L'actualité du livre
Littératureet Poches  

Les Promesses
de Amanda Sthers
Le Livre de Poche 2016 /  6.90 €- 45.2  ffr. / 256 pages
ISBN : 978-2-253-06879-2
FORMAT : 11,0 cm × 17,8 cm

Premire publication en aot 2015 (Grasset)

Dédalus 2.0

Alexandre Brastina d'Alba n'est pas un homme aimable. Il donne sa voix au rcit, rapicement de la mmoire, patchwork d'instants reconstruisant une vie, en partant de l'enfance nourrie des promesses ponymes, qui ne seront pas tenues, jusqu'aux vieux jours d'un homme bien seul.

Une enfance italienne, toscane, mditerranenne. Une maison de famille, manoir cyprs, fortune installe, l'autorit d'un grand-pre admir avant la dtestation. Puis Papa meurt, un Calvino ddicac noy avec le pre dans le bleu d't. Maman, infirmire, roturire franaise mal accueillie par la doyen italien, est cette ombre dans le rcit, tche place derrire le fantme du pre disparu.

Alexandre, ds lors, est seul, mme quand il se marie Bianca, mme quand il aime Laure, mme avec ses enfants qui il refuse la paternit... car le destin lui a refus celle du noy. Les enfants grandis, il le paiera. Seul... avec les deux amis, Louis et Jacques. "Toi papa, tu vis dans un film de Claude Sautet sous-titr en italien". Il y a de cela en effet, dans la vie d'Alexandre. Du Claude Chabrol aussi pour la peinture au gris mtal d'une certaine bourgeoise, ici italienne.

Qui est Sandro au final ? Un homme. Qu'Amanda Sthers dcrit avec prcaution, avec talent et style, une certaine empathie mme, non sans viter le coup de pinceau facile, l'tiquetage du clich, colle forte : homme marqu par l'orphelinat du pre, l'autorit du grand-pre, son chteau en Italie, petit Hamlet de Porto Ercole. Un parisien aussi, jeune bourgeois politis gauche dans la ferveur des annes 60, attach ses petits plaisirs, un coureur de jupons fix sur l'amour de Laure. Alexandre ressemble beaucoup d'ailleurs au Paul Ddalus d'Arnaud Depleschin. Un autre homme... perdu, et pas vraiment aimable.

On se demande ce qui fonde ce roman, ce qu'Amanda Sthers cherche dire, d'o lui est venue l'inspiration, quel "Alexandre", quels "Alexandre"(s) elle a connu(s) et souhaita alors fixer sur quelques 250 pages. On se demande...

Thomas Roman
( Mis en ligne le 19/09/2016 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)