L'actualité du livre
Littératureet Récits  

La Fille du chasseur
de Sophie Caratini
Thierry Marchaisse Editions 2011 /  22 €- 144.1  ffr. / 358 pages
ISBN : 978-2-362-80000-9
FORMAT : 14cm x 20,5cm

Femme indépendante

Un livre passionnant, surprenant et difficile classer, autant quapparat nigmatique le visage sur la couverture qui est celui de la narratrice, Mariem, ge alors dune vingtaine dannes. Livre surprenant car, la lecture, on hsite souvent entre rcit de vie et rcit imagin, tant est romanesque la vie de Mariem que conte ici lanthropologue Sophie Caratini. En fait tout est vrai, Mariem existe bien, elle a 70 ans et vit aujourdhui Paris o lauteur la rencontre et a recueilli son tmoignage dans le cadre de son travail. Cest un des aspects forts aussi de ce livre qui aurait, somme toute, pu tre publi comme un essai scientifique, que de se lire comme un roman, tant Sophie Caratini a construit son rcit, et sait entraner le lecteur lentendre. Entendre au sens premier du terme, car le travail d'criture de Sophie Caratini rend loral, et donne toute son authenticit cette histoire.

A nos yeux doccidentaux du XXIe sicle, lhistoire de Mariem vient du fond des ges Elle est ne la fin des annes trente, probablement en 1940, en Mauritanie. Dans une Mauritanie franaise, mais o la prsence franaise ne cherche gure coloniser, simplanter, faute dailleurs - entre autres - de moyens humains, mais considre la Mauritanie comme un espace stratgique quil convient de surveiller pour assurer les relations entre lAfrique du Nord et lAfrique de lOuest. La petite Mariem nait dans un clan de chasseurs, les Nmadi, car sa mre a quitt par amour pour son pre son clan dleveurs, suprieur pourtant dans la hirarchie sociale.

leve dans le dsert, Mariem, qui revendiquera toute sa vie ses liens avec les Nmadi, apprend lire les traces, nomadiser, elle vit la solidarit des tentes, le rle des grands-parents, en particulier des grands-mres, les travaux des femmes, la rpartition des tches entre sexes, la pratique de lesclavage, la religion musulmane. Elle est imbattable sur la complexit des liens gnalogiques qui fondent des relations fortes et imprescriptibles. Elle comprend et cherche faire comprendre la sensibilit et la richesse de cette civilisation sculaire aujourdhui en voie de disparition. Pour avoir pous un franais et bien connatre la France, elle claire sa rflexion de comparaisons souvent stimulantes. Son rcit est dautant plus passionnant quelle a connu une vie riche.

Alors quelle est une toute petite fille, 5 ans environ, la famille suit le pre qui cherche tout prix se faire engager comme goumier (guerrier maure, suppltif de larme franaise) dans les GN (groupes nomades), ces units de larme franaise qui parcourent le dsert et le surveillent. Les goumiers avaient le droit de venir avec leur famille, aussi Mariem dcrit-elle ces camps immenses, ordonns selon la discipline militaire franaise, et hirarchiss, avec au sommet les officiers franais et en bas de la hirarchie les tirailleurs sngalais, qui tout interdisait de se mler aux autres. Entre les diffrentes populations, les changes sont nombreux, et en particulier les Franais viennent chercher des pouses chez les jolies Maures.

L aussi, le rcit de Mariem sort des clichs attendus et dresse le portrait de femmes infiniment plus indpendantes quon ne limagine volontiers. Indpendantes ds lors quelles ont rempli le contrat initial: se conformer aux traditions durant leur enfance et jusquau premier mariage. Des pages fortes sont celles o Mariem dcrit la coutume mauritanienne du gavage, torture que lon inflige aux petites filles des bonnes familles, pour les marier le plus tt et le mieux possible. Fille ane, Mariem na pas le choix, et durant deux ans, elle est impitoyablement gave, puis on la marie 9 ans et demi ; elle aura un fils 14 ans et demi... Un mariage malheureux, marqu par la violence, dont elle se dgage en obtenant le divorce.

Une fois divorce, la jeune femme maure devient libre, libre de choisir son prochain mari ou compagnon. Mariem qui a pour elle sa naissance, son intelligence et sa beaut, va ainsi choisir plusieurs maris successifs, maures ou franais, avoir des enfants, dcouvrir les charmes de la ville et de la modernit, du lit aux talons aiguilles et aux robes la Brigitte Bardot (on est au dbut des annes 60) avant dpouser Xavier, jeune fonctionnaire catholique issu de lEcole franaise doutre mer, et de mener le reste de sa vie le quotidien dune pouse de haut fonctionnaire, mre de famille nombreuse.

A ct de Mariem, toute une srie de personnages attachants, tonnants, aux fortes personnalits, commencer pas sa mre Fatimatou, Acha, sa belle sur, qui a suivi le parcours inverse de Mariem et tant dautres, des femmes dailleurs davantage que des hommes

Anthropologue, chercheur au CNRS, spcialiste du Sahara occidental et de la Mauritanie, Sophie Caratini sintresse aux liens tisss dans la relation coloniale et cest dans cette perspective quelle a rencontr Mariem. Elle compte dailleurs poursuivre ce travail avec deux autres livres, lun consacr un tirailleur sngalais et lautre un officier franais des annes 30. La Fille du chasseur invite aussi relire Odette du Puigaudeau (Pieds nus en Mauritanie) qui avait parcouru cet espace immense avec une amie dans les annes trente et en avait fourni la premire description en 1936 (rdit chez Phbus en 1996).

Marie-Paule Caire
( Mis en ligne le 29/08/2011 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)