L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

La Méridienne
de Denis Guedj
Seuil - Points 2008 /  7.50 €- 49.13  ffr. / 379 pages
ISBN : 978-2-7578-0969-3
FORMAT : 11x18 cm

Premire publication en octobre 1999 (Robert Laffont).

De la mesure des Lumières

24 juin 1792. En ces dernires heures vesprales de la Royaut, qui s'annoncent comme l'aurore de la Rvolution, l'Assemble lgislative mande, avec l'approbation du Roi, deux astronomes : Pierre Mchain et Jean-Baptiste Delambre, pour qu'ils traversent la France de part en part et entreprennent de mesurer le mridien de Paris, dit la Mridienne, prlude la dtermination du mtre talon.

Ainsi, sous l'gide de Condorcet, le philosophe des Lumires et de l'Encyclopdie, de Lavoisier, chimiste rput, et du physicien Borda, les citoyens Mchain et Delambre arpentent le territoire franais en traant une ligne imaginaire reliant Dunkerque Barcelone, l'aide de nouveaux instruments godsiques. Deux voyages en direction contraire (Mchain et son assistant Tranchot partent vers le sud destination de Barcelone tandis que Delambre et Bellet se dirigent vers le nord), deux arpenteurs pour une mme qute de perfection. Rodez ayant t choisie comme ville de ralliement, chacun se fait fort d'tre le premier gagner le terme de ce saint Graal mtrologique.

Ce faisant, tels deux Sisyphes lus, perdus de calculs, ils se hissent sur les points culminants rencontrs au cours de leurs priples : clochers, tours, sommets et autres pics. Lorsqu'ils ne sont pas obligs, ironie de l'histoire, d'riger des "chafauds" pour pallier les faiblesses du relief en ces temps de guillotine et de sciures de bois ! Tour tour arrts et pris pour des migrs royalistes par les sans-culottes, pris galement pour des espions la solde de l'Espagne ennemie ou recherchs par le Comit de Salut public pour avoir sign une ptition en faveur de la libration de leur camarade Lavoisier, injustement emprisonn, Mchain et Delambre doivent se jouer des convulsions de l'Histoire.

La traverse du territoire est donc aussi une traverse du Temps. Commence au crpuscule de la Monarchie, la mesure s'achve l'aube du Consulat et aura dur ce que dura la Rpublique : sept annes de troubles au gr desquelles Mchain sera ballott tandis que Delambre se ralisera, pour finir tout aurol de gloire. C'est que Mchain est un tre tourment, un savant l'humilit ambitieuse, sans cesse en proie aux affres du doute. Pourquoi veut-il tout prix retourner Barcelone pour refaire des mesures que tous ses collgues jugent excellentes ? Aurait-il commis une erreur de calcul ? Ou serait-il cras par l'immensit de la tche qui lui incombe : accoucher d'une nouvelle mesure "pour tous les temps, pour tous les hommes", selon le mot de Condorcet ?

Quitter l're du "deux poids et deux mesures", symbole mme de l'ingalit, pour entrer dans celle de l'unit, de l'uniformisation, et qu'il n'y ait plus qu'une "aune, qu'un pied, qu'un poids, qu'une mesure". "Rinitialiser le monde", tel est l'enjeu de cette formidable mission, tmoin de ce nouveau commencement des temps rig par la Convention nationale : "On tait le 5 octobre 1793 quand le soleil se leva et lorsqu'il se coucha, on tait le 14 Vendmiaire an II". Ainsi, la Rvolution peut instaurer un systme de mesure unique et uniforme qui assurera dsormais la facilit et l'intgrit des changes commerciaux. C'est qu'aux yeux du rvolutionnaire, le crpuscule est porteur de lumire plutt que de dsespoir !

A travers cette folle pope du Mtre, Denis Guedj rvle une Rvolution la fois tragique et gnreuse, mue par un formidable lan de l'esprit (celui des Lumires) ayant pour grand dessein de remodeler le monde. Ces prgrinations pistmologiques constituent la trame d'un rcit, qui se droule littralement comme un vritable fil d'Ariane sur plus de mille kilomtres, reliant les hommes l'unit de mesure universelle. Denis Guedj rconcilie ainsi, et ce n'est pas le moindre des paradoxes, fiction et vrit tant il s'abreuve la source de l'Histoire pour tisser un rcit imaginaire qui se mesure l'aune de la vrit scientifique et historique, comme en tmoignent les nombreux documents authentiques livrs la fin du roman.

Quand on sait que La Mridienne fut un scnario prim avant de devenir un formidable roman, on ne peut s'empcher de regretter avec l'auteur qu'il n'ait t port l'cran, mme si ce dernier avoue non sans humour avoir pris depuis... "la mesure des choses"!

Steven Barris
( Mis en ligne le 12/11/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)