L'actualité du livre
Littératureet Fantastique & Science-fiction  

Lune montante - Luna - Tome 3
de Ian McDonald
Denoël - Lunes d'encre 2019 /  22,90 €- 150  ffr. / 496 pages
ISBN : 978-2-207-13505-1
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm

Gilles Goullet (Traducteur)

Lune nouvelle

La Lune de Ian McDonald n’est pas seulement un endroit froid et mortel, poussiéreux et lointain… c’est un monde, un univers en soi, colonisé, peuplé, transformé et qui a créé – du fait des conditions de vie – une humanité nouvelle, aux règles originales.

Une humanité qui, jusque dans sa physiologie, a évolué et muté. Le muscle s’est étiré et affaibli, le corps s’est élancé, les traits se sont affinés, l’apesanteur a été domestiquée… Reste l’oxygène, cette essentiel et problématique nécessité. Ce monde neuf a sa propre société, complexe, technologique, libérale et féodale, où les conflits juridiques se règlent avec des couteaux, où la technologie solutionne quasiment tout, même la mort.

Depuis maintenant deux excellents tomes, on suit les péripéties des cinq dragons, ces familles ethniques de l’aristocratie industrielle lunaire, dans leurs guerres intestines, leurs rivalités et leurs alliances, avec un but commun, le pouvoir, l’indépendance. On a particulièrement suivi les Corta, maîtres de l’hélium lunaire, qui ont connu la chute (tome 1) et, avec Lucas, le chef de maison, préparé la reconquête depuis la Terre, jusqu’à s’emparer du pouvoir politique… Les Corta et leurs alliés, leurs adversaires (les Mackenzie) et en arrière-plan, leurs ennemis les plus machiavéliques, les Sun. Au fur et à mesure des pages, le lecteur entre dans la complexité des rivalités lunaires et dans une immense galerie de personnages menés de main de maître par un Ian McDonald toujours aussi brillant conteur. Ce troisième tome, conclusion de la série, se devait d’être une apothéose.

On retrouve donc les divers survivants du carnage du tome 1 et des drames du tome 2 : Lucas et son fils, Lucashino, Luna sa cousine, Wagner Corta – le loup – et son quasi fils Robson, Ariel, etc… Autant de personnages qui ont tous payé un tribut immense à la Lune, toujours engagés dans une guerre de chaque minute avec les autres factions.

Car la guerre continue, et de nouveaux acteurs viennent s’ingérer dans une situation déjà tendue : l’université lunaire et ses ghazi – à la fois doyens et guerriers d’exception, les pauvres du Bairo alto – prêts à tout pour une gorgée d’air et un peu d’eau, la Terre et ses projets totalitaires. Autant de protagonistes qui permettent au lecteur de découvrir de nouveaux espaces lunaires (à commencer par la zone sombre) voire même se promener dans l’espace avec les Vorontsov. Le suspens est toujours là, plaisant : passant, en cours de chapitre, d’un personnage à l’autre, Ian McDonald sait donner à son récit ce rythme et cette densité qui font que l’on avance avec passion.

Ce dernier tome s’avère toutefois plus calme au début, moins violent que les précédents : si Le Trône de fer demeure toujours la comparaison la plus évidente, l’auteur a opté pour une nouvelle phase d’exposition, afin d’introduire le lecteur dans les nouveaux enjeux lunaires (et notamment les grands projets de chaque famille). Cela donne un récit en deux temps, qui s’accélère assez brutalement vers le milieu, quand les batailles (militaires, politiques, économiques, etc.) reprennent. On se prend parfois à comparer la série à Dune, et à l’affrontement entre les Corta-Atréides et les Mackenzie – Harkonnen… sans le discours spiritualiste de Frank Herbert.

Ce dernier tome tient donc ses promesses et conclut une série extrêmement ambitieuse, qui surfe sur des questionnements philosophiques, déroule des intrigues politiques tout en sachant, d’une plume nerveuse, suivre une intrigue forte scandée par quelques grands moments. Si les fans pourront être un peu impatientés par la mise en place des nouveaux cadres, ceux-ci sont pourtant nécessaires pour donner à ce roman un final, et un souffle, qui le désignent comme l’une des plus belles épopées de space opera du moment. Et confirmant au passage le talent exceptionnel de Ian McDonald, version moderne et geek du prodigieux Jack Vance… un créateur en somme.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 14/10/2019 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2020
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)