L'actualité du livre
Littératureet Divers  

L’Autre Journal. Articles intrépides - 1985-1986
de Hervé Guibert
Gallimard - L'Arbalète 2015 /  19,59 €- 128.31  ffr. / 172 pages
ISBN : 978-2-07-017770-7
FORMAT : 14,0 cm × 19,0 cm

Lauteur du compte rendu : Arnaud Genon est docteur en littrature franaise. Il enseigne actuellement les lettres et la philosophie en Allemagne, lEcole Europenne de Karlsruhe. Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University), il a notamment publi Herv Guibert, l'criture photographique ou le miroir de soi (en collaboration avec Jean-Pierre Boul, PUL, 2015) et Lisires de l'autofiction. Enjeux gographiques, artistiques et politiques (direction avec I. Grell, PUL, 2016). Il a cofond les sites herveguibert.net et autofiction.org.

Faire entrer l'intime

Un an aprs sa cration en 1984 par Michel Butel, Herv Guibert intgrait lquipe de LAutre Journal. Lcrivain, qui venait de quitter la rdaction du Monde suite au dpart dYvonne Baby, responsable des pages culturelles, ne pouvait que se retrouver dans cette entreprise journalistique innovante o les figures majeures du milieu intellectuel de lpoque (Genet, Deleuze, Duras) intervenaient rgulirement. Herv Guibert apporta au journal sa manire trs personnelle de traiter les sujets sur lesquels il travaillait. Il y a fait, selon les mots de Michel Butel, entrer lintime, travers ses mots, mais aussi ses photographies qui illustrrent nombre de ses articles. Comme le souligne son ami Mathieu Lindon, lensemble ici runi constitue une uvre part entire, qui vise parfois, dans certains articles, brouiller les frontires entre journalisme, criture du journal et roman.

Le premier des articles, Comment fabriquer une toile, nous plonge dans lunivers dHerv Guibert. On ne sait pas vraiment ce qui nous est donn lire un article, une anecdote, une nouvelle ou une page extraite dun journal intime mais on le suit dans son monde. Bernard (Faucon, dont le nom nest jamais mentionn) a invit ses amis dans le Lubron. Il y donne une fte, comme il aimait le faire, et les convives assistent un jet de ballons. Lun dentre eux, auquel sont accroches la douille, la pile et lampoule dune lampe de poche, se fond dans la nuit et laisse luire une petit lumire qui donne son titre au texte. Herv et Thierry sallongent sur le terre-plein, et observent, rveurs, la scne. Mais on comprend, au fil des mots, que cest de Faucon photographe que lauteur veut nous parler. Passe lanecdote autobiographique, il aborde les images de lartiste, la manire dont il les fabrique, sa mthode, son bricolage, les reprages auxquels il se livre. Cest parce que le travail de Bernard, comme celui dHerv Guibert, sort directement de sa vie, quil faut en passer par la vie pour tenter de saisir lessence de luvre: il vit comme son travail, il vit son travail, son travail vit comme lui. Guibert, comme dans ses livres et dans ses photographies, plus encore que dans ses articles du Monde, chemine par lintime, pour voquer ses passions, ses obsessions.

Il partage aussi avec les lecteurs lintimit des autres. Une photo que Cartier-Bresson lui envoie, lextrait dune lettre que lui adresse Michel Foucault dans laquelle le philosophe raconte le plaisir quil a regarder de son bureau, chaque jour, un garon qui vient saccouder sa fentre. La visite dun temple au Japon en compagnie de Sophie Calle se transforme en reportage ( moins que le reportage ne se transmue en rcit personnel) et les textes ctoient les photographies, que ce soit les portraits danonymes (le perruquier de lopra de Lille), ceux dartistes clbres (Isabelle Adjani, Jacques-Henri Lartigue) ou une planche contact reprsentant diffrents moment partags avec Thierry son amant pour clbrer le dixime anniversaire de leur rencontre.

Par ailleurs, les propos quil recueille pour la rubrique une vie (par exemple, ceux du chercheur aveugle prparant une thse en esthtique, du joueur de scie musicale ou de Georges Chaulet, le pre de Fantmette) laissent transparatre une attention particulire voire mme une certaine tendresse pour ses interlocuteurs qui tous prennent, sous la plume du jeune journaliste, une paisseur quasi romanesque. La vie, toujours comme un roman.

Enfin, la curiosit de Guibert avait cela de singulier quelle se portait tout autant sur le milieu artistique et culturel de son temps, que sur les anonymes (cf. la rubrique Les enfants exceptionnels), ou les lieux insolites (les archives administratives du Muse de lHomme qui permettent, selon lauteur, de recomposer toute une histoire de la photographie).

Avec lintgralit de ses articles LAutre journal, cest une uvre part entire du travail de lcrivain-photographe qui est mise jour, rvlant quHerv Guibert avait su investir tous ses domaines de prdilection (littrature, cinma, photographie, journalisme) avec la mme crativit et un talent unique que plus personne ne lui conteste aujourdhui.

Arnaud Genon
( Mis en ligne le 01/02/2016 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2019
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)