L'actualité du livre
Littératureet Littérature Américaine  

Harvey
de Emma Cline
La Table Ronde - Quai Voltaire 2021 /  14 €- 91.7  ffr. / 112 pages
ISBN : 979-10-371-0827-2
FORMAT : 11,5 cm × 19,0 cm

Jean Esch (Traduction)

Un monstre ordinaire

Ce court roman pourrait s'intituler Une journée particulière. Il est construit comme une pièce de théâtre en un seul acte. Harvey (on devine qu’il s’agit de Harvey Weinstein), seul avec un majordome stylé qui est à ses petits soins dans la maison luxueuse d’un ami, a du mal à supporter son bracelet électronique. Il est en stand by, son jugement pour agressions sexuelles et viols est prévu pour le lendemain.

Inconscient ou indifférent aux notions de bien ou de mal, il semble pourtant psychologiquement ''normal'', à la recherche de son seul plaisir physique. Au petit matin, il est certain d’être innocenté, minimisant sa responsabilité, ces femmes étaient consentantes d’après lui. Les avocats sauront plaider en sa faveur, il les paie bien assez cher ! Après tout, ses avances n’étaient que des invitations un peu poussées auprès de femmes qui n’avaient pas froid aux yeux ; ses gestes étaient selon lui plus amicaux que déplacés.

Emma Cline ne juge pas, et réussit très bien à faire basculer au fil des heures l’assurance de Harvey en doute. Physiquement même, il se transforme, ses maladies et ses douleurs ressortent, il a perdu toute sa superbe, en se demandant pourquoi ses pairs l’abandonnent. Les avocats sont moins obséquieux ; il est mis de côté comme un paria. Il en vient à comprendre le suicide d’Epstein dans sa cellule. Il va même comparer sa déchéance à une tentative d’assassinat, ce qui en dit long sur son arrogance. Un médecin vient lui placer une perfusion qui le shoote, supprimant la douleur de ses articulations. «Découvrir ces photos avaient été une épreuve plus dure qu’il se l’avait imaginé. On renonçait à un tas de choses, on devait s’habituer à la honte, mais pas facile, d’abandonner totalement la vanité».

Les avocats feront tout pour inspirer la pitié des jurés envers leur client : le déambulateur, le costume avachi. Dans le jardin voisin, il croit apercevoir l’écrivain Don de Lillo et imagine adapter son célèbre roman White noise à l’écran. La visite de Christin, sa fille qui ne l’a pas lâché, accompagnée de sa petite-fille, est brève quand elle voit à quel point il est dans le déni. Il perd peu à peu le contrôle sur son corps et sa vie.

La mécanique de domination est démontée et ce court roman suffit à révéler l’ignominie de tels hommes, descendus de leur piédestal. «Peut-être que la décision ne serait pas aussi nette qu’il l’aurait supposé, pas aussi rapide et totale. Il se souvenait à peine de toutes les choses qui s’étaient produites».

Eliane Mazerm
( Mis en ligne le 16/06/2021 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)