L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

La Nymphe endormie
de Ilaria Tuti
Robert Laffont - La Bête noire 2020 /  21,50 €- 140.83  ffr. / 624 pages
ISBN : 978-2-221-21874-7
FORMAT : 14,1 cm × 22,6 cm

Johan-Frédérik Hel Guedj (Traducteur)


Une beauté à couper le souffle

Le premier roman de l’auteure italienne Ilaria Tuti, Sur le toit de l’enfer, primé, fut une révélation. L'auteure confirme ici son immense talent avec ce sublime récit onirique et fascinant qui sort des sentiers battus du polar.

Un magnifique tableau est retrouvé dans un grenier ; souhaitant le faire expertiser, son propriétaire apprend qu’il a été peint avec du sang humain provenant du cœur d’une femme ; c'est ce que disent des analyses plus précises. L'oeuvre représente une très belle jeune fille, avec la date du 20 avril 1945 dans un coin.

La commissaire Teresa Battaglia et son adjoint Massimo Marini espèrent interroger le peintre Alessio Andrian, partisan pendant la guerre contre les Allemands, toujours vivant certes... mais catatonique depuis soixante-dix ans. L’affaire s’annonce compliquée, une énigme très mystérieuse pour un cold case. La piste du sang les mène dans le Val Résia, au Nord de l’Italie, à la frontière slovène. La forêt, les montagnes, et toute la nature font partie du mystère... Les Résians, venus des steppes d’Asie Centrale, possèdent un ADN unique ; fermés au monde extérieur depuis des siècles, ils défendent farouchement leurs traditions, leur folklore et leurs origines.

Le mystère de cette peinture pour le moins originale réveille de vieux secrets, enfouis depuis la guerre. L’alternance entre le présent et le printemps 1945 captera l'attention du lecteur jusqu’à la fin, en suivant des personnages nombreux et souvent parents. L’identité de la victime est découverte rapidement mais les investigations s’orientent vers une direction inattendue.

Ce roman pénètre au cœur du culte du féminin sacré et mêle les légendes, les mythes, l’anthropologie, les rituels ancestraux, avec, aussi, une porte ouverte sur le mysticisme et le chamanisme. Ilaria Tuti pénètre au fond de l’âme de ses personnages, elle explore leurs souffrances et les fantômes de leur passé.

L’indomptable commissaire porte le roman, avec son diabète et un début d’Alzheimer qu’elle sait maîtriser, ainsi que Massimo, l’inspecteur à l’enfance fracassée ; mais aussi la jeune aveugle Blanca et son chien Smoky, dressé pour retrouver des restes humains.

Il se dégage du roman une beauté fascinante et une poésie ensorcelante. Les notes de fin de roman sont passionnantes, qui font référence au Val Resia, une région qui existe vraiment. «La langue résiane n’est pas un dialecte slovène. C’est une langue protoslave plus ancienne qui possède des termes en commun avec le russe, le serbe, le croate, l’ukrainien mais différente de toutes ces langues. Les Résians viennent probablement de la mer Caspienne au VIe siècle avec des caravanes dans le sillage des Huns et des Avares».

Un thriller très original, pour découvrir un univers méconnu, hors du temps, et mystique.

Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 05/02/2020 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)