnent de façon bizarre. On sait le rapport à la mort des Mexicains ; ils la célèbrent, porteurs d'une culture qui associe fantaisie morbide à fête.

La maison familiale de Luisa, 17 ans, se trouve dans le quartier huppé de la Colonia Roma à Mexico. Ce quartier a été récemment révélé au grand public par le film Roma d’Alfonso Cuaron, Lion d’or 2018 à Venise. Nous sommes en 1988 et Louisa vénère le poème de Baudelaire «Voyage à Cythère». Elle fréquente une école internationale où la plupart des élèves sont accompagnés de gardes du corps.

Un après-midi d’automne, elle ne rentre pas du lycée et monte dans un bus en direction de la côte pacifique. Elle suit Tomas Roman qu’elle connaît à peine, un garçon un peu vagabond, pas très clair, qui semble représenter ce qui lui manque, l’indépendance, la fantaisie, la témérité. Il pourra peut-être aussi l’aider à retrouver des nains ukrainiens échappés d’un cirque... Ils finissent par se diriger vers Zipolite, «la plage des morts» (piégés par les courants), où vit une communauté de hippies, de nudistes, de drogués et autres originaux.

Le récit se gonfle et recule, comme l’océan, au gré de l’imagination de Luisa, déroulant le monde intérieur d’une adolescente en mal de sensations, qui cherche à se démarquer de l'éducation classique de ses parents universitaires. Elle est à la fois instable et agitée ; elle a soif d’inconnu, prenant conscience que la vie passe, que l’année suivante, elle sera peut-être loin dans une faculté. Elle veut s’amuser à sa façon.

Les monstres marins nébuleux du titre original (Sea Monsters) remontent parfois à la surface, créatures mythiques aquatiques qui soulignent l’attrait de l’inconnu et l’imagination sans limite de Luisa. Comme la mer, les nains représentent tout ce que la jeune fille désire : quelque chose d’exotique et de dangereux. Tomas, quant à lui, devient banal ; ils se séparent momentanément et chacun vit ses aventures. Luisa jette alors son dévolu sur un inconnu plus âgé à qui elle raconte sa vie, tous les soirs, au bar, devant une bière. Elle l’imagine slave, fantasme beaucoup sur lui... jusqu’au soir où il disparaît. Elle le voit, au loin, ramasser de la ferraille sur la plage, la nuit tombée.

Malgré sa soif d’expériences nouvelles, sa sensibilité et sa fragilité se révèlent au bout de quelques jours ; elle s’inquiète pour ses parents qu’elle a laissés sans nouvelles depuis son départ. Elle n’a d'ailleurs aucun ressentiment particulier contre eux.

Fugue mexicaine est un roman à la fois contemplatif et sinueux. Luisa vit à la frontière entre la réalité et la fantaisie. «J’ai décidé que je dirais rien à personne de ce qui s’était passé, je conserverais mon aventure dans une chambre secrète». Luisa connaît très bien ses limites et sait retrouver son équilibre après cette parenthèse qui l’a un peu déçue. Elle ne voyait pas la liberté ainsi...

L’écriture est élégante et bénéficie dans cette édition française d'une très belle traduction.

Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 11/11/2019 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)