L'actualité du livre
Littératureet Littérature Américaine  

Katerina
de James Frey
Flammarion 2019 /  21 €- 137.55  ffr. / 357 pages
ISBN : 978-2-08-142125-7
FORMAT : 14,6 cm × 22,0 cm

Diniz Galhos (Traducteur)

Tropique du cancer

Révélé en 2003 par le succès polémique de Mille Morceaux, récit trash de la descente aux enfers d’un alcoolique accro au crack, James frey a tenté de se faire oublier suite à la révélation que cette autobiographie était en partie inventée. De retour à l'écriture, il propose aujourd'hui Katerina, récit d'une vocation pour le succès.

Le héros Jay, étudiant à Cleveland, se fait quelques lignes de coke ; son colocataire lui prête un livre qui devrait lui plaire, Tropique du cancer d’Henri Miller. Jay tombe sous le charme du vénéneux roman : «J’avais l’impression qu’on venait d’allumer une ampoule dans mon esprit, dans mon cœur, dans mon âme». Il décide de tout plaquer et de vivre comme Henri Miller, son idole.

A Paris, il s’abîme dans le sexe, la drogue et l’alcool, erre dans la ville, écrit des manuscrits qu’il finit par jeter dans la Seine. Quand il rencontre Katerina, jeune mannequin norvégien aux boucles rousses et aux penchants autodestructeurs malgré son grand désir de liberté. Elle le rend complètement fou ; insaisissable, elle va finir par le détruire complètement.

Vingt-cinq ans plus tard, Jay vit en famille à Los Angeles. Il est rongé par la dépression et le manque d’inspiration, passés quelques succès. Il pense toujours au Paris de 1992, la meilleure période de sa vie : la rue Saint-Denis, le Polly Maggoo et son grand amour... Il reçoit alors un appel... de Katerina.

L’auteur alterne les chapitres entre 1992 et 2017. Il est difficile de déterminer la part de fiction dans le récit. Dans une interview, James Frey a montré la photo de Katerina sur son téléphone. Mais comment croire un romancier, qui plus est réputé être un mythomane ? Le héros semble être tout de même très proche de l’auteur.

Un peu trop long, le roman est finalement d'un intérêt limité malgré ses dehors provocateurs, et ne suscite pas d’émotion particulière. Jay, crédible ou pas, n'est pas une personne aimable.

Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 16/10/2019 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)