L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Loué soit le voleur
de Alan Wall
Flammarion 2000 /  20.61 €- 135  ffr. / 293 pages
ISBN : 2-08-067359-9

On n'est jamais si bien volé que par soi-même

Tom ou Thomas Lynch, le narrateur et hros de ce roman, porte le mme prnom que son pre, disparu peu avant sa naissance, dans la catastrophe arienne du Hindenburg en 1937. Ce pourrait tre un dtail mais ce n’en est franchement pas un. Et rien dans cet ouvrage, pas le plus insignifiant des personnages, pas la moindre rfrence historique, littraire ou artistique, n'est laiss au hasard.

Tom, amricain, est abandonn par sa mre qui l’envoie l’ge de onze ans dans le collge anglais que frquentait son pre autrefois. Il se retrouve alors en quelque sorte orphelin, bien qu’il considre l’avoir toujours t. Le directeur du collge, Grimshaw, le prend sous son aile et l’initie, vingt ans aprs l’avoir fait pour Thomas Lynch pre, l’histoire, l’art et la religion. Peu avant de l’envoyer Oxford, comme il l’avait fait pour son pre, il le fait entrer dans la socit secrte Delaquay, du nom du graveur et dessinateur Alfred Delaquay.

La socit Delaquay propose ses membres de respecter et perptuer les ides et les oeuvres de l’artiste. Ses dessins, la plupart des illustrations d’ouvrages littraires, ne sont pas signs. Il n’existe qu’un seul exemplaire par titre, et cette dition contient les originaux. Il faut tre membre pour possder un des ouvrages, qu’on peut changer contre un autre au sein de la socit. Personne n’a le droit d’en faire la reproduction, et encore moins de les vendre. Mais Tom, littralement fascin par les dessins de Delaquay, prend l’habitude de les reproduire en y ajoutant une touche personnelle. Muni d’une dition illustre du Paradis perdu de John Milton, il s’inscrit l’Institut des beaux-arts Isaac Lenau d’Oxford. Il y vit alors quelques annes, nourri d’influences artistiques et intellectuelles leves, s’appliquant dcouvrir de nouvelles oeuvres de Delaquay et les copier avec passion.

L’identification est telle qu’il ne parvient pas, malgr son dsir, dessiner dans son propre style. Il frquente durant cette priode Rachel, une de ses enseignantes et trahit le serment de la socit en rachetant un membre l’exemplaire des Fleurs du mal de Baudelaire. Expuls de la socit et de l’Institut, il trouve refuge chez un cupide marchand de tableaux, qui organise le commerce de ses copies. Totalement immerg dans la pense et la dmarche artistique de Delaquay, Tom traverse les mmes phases de dchance que son modle et sombre dans l’alcoolisme. Une descente aux enfers commence pour lui, o l’argent, l’alcool et la folie mimtique rduisent sa vie l’tat de dpendance. Au moment o il est prt changer et se ressaisir pour retrouver Rachel, des vnements qu’il ne contrle plus le maintiennent dans cette descente et le propulsent vers une vrit familiale, personnelle et vitale qu’il n’avait jamais souponne.

Vous l’aurez compris, Lou soit le voleur est un roman trs construit, dont la fin boucle avec brio la spirale infernale et puissante d’une intrigue riche et complexe. De surprise en surprise, le hros reconstitue le puzzle trange qui lui livrera les donnes essentielles de son identit. Le caractre passif de cette reconstitution, pas mme dsire, accentue la force de l’intrigue. Alors qu’il trouve une certaine complaisance dans la pente autodestructrice qu’il a emprunte, Tom Lynch est prcisment le jouet d’tres qui n'auraient pu lui vouloir, par nature, que du bien. Mais une socit secrte annihile la notion du bien individuel pour servir la ralisation de son idal. Et ces tres –qui ne lui sont pas aussi chers qu’il l’est pour eux parce qu’il ignore leur relle identit– ne sauront voir que l’intrt de la socit laquelle ils se sont lis jusqu’ la mort.

Le principe de socit secrte, ralliant un petit nombre d’adhrents autour d’un serment souvent excentrique, exigeant le respect absolu de rgles strictes, plat beaucoup aux Anglo-saxons. L’intrigue ne pouvait se drouler ailleurs qu’au Royaume-Uni. Le roman nous plonge dans l’atmosphre protge des collges britanniques, propices l’closion de socits fermes. Oxford, petite ville dans la ville, o l’on est admis sur concours, o les cours sont dispenss dans de trs vieux murs, o les bibliothques regorgent d’ditions anciennes et d’ouvrages puiss, o lves et enseignants sont vtus d’uniformes, o l’organisation de la vie quotidienne est rgie par un rglement dtaill... Le titre nous met devant le thme du vol. Le vol et la chute d’Icare, qui vole avec son pre Ddale, et qui meurt de lui avoir dsobi, n’est-il pas le vol de Tom ? Mais lequel des deux Tom ? Le pre, victime en plein vol de l’incendie d’un aronef? Le fils, qui souffre de cette bance paternelle et qui ne parvient pas voler de ses propres ailes ? Tom le fils voleur, le faussaire, l’expert en contrefaon, celui qui vole dans la vie et l’oeuvre de Delaquay pour nourrir sa vie et son oeuvre ; le voleur de la socit Delaquay, qui trahit le serment en rachetant l’dition des Fleurs du mal ? Tom le pre menteur, qui a vol la vrit et sa vie son fils pour le bien de la socit Delaquay ?

Lou soit le voleur est un roman intellectuel, qui initie et invite une rflexion croise sur l’art, la littrature et la religion. Les personnages la formulent avec innovation, style et profondeur, selon un axe tantt sotrique tantt litiste. Pour ceux que la dimension intellectuelle rebute, soyez rassurs, car la tournure quasi policire de l’intrigue te tout risque d’ennui et le narrateur utilise les nombreuses rfrences culturelles avec un regard compatissant, emprunt d’autodrision.

Liliane Bassali
( Mis en ligne le 29/07/2000 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)