L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Histoire d'amour
de Stéphane Audeguy
Seuil - Fiction et cie 2020 /  18,50 €- 121.18  ffr. / 283 pages
ISBN : 978-2-02-137051-5
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm

Une histoire du sang

Depuis un Paris gangrené par un attentat à la bombe radioactive, place de la République, Vincent visite les espaces et les temps. Stéphane Audeguy découpe cette itinérance en des chapitres jouant l'aller-retour entre ces dimensions.

Il y a d'abord Vincent, donc, dont le parcours est détaillé, d'une enfance provinciale aux galeries branchées de Paris et New-York. Galeries où il rencontre Alice, artiste. Vincent qui grandit, s'éveille à sa sexualité dans le girond fécond des années 70, avec les garçons et les filles, les dames et les messieurs... Vincent vit sa liberté et déjoue l'ennui pleinement au travers de cette sexualité gourmande et joyeuse, curieuse et sans tabou. Ce parcours, esquissé, ramassé en quelques paragraphes, croque aussi une société française prise dans les remous de la croissance et ses contractions successives, d'une ville de Province en pleine mutation à un Paris bobo devenu dangereux. En quelques phrases resserrées et cinglantes, Audeguy résume les années Mitterrand, les années SIDA, les apories de la mondialisation.

Le récit, aussi, se diffracte, quitte Paris pour les mythes antiques, aux côtés du centaure Chiron, de la déesse Artémis, du chasseur Actéon, pour la Florence médicéenne et le peintre Piero di Cosimo, pour la baie de Rio, ses tribus cannibales et ses récifs tout aussi anthropophages ; un soldat américain au crépuscule de la Seconde guerre mondiale sur les hauteurs de Rome où il vit comme une vingt-cinquième heure. La chasse et la figure du centaure lie ces mondes, par des cerfs furtifs, des flèches décochées, l'apparition des figures antiques sur un tableau, dans un musée, au fond d'un lac... et l'âme effusive de Vincent, peut-être éperonnée par les radiations. Ou bien est-il, simplement, poète.

On pense à La Cartographie des nuages et aux Mille Automnes de Jacob de Zoet, de David Mitchell, pour le patchwork savant de la construction littéraire, d'abord déroutante, finalement prenante. On pense aussi à Laurent Gaudé, pour le va-tout tragique, le recours à la Grande Histoire, ses héros, ses mythes, la violence, très présente ici aussi (cette Histoire d'amour est aussi, largement, une histoire du sang). Audeguy sait planter un décor en peu de mots, d'une plume fluide et chantante, et maîtrise son sujet, de sorte que l'on n'a pas ici le tressage rapide de quelques nouvelles, mais, finalement, un véritable roman.

Thomas Roman
( Mis en ligne le 27/03/2020 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)