L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

L'Employé
de Jacques Sternberg
Espace nord 2021 /  8,50 €- 55.68  ffr. / 194 pages
ISBN : 12,0 cm × 18,5 cm
FORMAT : 12,0 cm × 18,5 cm

Jacques Carion (Postfacier)

Roman déchainé

Jacques Sternberg (1923-2006) fait partie de ces écrivains prolifiques de la contre-culture française, totalement en dehors du système littéraire bien qu’appuyé par quelques têtes pensantes et éditeurs courageux. Son parcours est à la fois chaotique et cohérent. Quelques titres ont fait parler d’eux : 188 Contes à régler, Histoires à dormir sans vous, La Banlieue, Toi, ma nuit, Lettre aux gens malheureux et qui ont bien raison de l’être, Dictionnaire des idées revues... Sternberg a abordé tous les genres littéraires en les extirpant des scléroses théoriques, tout en s’offrant le luxe d’écrire un scénario pour Alain Resnais. Passionné de navigation, c'est un homme hors-norme, hors-classe mais reconnu comme un écrivain iconoclaste important. Puis les années passants, l’œuvre se fait plus structurée, plus abordable.

Ce roman réédité par Espace-Nord illustre cette expression romanesque d’une œuvre singulière... et ses limites. Un homme se rend à son travail. Il hésite à ouvrir la porte. S’ensuit une aventure humaine sans précédent où toute notion de logique, de réel, de concret et de cohérence disparait dans la peinture d'un monde fantastique, surréaliste et merveilleux, où absurdité et excès en tout genre cohabitent. En faisant éclater le genre, voire en le supprimant, l’auteur décide de tout faire exploser - langage, logique, cohérence, réalisme - afin de proposer un monde où plus rien n’a de structure logique (et où toutes les interprétations sont possibles). Est-ce beau et profond comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie (Lautréamont) ? Telle est la question essentielle !

S'il appréciera le tour de force et l’exercice de style (une sorte d’Ecume des jours radicale !) à la manière d’un Georges Pérec (et son livre La Disparition, coup de génie syntaxique), le lecteur pourra se lasser également (passée la surprise) d’un tel déferlement de non-sens, de surréalisme trash et d’imagination dingue. Chaque phrase peut contenir deux à trois éléments loufoques, délirants ou fantastiques. Ce qui, sur 200 pages, peut paraitre à la fois déroutant et agaçant.

Sternberg a su évoluer vers une démarche plus classique tout en restant authentique. Cette réédition est la bienvenue mais ne doit pas résumer son approche esthétique.

Simon Anger
( Mis en ligne le 02/04/2021 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)