L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Moins qu'une pute - suivi de Romance
de Régis Clinquart
Flammarion 2004 /  14 €- 91.7  ffr. / 126 pages
ISBN : 2-08-06-8589-9
FORMAT : 14 x 21 cm

L'amour double face

Dans chacun des deux textes qui composent son dernier livre, mal propos baptiss rcits , Rgis Clinquart interpelle avec passion la femme aime. Dans le premier, c'est M***, l'ex dsormais hae. Dans le second, il s'agit de Romane, le nouvel objet de son dsir.

Puisque M*** l'a quitt, notre Rgis lui crit sa lettre de rupture, une mise au point vacharde, qui se veut au sens premier du terme, un rglement de comptes. Au lieu de lui adresser cette lettre, comme le ferait tout un chacun, il choisit de la rendre publique, puisque, dit-il, publier fait dsormais partie de ma "tradition" intime comme le meilleur moyen que j'ai trouv de passer celles qui me trahirent par les armes. Ce sera Moins qu'une pute, au titre infiniment plus provocateur que son contenu.

L'intrt de l'exercice ? Pour l'auteur, intimement concern et visiblement en colre, on comprend qu'il est de trois ordres : Une occupation, un petit livre ou une haine, ou les trois la fois. Une occupation ? Se distraire de la rupture, au sens pascalien du terme. Un petit livre ? La poursuite d'une jeune carrire d'crivain par l'ajout, fut-il modeste, d'une brique l'difice littraire commenc avec Apologie de la Viande. Une haine ? Profiter plein du fameux effet cathartique, de la saigne salutaire que constitue le dballage intime en grand, comme on vomit le trop-plein d'un repas. Et ce faisant, remettre corps et esprit disposition pour une prochaine aventure ( le Romance de la deuxime partie).

Pour le lecteur, le bnfice est moins vident. Tous ceux qui ont vcu une rupture amoureuse (c'est dire chacun de nous ?) y retrouveront quelque chose de leur exprience personnelle. A cet gard, le style nerveux de Clinquart, ses apostrophes la femme tratre, transcrivent bien le caractre universel de certaines interrogations fondamentales : pourquoi ce qui a march doit cesser un jour ? Pourquoi la rupture ? Et plus essentiellement, la vaine question rtrospective (mais combien humaine) : quoi tout cela a-t-il servi si c'est pour ne dboucher sur rien ? Mais que sont-ils ces moments, si ce ne sont que des moments ? Rien, c'est de la merde, nada, utilis, consomm, jeter. Malgr la proximit du thme, le propos semble un peu court. A l'occasion, on prouve l'impression d'tre lgrement voyeur. Et il est quand mme difficile, malgr des notations pertinentes, d'prouver une vritable extase littraire.

Sur les cinquante pages qui suivent, le Clinquart libr de M*** dclare sa flamme (amour et dsir) Romane qui, hlas, ne peut ou ne veut la partager avec lui. Au travers de paragraphes courts, d'apostrophes, de petits morceaux de confessions intimes, plus ou moins anecdotiques, la dclaration d'amour de Romance vire l'ambigu. L'imptrant, lass, jette son dvolu ( moins que ce ne soit l'inverse) sur une smillante quadragnaire batave qui pratique le sexe comme un rite paen.

Parue dj dans Bordel, un recueil de nouvelles consacr la jeune gnration, Romance prsente moins d'intrt que le premier volet du livre. Clinquart y confirme son penchant pour le narcissisme sexuel et le nombrilisme impudique, postures littraires la mode. Avec les mmes limites que s'impose sans s'en apercevoir cette littrature du moi-je : dcomplexe et moderne, certes, mais rptitive et manquant d'ambition. Le sexe et le nombril sont deux intressantes et universelles proccupations. Mais elles ne suffisent pas toujours faire de grands livres.

François Gandon
( Mis en ligne le 12/05/2004 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)