L'actualité du livre
Littératureet Biographies, Mémoires & Correspondances  

Drieu - Suivi de lettres inédites de Pierre Drieu la Rochelle à Victoria Ocampo
de Victoria Ocampo
Bartillat 2007 /  19 €- 124.45  ffr. / 151 pages
ISBN : 978-2-84100-412-6
FORMAT : 12,5cm x 20,0cm

Victoria et son Pauvre Pierrot

Victoria et Pierre trangement, ces deux prnoms accols sonnent dj comme une promesse de rencontre. Elle, lgante, admirable, descendante dune famille aristocratique, mcne argentine, cratrice de la revue SUR qui sera pendant des annes au carrefour des changes entre les intellectuels sud-amricains et ceux du Vieux Continent. Lui, charmeur, bien charpent, romancier ingal mais reconnu, Don Juan compulsif rong intrieurement par ses souvenirs de la Grande Guerre et plus encore par une lucidit quasi pathologique. Elle, ne Ocampo, luttera sans relche pour affirmer son indpendance et son refus de toute forme dautoritarisme politique ; lui, mort Drieu la Rochelle, sans enfant, lextrme pointe de son dgot et de ses illuminations, install jamais dans le Nirvana des Sulfureux. Entre eux, la complmentarit, aussi brutale quessentielle, du silex et de la pierre.

Comme le note Julien Hervier, ce sont deux tres malmens par la vie, enferrs dans des mariages rats, qui se rencontrent pour un bref flamboiement de passion dans une Europe en sursis, promise de nouvelles catastrophes. Aucun des deux nest vraiment jeune, mme sils restent prts tout miser sur le grand amour, avec une fracheur et des attentes dadolescents. Pourtant, Victoria ne sera pas une figure supplmentaire dans le tableau de chasse du tombeur de ces dames. Ni conqute ni femme de sa vie, elle occupera cette position sublimement intermdiaire damie. Leur rapport slaborera dans la constance, si ce nest la plus pure des fidlits (et Dieu sait si le mot est os quand il sagit de Drieu).

Le livre que proposent les ditions Bartillat est rare, dans la mesure o il offre un tmoignage non voyeuriste sur lentente privilgie entre deux monstres sacrs des lettres. Lmotion de Victoria, sensible chaque ligne, ne fait aucune concession ses jugements sur lhomme Drieu, dpeint travers ses atouts et ses failles. Et au-del dun invitable aspect anecdotique, cest lnigme universelle de lattirance, de la fascination, de la sduction que formulent nouveau ces pages.

Le texte est complt dune correspondance indite dans laquelle Drieu souligne la force de cette relation distance (Victoria, chre, ne me prive pas de toi, de tout ce que tu me donnes. Dailleurs tu me le donnes mme en silence). Il y voque surtout, la veille de son suicide, cet indfinissable sentiment quil prouve pour elle, une amre tendresse, avoue au dtour dune phrase, et qui semble contenir elle seule loxymore dune destine.

Frédéric Saenen
( Mis en ligne le 26/11/2007 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)