L'actualité du livre
Littératureet Poésie & théâtre  

Elle t'attend
de Florian Zeller
Flammarion 2008 /  12 €- 78.6  ffr. / 154 pages
ISBN : 978-2-08-120749-3
FORMAT : 11,5cm x 18,5cm

Date de parution : 03/09/2008.

Auteur du compte rendu: Ancien lve de lcole Normale Suprieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon, agrg de Lettres Modernes, Fabien Gris est actuellement moniteur lUniversit de Saint Etienne. Il prpare une thse, sous la direction de Jean-Bernard Vray, sur les modalits de prsences du cinma dans le roman franais contemporain.


En attendant … Simon

Anna amne pour la premire fois son nouveau compagnon, Simon, dans la maison de vacances familiale en Corse. Simon, qui a dj t mari et a quitt sa femme et ses enfants pour vivre avec Anna, semble vivre assez mal ce moment, et notamment la cohabitation avec la famille dAnna: sa mre excessivement prvenante, son pre touch par la maladie dAlzheimer, sa sur et son frre jaloux de cette nouvelle union. Un matin, Simon dcide de faire une promenade seul dans les montagnes environnantes. Le temps passe et il ne revient pas. A-t-il eu un accident? A-t-il fui? Pour Anna, cette attente est insupportable.

Pour sa quatrime pice, Florian Zeller a fait le choix classique du thtre psychologique, par le double biais de la passion amoureuse et du drame familial. Il prend mme un angle dattaque intressant pour traiter son sujet, en plaant au cur de la pice labsence et linvisibilit dun des personnages principaux, savoir Simon. Ce vide pourrait tre effectivement un moyen dramaturgique efficace et pertinent pour questionner lintensit des sentiments de ceux qui restent, qui attendent celui qui ne rapparat pas sur la scne. Pour Anna, lattente est cette action paradoxale qui la conduit extrioriser sa passion amoureuse pour Simon et en peser la force et la faiblesse.

Le procd de base est donc, a priori, plutt astucieux, mme sil nest pas novateur en soi (depuis Beckett au moins, on attend beaucoup au thtre!). Mais cela va tre srieusement gch par lcriture thtrale du dramaturge. En effet, Florian Zeller semble crire avec une sorte de double crainte: la fois celle de ne pas tre assez clair dans ses intentions, et celle de tomber dans une trop grande violence stylistique et dramaturgique. Cela place la pice dans une neutralit qui laisse indiffrent : trop dmonstrative pour tre vraiment nigmatique, trop sage et police pour explor[er] les gouffres du sentiment amoureux et le tumulte de lattente, comme le prtend la quatrime de couverture.

Zeller semble dailleurs avoir peur de son sujet principal (lattente), en faisant rapparatre plusieurs fois Simon sur scne, au cours danalepses et/ou de moments oniriques. Cela a pour but de souligner au gros feutre rouge les tenants et aboutissants de lintrigue, alors que le spectateur et le lecteur sont tout fait capables de les comprendre sans ces artifices. Florian Zeller ne lche dailleurs jamais ledit gros feutre rouge: chaque rplique devient explicitement lourde de sens (et lourde est un adjectif assez adapt), chaque personnage porte un secret ou un malaise comme lon porterait un tendard. Les didascalies sont symptomatiques de ce caractre dmonstratif et ressemblent de petites explications de texte: Ils se regardent sans rien dire. Quelque chose se passe dans leur regard. Une tension. On comprend que quelque chose ne va pas (p. 25) ; On comprend la seule hypothse envisageable: travers eux, cest la mort qui est entre dans la maison (p.134).

Si lon tait mauvais esprit, on dirait que Zeller utilise les didascalies comme des pense-btes pour sa future mise en scne (il monte personnellement la pice en septembre 2008 au Thtre de la Madeleine), craignant sans doute doublier ses propres intentions dauteur dans le passage du texte la scne (intentions dauteur qui ne manquent pourtant pas dans la pice elle-mme, comme par exemple le frre dAnna qui lit LOdysse dHomre et explique combien cette lecture est approprie la situation). On peut relever aussi quelques phrases peu heureuses, involontairement ridicules (Il faudrait que les moments dattente soient effroyablement longs et lents. Aussi crasants que le soleil de Corse (p.11) ; Simon sort de la salle de bain dans une serviette blanche. Il porte sa serviette comme dans lantiquit [sans majuscule ndlr]: un tragdien grec (p.137). Les rpliques relvent malheureusement dun style plat et convenu, et ne provoquent quun ennui poli.

Elle tattend se droule en Corse. Florian Zeller justifie la situation gographique de sa pice en convoquant la Mditerrane dAlbert Camus et sa notion de tragique solaire. Un mauvais esprit, toujours, dirait que la prsence de Laetitia Casta, originaire de Corse elle-mme, pour interprter Anna, nest quun heureux hasard entre les intentions littraires et dramaturgiques profondes de lauteur et le choix de la distribution par le metteur en scne.

Fabien Gris
( Mis en ligne le 22/09/2008 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2024
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)