L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Patagonie
de Michèle Teysseyre
Serge Safran Editeur 2020 /  19 €- 124.45  ffr. / 208 pages
ISBN : 979-10-97594-48-0
FORMAT : 12,5 cm × 19,0 cm

Aller simple…

Un court roman pour narrer l’échec d’une aventure qui aurait pu rester inconnue. La narratrice, qui commence son récit en 2009, cherche à travers de maigres fragments - un tableau représentant une marine, quelques lettres - à retrouver la vie de son grand-oncle, Louis Capelle, né en 1859, mort en Argentine en 1919. Un grand oncle totalement oublié, qui décida un jour de s’expatrier vers les terres lointaines de l’Argentine pour retrouver un honneur perdu et régler une lourde dette. L’Argentine terre inconnue, certes, mais pas totalement ignorée de son village, Saint Sylve, qui fournit des émigrants vers cet Eldorado rêvé, aventures le plus souvent décevantes. Parmi ceux-ci, le flamboyant oncle Albert que Louis connut enfant, et dont on découvrira au fil de la lecture son lien avec la terre sud-américaine.

Entre 2009 et les premières décennies du XXe siècle, Michèle Tesseyre égraine de très brefs chapitres pour imaginer le parcours de ce taiseux, qui alla - sans véritablement la trouver - chercher fortune jusqu’en Patagonie. Il est condamné à la solitude en dépit de quelques liens fragiles qui l’aident à survivre : un cousin lointain, des aventures éphémères et décevantes avec des filles de maisons closes, un indien taciturne, un domaine en bordure du Rio Paraña. Et au terme de sa vie, la mission accomplie, la dette remboursée, le lourd prix payé, la disparition sans bruit dans une terre hostile.

Une quête généalogique menée avec de minces moyens, des indices ténus, pour tenter de reconstruire une vie oubliée. A la fin de l’enquête, si l’essentiel a été retrouvé des raisons qui ont conduit Louis Capelle à son exil silencieux, il est pourtant trop tard pour que les principaux protagonistes lui rendent justice, ce que fait la narratrice. Trop tard du vivant des acteurs, mais une réhabilitation tardive possible, grâce à l’écriture de la lointaine petite-nièce.

Toulousaine, Michèle Tesseyre, peintre, auteur de textes sur Venise, a aussi publié Moi, Jean Pigasse (éditions du Cabardès). Ce nouveau roman, de lecture aisée, entraîne le lecteur loin des horizons européens vers le mirage sud-américain et rappelle que si quelques émigrants ont connu de belles réussites ce ne fut pas le cas de la majorité.

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 19/06/2020 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)