L'actualité du livre
Littératureet Littérature Américaine  

Super hôte
de Kate Russo
Quai Voltaire 2021 /  24 €- 157.2  ffr. / 416 pages
ISBN : 9791037106308
FORMAT : 13,5 cm × 22,0 cm

Weiss Severine (Traducteur)

En panne…

Américaine, Kate Russo est diplômée de la Slade School of Fine Arts de Londres ; peintre, elle a aussi écrit deux pièces de théâtre jouées en Angleterre. Super Hôte est son premier roman et elle y déploie tous ses centres d’intérêt : le héros Bennett Driscoll est peintre lui aussi. Les dialogues sont ciselés, et très visuels. Le lecteur se transforme souvent en spectateur attentif et amusé.

Bennett Driscoll, la cinquantaine, vit à Londres ou plus exactement dans la résidentielle banlieue ouest. Sa demeure est trop grande pour lui, à tous points de vue, depuis que sa femme Eliza l’a quitté. Aussi, pour en assurer l’entretien, il la loue sur «Airbed» et se satisfait de son statut de «super hôte» obtenu grâce aux commentaires louangeurs des différents occupants qui se succèdent, juste récompense du mal que leur hôte se donne pour eux. Cette satisfaction dérisoire est d’ailleurs le seul véritable domaine de réussite de Bennett, peintre naguère coté et qui, depuis plusieurs années, ne parvient plus à vendre ses toiles. Il apprend au début du livre que sa galerie l’abandonne.

Face aux désastres qui se succèdent, Bennett se réfugie dans l’aboulie, et tente d’expérimenter la nature morte, lui qui était un peintre reconnu de nus. Bennett est un homme en panne… en panne d’inspiration, en panne de relations sociales, en panne de confiance en lui. Dans le champ de ruines qu’est devenue sa vie solitaire, il campe dans son atelier inconfortable pour laisser la maison aux hôtes de passage ; seule sa fille Mia, étudiante dans l’école d’art qui a été la sienne, lui apporte de la joie.

Les hôtes se succèdent, chapitre après chapitre, et le lecteur a l’impression que les paumés choisissent avec un flair sûr la maison de Bennett ; tous ont un lien avec le monde de l’art : Alice, la solitaire angoissée, travaille dans une maison de vente aux enchères ; Emma, totalement névrosée, se cherche dans le domaine de l’art conceptuel, tandis que son mari est photographe. Kirstie a fui un mari violent et vedette de télévision. La vie de Bennett semble s’écouler sans espoir, lorsque le hasard met sur son chemin Claire, serveuse de bar…

Peu importe le fil rouge qui construit l’intrigue : Bennett réussira-t-il ou non à sortir de l’impasse dans laquelle il s’est enfermé ? Le récit de Kate Russo vaut par la drôlerie des situations, la description efficace des personnages et le regard bienveillant que l’auteure leur porte. Un roman haut en couleurs dans les deux sens du terme - réel et figuré -, avec un dépaysement assuré comme souvent dans la littérature anglaise, si proche et si lointaine…

Une lecture divertissante, au bon sens du terme.

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 24/05/2021 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)