L'actualité du livre
Littératureet Essais littéraires & histoire de la littérature  

Zola, tel qu'en lui-même
de Henri Mitterand
PUF 2009 /  25 €- 163.75  ffr. / 215 pages
ISBN : 978-2-13-057082-0
FORMAT : 15cm x 22cm

Le conteur venu d'ailleurs

Henri Mitterand, reconnu internationalement comme le spcialiste de Zola, n'en a pas fini avec son auteur de prdilection : quatre-vingts ans passs, celui qui l'on doit dj une dizaine d'essais sur l'crivain, l'dition complte de son oeuvre dans la Pliade, ainsi qu'une imposante biographie en trois tomes parue en 2002, revient une nouvelle fois sur celui qu'on surnomma le pre du naturalisme.

Le titre, Zola tel qu'en lui-mme, est lui seul tout un programme : ds l'introduction, Mitterand dfend la ncessaire rnovation de l'approche du grand crivain, dont l'oeuvre romanesque a trop souvent t comprise comme la stricte application de ses propres thories littraires. En effet, il rappelle que c'est Zola lui-mme qui inventa le concept de naturalisme - qu'il prfra au terme ralisme - et que les innombrables dveloppements qu'il publia sur ce thme ont entran les analystes le croire sur parole, au risque de passer ct de tout un pan de son gnie : on a ainsi confondu ce que la linguistique moderne nous a appris distinguer : le discours et le rcit (p.VIII). En effet, si l'on a souvent rduit Zola au positiviste disciple de Taine et Lucas, voire au scientiste appliqu dmontrer la vracit des thses sur l'hrdit et le dterminisme biologique de son temps, Mitterand dmontre qu'il est galement - et peut-tre surtout - un conteur l'imagination immense, dont la dmesure tranche avec le rationalisme dont il se prvalait. Il n'est cependant pas question pour Mitterand de remettre en cause le naturalisme zolien, mais de lerelativiser, en pratiquant un aller-retour permanent du discours au rcit et du rcit au discours (p.XI). Mitterand se propose donc de relire l'oeuvre de Zola, ou plutt de la d-lire, en distinguant plusieurs priodes au cours desquelles le discours de l'crivain a lui-mme volu, imprimant ses romans de nouveaux objectifs.

Dans la partie consacre aux genses de son oeuvre, il revient sur les sources multiples de la personnalit intellectuelle de Zola, mlant influences romantiques issues de ses lectures de jeunesse de Michelet et d'Hugo, auxquelles s'agrgrent le positivisme de Taine et de Lucas, ainsi que le travail et les recherches des peintres impressionnistes. Ds ses premiers romans, Zola applique une mthode qui restera immuable tout au long de sa vie : l'criture de chaque oeuvre est prcde par un immense travail prparatoire, les avant-textes, constitus de centaines de feuillets, qui comprenaient toujours une bauche du projet, les fiches dtailles des personnages, le plan dtaill et plusieurs reprises remani, ainsi que de multiples notes de lectures ou d'enqutes. Une documentation si dense qu'elle n'a t encore qu'insuffisamment tudie et qui permettrait, si les chercheurs prenaient la peine de la dpouiller exhaustivement, de mieux comprendre le processus de cration de l'oeuvre, beaucoup plus complexe encore que ce qu'on en sait dj. Car si premire vue le travail de Zola s'apparente fortement une criture programme, l'tude approfondie des allers-retours incessants de l'crivain entre les avant-textes et l'criture finale des romans, montre qu'il dconstruisait souvent son modle au fur et mesure : comme si entre le projet de dpart et sa ralisation finale s'immisait ce sur quoi Zola n'a jamais discouru, savoir les composantes mythiques de son imaginaire, la puissance de sa rverie, et son trop-plein de draison.

Une autre tude qui mriterait selon Mitterand d'tre aujourd'hui pousse plus avant est celle de la spatiographie romanesque de Zola : les villes, les quartiers, les campagnes sont dcrits dans la fiction avec une minutie, une prcision et une intuition telles que l'historiographie aurait tort, comme elle l'a souvent fait, de ngliger leur valeur de tmoignage, aussi bien sur l'espace industriel de l'poque que sur la perception du vcu de cet espace par les mentalits populaires. Un travail sur l'espace qui s'intensifie en mme temps qu'il volue dans les dix dernires annes de sa vie : avec Les Trois Villes, aprs plus de vingt ans passs la srie des Rougon-Macquart (1871-1893) - qui prtendaient autant tudier les tares hrditaires d'une famille sur cinq gnrations que dpeindre la socit du Second Empire -, Zola semble chercher donner une autre allure au roman. Le naturaliste qu'il s'est toujours prtendu tre laisse ainsi place au grand rveur des trangets de la ville, que Mitterand n'hsite pas apparenter dj, avec vingt ans d'avance, aux surralistes !

Zola rveur, fantaisiste, monstre de dmesure, mais aussi vritable gnie politique, comparable en son temps ce que furent Voltaire et Hugo : Mitterand rappelle que dans toute sa carrire littraire, depuis ses dbuts de journaliste chroniqueur, jusqu' son rle dans l'affaire Dreyfus, il n'a cess de se montrer un rpublicain convaincu et critique : censur sous le Second Empire, il n'en dnoncera pas moins les compromis et les dtours de la IIIe Rpublique, toujours prs conspuer la censure, le csarisme et le racisme.

On retiendra finalement un point essentiel de ces deux-cents pages proches de l'hagiographie, parfois polmiques mme, tant Mitterand ose s'aventurer loin dans les pistes qu'il emprunte : qu'il reste beaucoup de chemin parcourir aux analystes littraires pour comprendre tout le processus de cration de l'oeuvre zolienne, et que la rvision critique est loin d'tre acheve. Prs de cent ans aprs sa mort, on est loin d'avoir mesur l'immensit du gnie littraire, la folie d'invention et d'criture, de celui que Mitterand n'hsite pas dfinir, ds les premires pages de son introduction, comme un conteur qui vient d'ailleurs, (...) un Grec des dbuts de la tragdie, qui obit instinctivement aux principes de la dmesure plus qu' ceux de la rationalit.

Mitterand ne prtend pas cet gard apporter toutes les rponses, mais semble vouloir rveiller, par un aiguillon trs socratique, une critique moderne aux jugements prmaturment dfinitifs. Comme s'il voulait s'assurer, en passant le flambeau des tudes zoliennes, que ses successeurs ne le laisseront pas s'teindre.

Natacha Milkoff
( Mis en ligne le 24/03/2009 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)