L'actualité du livre
Littératureet Fantastique & Science-fiction  

Chiens de guerre
de Adrian Tchaikovsky
Denoël - Lunes d'encre 2019 /  19,90 €- 130.35  ffr. / 320 pages
ISBN : 978-2-207-14186-1
FORMAT : 14,0 cm × 20,5 cm

Henry-Luc Planchat (Traducteur)

Mon chien pas stupide

Rex est un chien, et même un bon chien, un chien de guerre, employé par une firme de sécurité sur un conflit un peu douteux en Amérique centrale… Rex est en fait plus que cela : un biomorphe, génétiquement modifié, développé, amélioré, une machine bionique de 2m50, bardé d’électronique, de muscles, d’armes, de protection… et à l’intérieur, l’esprit d’un chien, même équipé de la parole, de banques de données et de modules de connexion ultra performants.

Un «bon chien» au service du maître, une machine de mort impitoyable et efficace, qui n’a ni les traumas, ni les états d’âme d’un soldat humain, et qui tue sans scrupules l’ennemi (humain). Et puis un jour, la laisse est brisée, et Rex commence à se poser des question étranges : qu’est-ce que c’est justement qu’être un «bon» chien, et donc être bon ? Avec son escouade de biomorphes, il goûte à l’expérience de la liberté et plus encore du doute moral. Il découvre aussi sa part d’humanité, peut-être, non pas seulement comme être «intelligent» mais aussi comme être de compassion. Et cette liberté, dont un autre biomorphe, Miel, va s’emparer, est-elle si facile à vivre ? Surtout si le maître plane, encore et toujours, sachant parler à son chien, en dépit de tous les artifices.

Avec Adrian Tchaikovsky, le souffle est décidément ample, vaste, et ce roman, après l’excellent Dans la toile du temps, donne un nouvel aperçu de l’immense talent de l’auteur, autant que de son esprit visionnaire. On pense, au début, à Vernor Vinge et à Un feu sur l’abîme… mais en faisant le choix de l’anticipation, Adrian Tchaikovsky opte pour un point de vue très actuel, sur des problématiques brûlantes, comme la guerre future, les IA, les guerres privées, le mercenariat et les entreprises comme futures «puissances» guerrières. Partant d’un roman de guerre future où des animaux bioniques se transforment en armes absolues, il ne se contente pas d’une SF militaire ou d’une déclinaison futuriste de l’île du docteur Moreau, mais part dans diverses directions qu’il explore avec habileté et sens de l’intrigue.

Sur le plan juridique, qu’est-ce qu’un biomorphe – animal intelligent ou objet fabriqué ? Comment l’humanité va-t-elle accepter l’arrivée de nouvelles espèces intelligentes ? Et comment ces espèces s’organisent-elles entre elles, comment se règlent les conflits, comment se met en place une société biomorphe, et plus globalement, comment le futur de l’humanité se confronte-t-il à cette autre intelligence qui n’est plus humaine ? Le charme du roman est d’aborder, par épisodes et par période, toutes ces questions, en suivant le destin de Rex, depuis sa libération jusqu’à son émancipation réelle, et en assistant, avec ses yeux et dans un langage de plus en plus élaboré, à la naissance d’une intelligence et d’une personnalité.

Alternant les points de vue (et notamment celui d’un mystérieux deus ex machina), l’auteur dévoile progressivement les enjeux du roman, et emmène son lecteur dans une intrigue forte, et jamais simpliste. Un beau roman de SF et la confirmation d’une belle plume.

Gilles Ferragu
( Mis en ligne le 18/11/2019 )
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Parutions 2022
www.parutions.com

(fermer cette fenêtre)