L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Nos dernières frivolités
de Jean-Pierre Cescosse
Flammarion 2002 /  14 €- 91.7  ffr. / 132 pages
ISBN : 208 068145 1

Pesantes frivolités

Ecrit en 1934 - Carson McCullers avait dix-sept ans -, Sucker constitue un sommet insurpassable dans l'art de la nouvelle. En dix pages dune criture limpide, l'auteur du Coeur est un chasseur solitaire y donne sentir toute la complexit du rapport entre un jeune garon et son frre cadet, lun aux portes de ladolescence, lautre engonc dans sa timidit, sa solitude, ladmiration maladroite quil voue son frre. Jusqu ce quune gamine vienne renverser ce rapport de force, dpouillant lan de ses prrogatives factices tandis que Sucker prend, in fine, le dessus dans leur relation. Dix pages pour dire linfime et luniversel, dix pages qui nouent la gorge par leur justesse et leur violence extrmes. Dix pages pour lesquelles je donne sans hsiter ces frivolits de Jean-Pierre Cescosse, dont tout porte craindre qu'elles ne seront pas les dernires.

Rien ne tue leffet comme leffet. Outre quils sont un dcalque les uns des autres, les quatorze textes runis dans ce recueil tombent systmatiquement plat, force de poses narcissiques, de trucs dcriture, bref de tout ce qu'exprimente un jour ou l'autre un tudiant en DEUG de lettres mais quon stonne de retrouver en librairie (sen tonne-t-on vraiment, du reste ?), alors que, par exemple, La Princesse japonaise de Batrice Hammer (Critrion, 1995, puis) n'est toujours pas sorti en poche ou qu'aucun diteur n'a encore approch Jacques Du Pasquier. Surfant sur la vague dprimiste, Cescosse met en scne des personnages dsabuss dans des situations banales. Mais l'affectation et la complaisance qui suintent de chacune de ses phrases sabordent d'emble son rcit. C'est sans doute ce qui distingue les crivains de ceux que Cline appelait les suceurs de molle - ce qui distingue, pour rester dans la catgorie dprimiste , Houellebecq, Jauffret, Turgeon, Gunzig, Jeannet, de Cescosse, Ulysse, Miranda, Rey. Aux uns la chair, la fivre, la ncessit vitale de dire, aux autres les oripeaux du style, le dandysme mal digr, la prose pontifiante ( tout se sera teint, pour un temps, qui ne soit pas de l'ordre du consumrisme saisonnier, frntique et obligatoire, et nous irons, androdes oints l'huile cran, tendre sur les sables nos charognes venir ).

On vitera, pour ne pas sombrer son tour dans le dprimisme, de se demander quels livres valent les arbres quon abat pour eux. On prfrera plutt lire, relire, Sucker , et Petits malentendus sans importance (Tabucchi), et La Tentation de Vronique la Tranquille (Musil), et Les Bas-fonds du rve (Onetti), et Manuscrit trouv dans une poche (Cortazar), et Les Morts (Joyce), et - mais oui - tant d'autres...

Pierre Brévignon
( Mis en ligne le 04/02/2002 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)