L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Mémorial
de Cécile Wajsbrot
Zulma 2005 /  16 €- 104.8  ffr. / 173 pages
ISBN : 2-84304-335-2
FORMAT : 14 x 21 cm

Auschwitz aujourd’hui…

Elle cherche loubli et la paix dans lcorchement au rel, se frotter au lieu pour exorciser tout un pass fantme, le sien, celui des proches et dune humanit entire. Elle prend le train pour la Pologne et ses camps. Elle franchit les frontires comme on traverserait les fleuves mauvais : le Styx, le Lth, lAchron la mort, loubli, le malheur La France est un refuge o elle na pas ses racines, la Pologne un bercail o elle na jamais vcu, sa nation, tombeau des siens, dans les camps, Oswiecim/Auschwitz et dautres, et ses rivires o, rituellement, et encore dans le secret opaque de lHistoire, on excutait les survivants

Elle veut voir pour oublier, revenir la terre pour expdier le pass, sen dfaire. Mais il y a le sens, ne pas se retourner, ne pas regarder en arrire, se rendre volontairement aveugle au pass pour pouvoir avancer, continuer pouvoir vivre. (p.45). Plerinage/paradoxe Retour vers le futur en pitinant le pass, foulant la terre mangeuse du sang familial, leurs cendres : moi qui, pour le moment, noubliais rien, qui me sentais condamne la mmoire, lternel souvenir, comme si le seul temps que je savais utiliser tait le pass sous toutes ses formes. (p.107)

Le priple nest pas ais, douloureusement identitaire. De la gare o elle observe les voyageurs, la destination finale, elle ressasse le rapport lHistoire, celui sa famille, cette Pologne fantasme Autant de boulets qui retiennent sa marche. Est-ce dailleurs la bonne faon de faire ?... Car ce rcit obsessionnel semble rveiller plus de fantmes quil nen chasse, focalisant lattention de la narratrice vers ce point mort historique : LHistoire semblait scrire en lettres minuscules, tant les majuscules dAuschwitz nous crasaient, et barraient lhorizon, et celles dHiroshima (p.98)

Oui mais attention au monopole compassionnel Dautres charniers existent, tmoignant que lHistoire poursuit son criture, moins en majuscules quen gras et lettres de sang En dautres lieux et dautres poques, aujourdhui, Clio poursuit sa valse avec la Faucheuse, toujours avec brio et un art ausi malfique que consomm. Nest-ce pas ce que dit sans les mots cette voyageuse avec qui la narratrice dialogue difficilement, cette jeune femme qui habite Oswiecim, Auschwitz sorti des livres dhistoire et des drames passs, ville contemporaine et vivante, avec ses habitants, ses commerces, sa vie Car partout et de tous temps, Auschwitz reste daujourdhui.

Bruno Portesi
( Mis en ligne le 28/11/2005 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2023



www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)