L'actualité du livre
Littératureet Romans & Nouvelles  

Le Songe d'Alcibiade
de Eric Jourdan
H&O 2006 /  15 €- 98.25  ffr. / 173 pages
ISBN :  2-84547-130-0
FORMAT : 14,5cm x 22,0cm

Rêve érotique d’un chef

Le nouveau roman dEric Jourdan pourrait sembler, premire vue, un simple roman historique, genre qui a aujourdhui le vent en poupe. Il se droule en effet au Ve sicle av. J.-C., dans lAthnes de Pricls et de Socrate. Mais ce serait oublier un peu vite la personnalit quelque peu sulfureuse de lauteur. Eric Jourdan a en effet commenc faire parler de lui en 1955 en publiant son premier roman dix-sept ans. Comme lon nest pas srieux cet ge, Les Mauvais Anges tait en fait un rcit rotique homosexuel, qui fut alors interdit en France (il est aujourdhui disponible en poche aux ditions La Musardine, depuis 2001). Lauteur stait dj fait remarquer par linstitution scolaire, en se faisant renvoyer de bon nombre de collges pour insolence, provocation et sexualit.

Rien dtonnant, donc, ce quil ait t fascin par le personnage dAlcibiade, hros de son nouveau roman. Lenfant terrible de la politique athnienne, rejeton dune grande famille, pupille de Pricls et ami de Socrate, instigateur de la dsastreuse expdition de Sicile, tratre sa patrie (il a servi Sparte et les satrapes perses) avant dtre de nouveau reconnu par elle, puis exil, avait en effet tout pour le sduire. Ambitieux et insolent, mais aussi beau et intelligent, il tranait tous les curs aprs lui. Mme aprs sa mort. Platon, Thucydide et Plutarque se sont intresss ce mtore. Plus rcemment, la vnrable acadmicienne Jacqueline De Romilly lui a consacr un de ses livres (Alcibiade, De Fallois, 1995 ; rd. Le Livre de Poche 1997). Elle y montre que la brve carrire de ce dmagogue dnu de scrupules, marque par les "affaires" (dont les plus connues sont la profanation des Mystres dEleusis et la mutilation des herms), prfigure tous les excs de ce qu'on appellerait aujourd'hui la politique-spectacle. De cet ambitieux sduisant et opportuniste, elle fait le symbole des drives dmagogiques de la dmocratie, qui la conduiront sa perte.

Le roman dEric Jourdan nest gure une fresque historique. Lauteur, qui nest pas historien, sattache surtout la psychologie de son personnage, qui est plus celle dun jeune gay contemporain que dun citoyen athnien de lpoque classique. Louvrage est ponctu de nombreuses scnes rotiques et dcrit abondamment les aventures sexuelles et sentimentales dAlcibiade. On sen serait un peu dout en regardant simplement la couverture, qui reproduit une clbre fresque de Paestum reprsentant deux amants, ou du moins une scne de sduction homosexuelle, lors dun banquet... Les romances sont ainsi totalement inventes, de son initiation par le fils dun armateur au Pire (on se croirait avec les marins de Genet) ses idylles avec les jeunes et beaux Dyonis et Nikias, sans parler de sa dernire relation avec Lycos et Damasandra, lune des rares femmes avoir touch son cur.

Car le personnage nest pas loin de dtester les femmes (en tout cas la sienne), ou du moins leur corps. Il nprouve un dsir sexuel imprieux que pour la Pythie de Delphes, qui le viole littralement prs de la statue dore dApollon, scne dont on na pas besoin de souligner limprobabilit Ses prfrences, malgr la reine de Sparte qui il donne un enfant, vont clairement aux hommes. Il nest pas sr que la ralit historique ait t aussi tranche, dautant plus que les Grecs de lAntiquit ignoraient tout des concepts modernes dhomosexualit et dhtrosexualit Cependant, Eric Jourdan prend soin de faire dire son personnage que ses murs ntaient gure conformes la morale du temps, qui ne tolrait dhomosexualit que la relation quasi-pdagogique entre un jeune romne et un raste plus g. Alcibiade, amateur dorgies, est bien loin de ce modle. Lauteur se plat ainsi voquer lternel corps de vingt ans qui charme tous ceux qui croisent sa route, ce jeune homme amoureux du plaisir et des treintes masculines qui aime conqurir tous les tres qui veillent son dsir.

Le rcit nest pas linaire, cest l lune de ses originalits. Le hros meurt ds le premier chapitre. En effet, alors que sa cit, Athnes, est au bord du dsastre, Alcibiade est assassin par loncle et le frre du cruel satrape Pharnabaze sur un chemin de Phrygie. Il perd ainsi son dernier pari, qui tait de sduire le roi des Perses Artaxerxs. Dans sa tte tout juste tranche, le temps que la vie se retire, les images de son existence dfilent, et forment la trame du roman. Il se remmore ainsi davantage les moments damour et de sensualit quil a vcus que les scnes de bataille ou les intrigues politiques. Les rminiscences dAlcibiade ce songe qui donne son titre au roman sont entrecroises avec les rflexions et les sensations de la tte coupe, dont la vie se prolonge de manire peu crdible, en fait jusqu la rencontre tant espre avec le Roi des Rois achmnide

Malgr quelques fautes de frappe et erreurs de syntaxe, et condition de survoler les scnes de sexe souvent rptitives (mais cest un peu la loi du genre), ce roman, dont on sent quil a t crit rapidement, se laisse lire, et nest pas dnu dune certaine posie. Le personnage principal, souvent agaant, se rvle parfois touchant, par exemple dans la scne de la mort de Pricls, ou, la fin, quand il sinterroge sur la ralit de cette me dont lui a parl Socrate. Comme quoi, Le Songe dAlcibiade ne saurait se rduire un rve rotique...

Sébastien Dalmon
( Mis en ligne le 06/10/2006 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)