L'actualité du livre
Littératureet Récits  

Le Dieu des obstacles
de Brina Svit
Arléa - La Rencontre 2021 /  17 €- 111.35  ffr. / 155 pages
ISBN : 978-2-36308-243-5
FORMAT : 12,6 cm × 20,6 cm

Apocalypse et ayurvéda

Brina Svit, écrivaine slovéne vivant en France, a mal au dos, vraiment très mal. Avant d’envisager une opération, elle décide de tenter une solution alternative, la médecine ayurvédique, plus particulièrement un cycle de purification, qui passe par un régime austère, des massages spécifiques, un processus de lavement et, idéalement, une libération… Pour cela, direction l’Inde, Thiruvanantapuram, ou Trivandrum, capitale du Kerala, et, de là, un centre ayurvédique discrètement installé aux alentours, qui accueille quelques occidentaux attirés par cette cure alternative.

Arrivée sur place, le dépaysement est assuré, inévitable : la végétation, la chaleur, la faune, l’accueil même au centre, tout est différent, exotique, indien : un autre monde, auquel l’auteure s’accommode plutôt bien, après avoir fait connaissance avec un lézard qui partage sa chambre, quelques soignants et thérapeutes qui prennent soin d’elle. Les menus sont austères, certes, mais il y a là aussi d’autres curistes, également en quête de quelque chose que le monde occidental ne fournit pas : un détachement, une forme de dénuement, une liberté qui s’affranchit du culte de l’apparence, un regard bienveillant qui n’est pas formé par le matérialisme et la consommation… L’inde idéale des occidentaux en somme, avec quelques pincées de yoga (et l’auteure, non sans humour, se met en scène, en amatrice aussi éclairée qu’immodeste)… un moment léger et suspendu dans le temps, une lecture douce et sereine à la découverte d’une culture, la médecine ayurvédique, et ses rythmes…

Et puis discrètement, le monde vient frapper à la porte du centre Dharma, car on est en 2020 et la pandémie est arrivée en Inde, au Kérala : les occidentaux deviennent des porteurs suspects du virus, une femme est même confinée d’office. Le statut de touriste amateur de la culture locale disparaît au profit de celui de malade potentiel. Il faut partir, il faut partir vite, même si le rituel de libération guérison est encore en cours. Mais l’auteure va jusqu’au bout, et trouve, dans ce rituel décrit étape par étape, avec une douce ironie dans certains moments, un souffle neuf, quelque chose de ce qu’elle était venue chercher et autre chose, un sens supplémentaire à ce voyage… et aussi un sujet d’écriture (ce livre !) qui la sort de son angoisse de la page blanche.

C’est un beau voyage, exotique et intérieur, qui est décrit dans ce livre : on voyage avec l’auteure, dans sa chambre, dans sa vie, parmi ses amis amateurs d’énigmes littéraires et de découvertes indiennes. On découvre une culture peu connue et un autre visage de cette Inde si complexe et hétérogène. On croise aussi la dureté d’une Inde faussement réputée pacifique, une Inde qui s’adonne, comme d’autres pays, au racisme et à la violence de manière irrationnelle : autant pour le stéréotype du pacifisme hindou. Bref, un beau carnet de voyage, joliment écrit, qui incite à revenir à soi, à chercher, hors du stress de nos vies et d’une pandémie qui dure, une parcelle d’humanité et une lueur de sérénité. Un morceau d’espoir écrit et un roman de pandémie réussi !

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 22/02/2021 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2021
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)